Vous devez être identifié(e) pour écrire un message Connexion S’enregistrer

Recherche 
Rechercher dans les Forums:


 




BALLOU, Sullivan – Ma très chère femme

UtilisateurMessage

18:41
30 septembre 2016


Vincent de l'Epine

Modérateur

L'EPINE

messages 987

1

Traduit par Vincent de l'Epine pour Litterature Audio

Camp Clark, Quartier Général

Washington D.C., Juillet 1861

Ma très chère femme,

Il semble évident que nous allons partir dans quelques jours, peut-être demain. Il se peut que je ne puisse plus t’écrire, c’est pourquoi je t’envoie ces quelques lignes, sur lesquelles peut-être se posera ton regard lorsque je ne serai plus.

Notre manœuvre devrait durer quelques jours ; je pourrais y rencontrer de graves difficultés, et même la mort. Mais que Ta volonté soit faite, ô mon Dieu. S’il est nécessaire que je tombe sur le champ de bataille pour mon pays, j’y suis prêt. Je n’ai pas de doutes, j’ai toute confiance en la cause dans laquelle je me suis engagé, et mon courage ne faiblira pas. Je sais maintenant à quel point la civilisation américaine repose sur le triomphe de notre gouvernement, et quelle dette nous avons envers ceux qui avant nous ont connu le sang et la souffrance de la Révolution, et je désire, je désire vraiment  abandonner tout mon bonheur sur cette terre pour aider le gouvernement, et payer cette dette.

Mais, ma chère femme, quand je pense qu’en sacrifiant mon propre bonheur, je sacrifie aussi la plus grande partie du tien, et ne te donne en échange que peines et soucis, quand, après avoir connu moi-même pendant de longues années l’amertume d’être un orphelin, je me vois offrir ce même avenir à mes chers petits enfants, il me semble faible, vain et déshonorant, tandis que la bannière flotte doucement et fièrement dans le vent, de comparer mon amour sans limites pour vous, ma femme et mes enfants adorés, avec l’amour que j’éprouve pour mon pays.

Je ne puis te décrire mes sentiments en cette calme nuit d’été, tandis que deux mille hommes dorment près de moi, beaucoup d’entre eux vivant peut-être leur dernière nuit avant la mort. Quant à moi, je devine la mort qui s’approche sournoisement dans mon dos avec sa lame fatale, et je communie avec Dieu, avec mon pays et avec toi.

J’ai souvent cherché profondément en mon cœur de mauvaises raisons pour avoir ainsi mis en danger le bonheur de ceux que j’aimais, et je n’ai pu en trouver aucune. L’amour de mon pays, les principes que j’ai toujours revendiqués, et aussi l’honneur, que j’aime plus que je ne crains la mort, m’ont appelé, et j’ai obéi.

Sarah, mon amour pour toi ne mourra jamais. Il semble m’attacher par de puissants liens, que seule la toute-puissance de Dieu peut briser, et pourtant l’amour de mon pays souffle sur moi comme un vent puissant, et m’emporte irrésistiblement, avec toutes mes chaînes, sur le champ de bataille. Tous les heureux moment s que j’ai passés avec toi me reviennent en mémoire, et je n’en suis que plus reconnaissant envers Dieu et envers toi, d’en avoir profité aussi longtemps. Et combien il est difficile pour moi d’abandonner ces souvenirs, et de réduire en cendres l’espoir de ces années à venir, pendant lesquelles, si Dieu l’avait voulu, nous aurions pu continuer à vivre ensemble et à nous aimer, et voir nos garçons grandir et devenir des hommes honorables.

Je sais que je n’ai rien à réclamer à la Divine Providence, mais quelque chose me chuchote à l’oreille, peut-être sont-ce les douces prières de mon petit Edgar, que je reviendrai sain et sauf auprès de ceux que j’aime.  Si ce n’est pas le cas, ma chère Sarah, n’oublie jamais combien je t’aime, et sache aussi que lorsque je rendrai mon dernier souffle sur le champ de bataille, ce sera en murmurant ton nom.

Pardonne-moi mes nombreuses fautes, et les nombreuses peines que je t’ai causées.  Combien j’ai souvent été irréfléchi et insensé ! Comme je serais heureux de pouvoir laver avec mes larmes chaque petite tache sur ton bonheur, et de combattre toute l’injustice de ce monde, pour vous protéger du mal toi et les enfants.  Mais je ne le pourrai pas, je ne pourrai que te regarder depuis les cieux, et flotter autour de toi tandis que tu affronteras les tempêtes avec ta précieuse petite cargaison, et attendre tristement et patiemment que nous nous retrouvions pour ne plus nous quitter.

Mais, Ô Sarah, si les morts peuvent revenir sur cette terre, et flotter invisibles auprès ce ceux qu’ils ont aimés, je serai toujours près de toi dans la lumière du jour comme dans la nuit la plus sombre, aux moment les plus heureux comme aux heures les plus désespérantes, toujours, toujours, et si une brise légère caresse ta joue, ce sera mon souffle, et si l’air frais effleure ta tempe palpitante, ce sera mon esprit.

Sarah, ne porte pas mon deuil, pense que je suis parti, et attends-moi, car nous nous rencontrerons à nouveau.

Et mes petits garçons, ils grandiront comme j’ai grandi moi-même, sans jamais connaître l’amour et les soins d’un père. Le petit Willie est trop petit pour se souvenir longtemps de moi, mais mon petit Edgar aux yeux bleus gardera dans les lointains souvenirs de son enfance les moments où nous chahutions tous deux.  Sarah, j’ai une confiance infinie en toi pour veiller sur eux et sur leur épanouissement. Dis à mes deux mères que j’appelle sur elles la bénédiction de Dieu. O Sarah, je t’attends là-bas ! Viens à moi, viens avec mes chers enfants.

Sullivan.

 

A propos du forum Litterature audio.com

Actuellement en ligne :

11 Invités

Nombre max. d’utilisateurs en ligne : 159

Forums :

Groupes : 2

Forums : 11

Sujets : 2701

Messages : 14115

Membres :

Il y a 7769 membre(s)

Il y a 109 invité(s)


Augustin a rédigé 1949 message(s)

Auteurs les plus prolifiques :

Carole – 2876

Victoria – 1790

Prof. Tournesol – 1508

Vincent de l'Epine – 987

Pomme Arnaudon – 915

Administrateurs : Augustin | Modérateurs : Augustin, Carole, Christine Sétrin, Vincent de l'Epine