Vous devez être identifié(e) pour écrire un message Connexion S’enregistrer

Recherche 
Rechercher dans les Forums:


 




COUTÉ, Gaston – Poèmes

UtilisateurMessage

17:43
11 décembre 2010


Plume

Membre

Côtes-d'Armor

messages 257

1

Idylles des grands Gars comme il faut et des Jeunesses ben sages

 

L’chef-yieu d’canton a troués mille âm’s, et guère avec.

On peut pas y péter sans qu’tout l’monde en tersaute ;

La moquié du pays moucharde aux chauss’s de l’aut’e,

Et les vilains coups d’yeux pond’nt les mauvés coups d’becs.

 

Pourtant, su’ les vieux murs nouérs coumm’ l’esprit du bourg,

La bell’ saison fait berlancer des giroflées ;

Pourtant, dans l’bourg de sournoués’rie et d’mauvais’té,

Y a des gâs et des fill’s qui sont dans l’âg’ d’amour !

 

V’là coumme i’s s’aim’nt : les galants r’vienn’nt,

Par les ru’s oùsqu’ leus bell’s cous’nt su’ l’devant d’la f’nét’e :

Un pauv’ sourir’ qu’a peur, un grand bonjour bébéte,

Deux grouss’s pivouén’s de hont’ qu’éclat’nt su’ les visages,

 

Et c’est tout. I’s font point marcher l’divartissouèr,

Rouet qu’on tourne à deux pour filer du bounheur

Et qui reste entre eux coumme un rouet su’ l’ormouère

Pasque… Eh ben, et l’Mond’, quoué qu’i dirait, Seigneur !

 

Vous l’avez jamés vu, l’Mond’, dépecer un coup’e

Qu’les écouteux ont pris en méfait un bieau jour ?

Et su’ la place, au sorti’ d’mess’, par pequits groupes,

Vous l’avez jamais vu, l’Mond’, baver su’ l’amour ?

 

Alors, les fill’s renfonc’nt les envi’s qui les roingent,

Souffrant tout bas l’Désir qui piqu’ dans leu’ pieau blanche

Coumm’ leu-z-aiguill’ d’acier dans la blancheur du linge,

Et les gâs fil’nt, sans bruit, par el’ train du dimanche ;

 

Car la Ville est pas loin ousqu’y a la garnison,

L’Martroué, la Préfectur’, l’Evêché, l’Tribunal,

La Ville, enfin, la Ville oùsqu’on trouv’ des maisons…

- Vous savez, des maisons darrièr’ la cathédrale ?

 

Donc, les gâs but’nt au nid des tendress’s à bon compte ;

Eun’ grouss’ chouette et guchée au bas du lumério :

« Mes p’tits agneaux, on pai’ tout d’suite ; après on monte ! »

Les gru’s accour’nt. « Fait’s-nous d’abord nos p’tits cadeaux ! »

 

Et les gâs pai’nt ben châr, étant allés ben loin,

C’que les fill’s de cheux eux voudrin dounner pour ren !

Pis les gothons s’déb’hill’nt, et, quand leu’ ch’mise est chute,

D’vant leu’ corps usagé par le frott’ment des ruts,

 

D’vant leu’s tétons, molass’s coumm’ des blancs fromag’s

Les gâs song’nt ; et i’s douèv’nt se dir’ dans leu’ song’rie :

« Y a des bieaux fruits qui s’ pard’nt dans les enclos d’cheu nous,

Et faut que j’galvaudin après des poumm’s pourries ! »

 

Enfin, les pauv’s fumell’s rentr’nt dans les bras des mâles

Coumme ent’er les limons queuqu’ pauv’ jument forbue,

Et pis les v’là qu’as pouss’nt, qu’as tir’nt et qu’as s’emballent

Pour charrouéyer les aut’s vars la joué qu’as n’trouv’nt pus !

 

Mais Ell’s ! quand on y pens’, coumme a’s rurin d’ben aise,

Les Mari’-Clair’ du bourg, les Touénons, les Thérèse,

Si qu’a’s s’trouvin tertout’s ett’lés, pour el’quart d’heure,

A la plac’ des gothons d’la Vill’, leu’s tristes sœurs,

 

Victim’s coumme ell’s du Mond’ qui t’naille et crucifie

Les vierg’s et les putains au nom d’la même Morale !

Mais quoué ! « Leu-z-affér’ fait’ », le souer, les gâs r’dévalent

Vars el’ pays oùsqu’ les attend’nt leu’s bounn’s amies.

 

I’s r’déval’ront souvent ! A’s attendront longtemps !

D’aucuns r’viendront avec du pouéson dans les veines,

D’aucun’s dépériront, coumm’ les giroflé’s viennent

A mouri’ su’ les murs de la séch’ress’ du temps.

 

Pis, par un coup, avant d’leu’ r’céder l’fonds d’boutique,

Les vieux disant : « Ma fill’, te fau’ait un bon gâs ! -

- Mon gâs, t’faurait eun’ femm’ pour sarvi’ la pratique ! »

I’s s’uniront avec tout l’légal tralala…

 

L’blé s’ra d’pis longtemps mûr quand qu’i’s noueront leu’ gearbe.

Après bieaucoup d’égueurmillage i’s f’ront l’amour,

Ayant r’mis au lend’main « c’qu’i’s pouvin fère el’ jour, »

A caus’ du mond’ qui ment jusque dans ses provarbes.

 

Et i’s d’viendront eux mêm’s ce Monde au cœur infect

Qui fait des enfants pour pouvouèr les fèr souffri

Quand qu’arriv’ la saison des giroflé’s fleuries

Dans l’michant bourg de troués mille âm’s, et guère avec.

15:06
30 janvier 2011


Plume

Membre

Côtes-d'Armor

messages 257

2

Le christ en bois

 

Bon gieu ! la sal' commune !… A c'souèr,

Parsounne a voulu m'ar'cevouèr

Pou' que j'me gîte et que j'me cache

Dans la paille, à couté d'ses vaches,

Et, c'est poure ren qu' j'ai tiré

L'cordon d'sounnette à ton curé

Et qu'j'ai cougné cheu tes déviotes :

Les cell's qui berdouillent des pat'nôt'es

Pour aller dans ton Paradis…

S'ment pas un quignon d'pain rassis

A m'fourrer en travars d'la goule…

I's gard'nt pour jiter à leu's poules ;

Et, c'est pour ça qu'j'attends v'ni d'main

Au bas d'toué, su' l'rabord du ch'min,

En haut du talus, sous l'vent d'bise,

Qu'ébranl' les grands bras d'ta crouéx grise…

Abrrrr !… qu'i' pinc' fort el' salaud !

E j'sens mon nez qui fond en ieau

Et tous mes memb'es qui guerdillent,

Et mon cul g'lé sous mes penilles ;

Mais tu t'en fous, toué, qu'i' fass' frouéd :

T'as l'cul, t'as l'coeur, t'as tout en boués !

 

Hé l'Christ ! t'entends-t-y mes boyaux

Chanter la chanson des moignieaux

Qui d'mand'nt à picoter queuqu'chose ?

Hé l'Christ ! t'entends-t-y que j'te cause

Et qu'j'tedis qu'j'ai-z-eun' faim d'voleux ?

Tell'ment qu'si, par devant nous deux,

I'passait queuqu'un su' la route,

Pour un méyion coumm' pour eun' croûte,

I'm'sembl' que j'f'rais un mauvais coup!…

Tout ça, c'est ben, mais c'est point tout ;

Après, ça s'rait en Cour d'assises

Que j'te r'trouv'rais ; et, quoué que j'dise

Les idées qu'ça dounne et l'effet

Qu'ça produit d' pas avouèr bouffé,

Les jug's i's vourin ren entend'e,

Car c'est des gâs qui sont pas tend'es

Pour les ceuss' qu'a pas d' position ;

I's n'me rat'rin pas, les cochons !

Et tu s'rais pus cochon qu'mes juges,

Toué qui m'v'oués vent' creux et sans r'fuge,

Tu f'rais pas eun' démarch' pour moué :

T'as l'vent', t'as l'coeur, t'as tout en boués !

 

L'aut'e, el' vrai Christ ! El'bon j'teux d'sorts

Qu'était si bon qu'il en est môrt,

M'trouvant guerdillant à c'tte place,

M'aurait dit : « Couch' su' ma paillasse !… »

I'm'aurait dit : « Coup'-toué du pain !

Gn'en a du tout frés dans ma huche,

Pendant que j'vas t'tirer eun'cruche

De vin nouvieau à mon poinson ;

T'as drouét coumm' tout l'monde au gueul'ton

Pisque l'souleil fait pour tout l'monde

V'ni du grain d'blé la mouésson blonde

Et la vendange des sâs tortus… »

Si, condamné, i' m'avait vu,

Il aurait dit aux jug's : « Mes frères,

Qu'il y fout' don' la premièr' pierre

C'ti d'vous qui n'a jamais fauté !… »

Mais, toué qu'les curés ont planté

Et qui trôn' cheu les gens d'justice,

T'es ren !… qu'un mann'quin au sarvice

Des rich's qui t'mett'nt au coin d'leu's biens

Pour fair' peur au moignieaux du ch'min

Que j'soumm's… Et, pour ça, qu'la bis' grande

T'foute à bas… Christ ed' contrebande,

Christ ed' l'Eglis' ! Christ ed' la Loué,

Qu'as tout, d'partout, qu'as tout en boués !…

 

A propos du forum Litterature audio.com

Actuellement en ligne :

5 Invités

Nombre max. d’utilisateurs en ligne : 159

Forums :

Groupes : 2

Forums : 11

Sujets : 2725

Messages : 14272

Membres :

Il y a 7794 membre(s)

Il y a 109 invité(s)


Augustin a rédigé 1949 message(s)

Auteurs les plus prolifiques :

Carole – 2889

Victoria – 1790

Prof. Tournesol – 1508

Vincent de l'Epine – 1006

Pomme Arnaudon – 945

Administrateurs : Augustin | Modérateurs : Augustin, Carole, Christine Sétrin, Vincent de l'Epine