Vous devez être identifié(e) pour écrire un message Connexion S’enregistrer

Recherche 
Rechercher dans les Forums:


 




Ceci n’est pas une pipe (au sujet de la prise de son de la voix)

UtilisateurMessage

15:55
2 avril 2010


Alexandre K

Membre

France

messages 53

1

(Ce sujet avait été posté initialement dans le forum des donneurs de voix et je me rends compte qu'il a plus sa place dans ce forum, donc je viens de le déplacer)

 

Non, “ceci n’est pas une pipe”, pour reprendre le nom du célèbre tableau de Magritte, tout comme les photos d’Augustin ne sont pas des sculptures de Rodin mais des photos d’Augustin des sculptures de Rodin.

Pardonnez-moi cette tautologie, c’est un simple artifice introductif ayant pour utilité :

1/ D’attirer l’attention du lecteur potentiel vers mon post (j’ai déjà vu des malins sur d’autres sites mettre des titres plus racoleurs simplement pour attirer les lecteurs de sexe masculin vers leur message, qui contenait ensuite juste une question de support technique d’informatique. Vous comprendrez évidemment les raisons pour lesquelles je ne procède pas ainsi).

2/ De faire quand même une analogie avec le domaine du son et permettre la transition vers le sujet principal de mon message.

Nous y voici. Nous autres, lecteurs enregistreurs, (curieuse trouvaille … tant pis, je laisse mais je ne mets pas de trait d’union), ne sommes pas non plus exactement la voix que nous mettons en ligne, celle-ci étant une image sonore, une empreinte sonore de notre voix. Untel peut avoir une voix fantastique dans le naturel et ne pas être remarqué une fois enregistré. Telle autre voix, passe-partout, sans un éclat particulier, peut être magnifiée une fois passée dans le filtre sonore d’un certain micro. Question de registres sonore, de fréquences utiles. Vous savez tous probablement à quel point certains d’entre-nous paraissent plus beaux en photo que nature, et vice versa. Idem pour le son de la voix.

 

Le micro, le préamplificateur, l’enregistreur sont donc des outils créatifs et pas seulement des capteurs de son neutres. La fidélité pure et parfaite n’existe pas, sauf éventuellement avec des micros très particuliers de mesure acoustique dont le prix est hors de notre portée ici et n’ont pas d’utilité pour nous. La technique du son et de la prise de son est aujourd’hui très avancée et le choix d’un type de micro ou de préamplificateur est déterminant dans le type de prise de son recherchée et de l’effet désiré. La façon de l’utiliser l’est tout autant.

 

L’oreille humaine, comme vous le savez probablement, fonctionne sur une plage de fréquences, théorique, allant de 20 hertz à 20 000 hertz. C’est-à-dire que les fréquences qui se trouvent exister par delà ces deux bornes ne sont pas entendues par l’humain. (Ce n’est pas le cas du chien par exemple, ou de la chauve-souris). Je dis « théorique » car avec l’âge, nous perdons naturellement de la sensibilité auditive et les fréquences aiguës et du haut médium (situées entre 8 000 et 20 000 hertz) sont vite touchées.

 

Les micros du commerce indiquent, sur leur descriptif, la plage de fréquence sur laquelle ils fonctionnent (vous devriez le voir sur la boîte ou le mode d’emploi quelque part). Seuls les micros dits à large spectre savent capter la totalité de la bande de fréquence de 20hz à 20khz . D’autres, plus typés pour la voix, sont resserrés entre disons 60 hertz et 15000 hertz. Pourquoi ? Parce que tout simplement la voix humaine n’est pas, sauf cas rares, capable de produire des fréquences-en dessous ou au dessus de celles-ci.

 

Mais tout serait encore trop simple s’il suffisait de savoir cela lors du choix d’un micro. La courbe dite de réponse en fréquence d’un micro, diffère en fonction du modèle, de la marque, de la directivité, de la distance par rapport à la source. Ainsi, un micro « voix » pourra ne pas convenir à la prise de son d’une contrebasse, tout comme le même micro voix ne conviendra pas forcément en même à la voix de notre ami Gilles-Claude par exemple, et de notre amie Carole. Les fréquences intéressantes de leurs voix ne se situant pas au même endroit.

J’ai essayé de vous faire un petit schéma, pas très beau, mais à vocation explicative. Regardez-ci-dessous l’exemple que j’ai pris à partir du micro leader sur le marché du micro de scène et de conférence :

 lien vers le schéma que j”ai tenté de créer : http://www.heberger-image.fr/images/20637_schema_de_r_ponse_en_fr_quence.jpeg.html

 

Vous constatez à quel point ce micro n’est pas neutre. Il en est de même de tous les micros. Et je ne parle pas des différents filtrages opérés par tous les éléments de la chaîne d’enregistrement (carte son, compresseurs, convertisseur analogique vers numérique, processeurs comme MP3 gain que nous utilisons). On n’enregistre pas un orchestre classique comme un groupe de rock . Il y a des canons dans ces deux genres, qui sont le fruit de l’expérience de la prise de son depuis plus de 50 ans. Ces canons peuvent être révolutionnés, ils doivent être en mouvement, mais on le fait rarement avant de les connaître et de les maîtriser tel un virtuose. La voix enregistrée de Serge Gainsbourg (je prends cet exemple typique à dessein) sur ses disques allant de 1969 à 1980 est en partie une création d’ingénieur du son. Son grain typique de ces années n’est pas celui de ses années précédentes, ni celui des années postérieures.

 

Obtenir le son le plus proche de celui que nous voulons donner de notre voix, ou la mettre en valeur de la façon la plus pertinente, c’est à la fois soigner sa voix, la travailler, et elle n’est pas la même à toutes les heures de la journée, mais aussi savoir jouer du pinceau et des couleurs que nous avons dans notre palette, en l’occurrence notre micro et notre système d’enregistrement. Le résultat sera donc une création en elle-même.

 

J’espère ne pas avoir trop versé dans le domaine technique, j’ai essayé de rester le plus généraliste possible même s’il faut parfois entrer un peu dans le détail pour donner sens à son propos.

 

Je pourrai, si vous le souhaitez, aborder d’autres sujets, si certains le sentent utile et pertinent, mais la plupart ont déjà été traités très en détail par Jean-Luc dans le support technique, ainsi que Gilles-Claude, avec les deux extraits audio pédagogiques qu’il a crées et qui sont à disposition sur le site.

 

A bientôt, chers lecteurs enregistreurs, sans trait d'union.Clin d'oeil


Amitiés sonores

Alexandre


 

 


1:59
17 mai 2010


fedydurke

Membre

messages 71

2

Bonjour a tous,

Pour faire plaisir a un camarade seminariste, je voudrais retirer une phrase de mon billet sur  » Insultes a la france  » d'alphonse Allais. je ne sais pas comment faire. Je voudrais gratter quelques mots et meme la phrase suivante  » a l'heure ou l'europe explose « . Il semble que cette phrase ait choqué certaines personnes mal informées. j'aimerais la remplacer par   » A l'heure ou l'europe se pose « . Oui, ca ira, je pense, ca ne choquera personne. Merci de me dire comment on fait.

Bien à vous,

eric

Cher Eric, la modification au sein de votre billet a été effectuée Sourire

A très bientôt,

Carole

22:16
17 mai 2010


fedydurke

Membre

messages 71

3

Un Grand Merci Carole !

Bien a vous

eric

 

A propos du forum Litterature audio.com

Actuellement en ligne :

6 Invités

Nombre max. d’utilisateurs en ligne : 165

Forums :

Groupes : 2

Forums : 11

Sujets : 2924

Messages : 15464

Membres :

Il y a 8026 membre(s)

Il y a 109 invité(s)


Augustin a rédigé 1956 message(s)

Auteurs les plus prolifiques :

Carole – 2985

Victoria – 1790

Prof. Tournesol – 1508

Pomme Arnaudon – 1139

Vincent de l'Epine – 1095

Administrateurs : Augustin | Modérateurs : Augustin, Carole, Christine Sétrin, Vincent de l'Epine