Vous devez être identifié(e) pour écrire un message Connexion S’enregistrer

Recherche 
Rechercher dans les Forums:


 




GRIMM, Jacob et Wilhelm – Les Trois nains dans la forêt

UtilisateurMessage

1:33
24 avril 2009


Ajedrez

Membre

Ajedrez

messages 8

1

Audio

http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/grimm-jacob-et-wilhelm-les-trois-nains-dans-la-foret.html

Texte

http://gallica2.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k67678g.zoom.f130.langFR


GRIMM, Jacob et Wilhelm

Les trois nains dans la forêt

Il était une fois un homme qui avait perdu sa femme et une femme qui avait perdu son mari.‭ ‬La femme avait une fille et l'homme en avait une aussi.‭ ‬Les jeunes filles se connaissaient,‭ ‬se promenaient ensemble et allaient chez la femme.‭ ‬Un jour,‭ ‬celle-ci dit a la fine du veuf:
‭« ‬Écoute,‭ ‬fais savoir à ton père que je voudrais l'épouser,‭ ‬et qu'alors tu te laveras tous les matins avec du tait,‭ ‬et tu boiras du vin‭; ‬tandis que ma fille se lavera avec de l'eau et boira de l'eau,‭ »
La jeune fille s'en retourna chez elle et raconta à son père ce que la femme lui avait dit‭ ‬:
‭« ‬Que dois-je faire‭? ‬s'écria l'homme,‭ ‬le mariage est une joie et un tourment‭ ! »
Ne sachant quelle résolution prendre,‭ ‬il ôta sa botte et dit‭ ‬:
‭« ‬Voici ma botte,‭ ‬elle a un trou dans la semelle‭; ‬va au grenier,‭ ‬pends-la au gros clou,‭ ‬et remplis-la d'eau.‭ ‬Si elle retient l'eau,‭ ‬je prendrai une femme‭; ‬si l'eau coule,‭ ‬je n'en veux pas.‭ »
La fille fit ce que son père lui avait ordonné‭; ‬mais l'eau resserra le trou,‭ ‬et la botte resta remplie jusqu'au bord.‭ ‬En apprenant ce résultat,‭ ‬le père monta lui-même pour voir si c'était bien vrai‭; ‬puis il alla chez la veuve,‭ ‬l'épousa,‭ ‬et les noces furent célébrées.‭ ‬Le lendemain,‭ ‬lorsque les filles s'éveillèrent,‭ ‬il y avait devant celle du mari du lait pour se laver et du vin pour boire‭; ‬et devant celle de la femme,‭ ‬de l'eau pour se laver et pour boire.‭ ‬Le second matin,‭ ‬il y eut de l'eau aussi bien devant la fille du mari que devant celle de la femme.‭ ‬Le troisième matin,‭ ‬il y eut devant la fille de la femme du lait pour se laver et du vin pour boire,‭ ‬et de l'eau devant cette du mari‭; ‬et il en fut toujours ainsi désormais.‭ ‬La femme prit sa belle-fille en haine,‭ ‬et elle ne savait qu'inventer pour lui rendre la vie dure.‭ ‬Elle était jalouse de ce que sa belle-fille était belle et gracieuse,‭ ‬et sa fille laide et déplaisante.
Une fois,‭ ‬en hiver,‭ ‬la terre était durcie par le froid,‭ ‬les vallées et les montagnes couvertes de neige.‭ ‬La femme fit une robe de papier,‭ ‬appela la jeune fille et lui dit‭ ‬:
‭« ‬Mets cette robe et va dans la forêt me chercher un panier de fraises,‭ ‬j'en ai envie.
‭– ‬Grand Dieu‭! ‬répondit la jeune fille,‭ ‬il n'y a pas de fraises en hiver,‭ ‬la terre est durcie et la neige a tout couvert.‭ ‬Comment puis-je aller avec cette robe de papier‭? ‬Il fait si froid que le vent va souffler au travers,‭ ‬et que les épines vont me l'arracher du corps‭!
– Ne vas-tu pas m'obéir‭? ‬dit la belle-mère‭; ‬va-t'en au plus vite et ne reviens pas avant d'avoir ta corbeille remplie de fraises.‭ »
Puis elle lui donna un morceau de pain sec et ajouta‭ ‬:
‭« ‬Tu pourras en manger dans la journée.‭ »
Mais elle pensait‭ ‬:
‭« ‬Dehors elle va mourir de froid et de faim,‭ ‬et je ne la reverrai jamais.‭ »
La jeune fille obéit.‭ ‬Elle mit la robe de papier et s'en alla avec son petit panier.
Partout de la neige‭; ‬pas un brin d'herbe.‭ ‬Lorsqu'elle arriva dans la foret,‭ ‬elle vit une maisonnette et trois petits nains qui regardaient de son côte.‭ ‬Elle leur dit bonjour et frappa à la porte.‭ ‬On la fit entrer dans la,‭ ‬chambre,‭ ‬elle s'assit sur un banc près du poêle pour se chauffer et manger son déjeuner.‭ ‬Les nains lui dirent‭ ‬:
‭« ‬Donne-nous en aussi un peu.
‭– ‬Volontiers,‭ ‬répondit-elle.‭ »
Elle partagea son pain et leur en donna la moitié.‭ ‬Ils lui demandèrent‭ ‬:
‭« ‬Que veux-tu faire en plein hiver,‭ ‬ici,‭ ‬dans la forêt,‭ ‬avec ta robe de papier‭?
– Ah‭! ‬dit-elle,‭ ‬je dois cueillir un panier de fraises,‭ ‬et ne pas rentrer à la maison avant de les avoir trouvées.‭ »
Lorsqu'elle eut‭! ‬mange son pain,‭ ‬ils lui donnèrent un balai et dirent‭ ‬:
‭« ‬Enlève la neige derrière la porte d'entrée.‭ »
Et lorsqu'elle fut sortie,‭ ‬les petits nains se demandèrent entre eux:
‭« ‬Qu'allons-nous lui donner pour avoir été si gentille et si bonne et pour avoir partagé son pain avec nous‭? »
Alors le premier dit‭ ‬:
‭« ‬Je lui donne pour don de devenir plus belle de jour en jour.‭ »
Le second dit‭ ‬:
‭« ‬Je lui donne pour don de laisser tomber une pièce d'or de sa bouche,‭ ‬à chaque mot qu'elle prononcera.‭ »
Le troisième dit‭ ‬:
‭« ‬Je lui donne pour don d'être demandée en mariage par un roi.‭ »
La jeune fille balya la neige derrière la porte de la maisonnette,‭ ‬et trouva de belles fraises rouges et mûres.‭ ‬Pleine de joie,‭ ‬elle remplit son panier,‭ ‬remercia les petits hommes,‭ ‬prit congé d'eux,‭ ‬et courut il la maison porter les fraises à sa belle-mère.‭ ‬Lorsqu'elle entra et dit‭ ‬:‭ « ‬Bonsoir‭ » ‬une pièce d'or lui tomba de la bouche‭; ‬puis elle raconta ce qui était arrivé dans la foret,‭ ‬mais à chaque mot qu'elle prononçait,‭ ‬des pièces d'or tombaient de sa bouche,‭ ‬et bientôt le plancher de la chambre en fut couvert.
‭« ‬Voyez-moi cette insouciance,‭ ‬dit la belle-soeur,‭ ‬de jeter ainsi l'argent par terre.‭ »
Mais elle l'enviait en secret et demandait incessamment à sa mère de l'envoyer dans la forêt.‭ ‬La belle-mère refusait et disait‭ ‬:
‭« ‬Non,‭ ‬ma chère fillette,‭ ‬il fait trop froid‭; ‬tu pourrais t'enrhumer.‭ »
Cependant,‭ ‬comme elle la tourmentait toujours,‭ ‬elle finit par lui céder‭; ‬mais elle lui lit faire,‭ ‬pour se vêtir,‭ ‬une robe fourrée,‭ ‬et lui donna des tartines et du gâteau.
La fille alla dans la forêt et marcha sans hésiter à la maisonnette.‭ ‬Les nains la regardèrent venir comme sa soeur‭; ‬elle ne les salua pas,‭ ‬entra tout droit dans la chambre,‭ ‬se plaça près du poêle,‭ ‬et se mit à manger ses tartines et son gâteau.
‭« ‬Donne-nous-en un peu,‭ ‬demandèrent les nains.‭ »
Mais elle répondit‭ ‬:
‭« ‬J'en ai peine assez pour moi,‭ ‬comment puis-je encore en donner à d'autres‭ ? »
Quand elle eut fini de manger,‭ ‬ils dirent‭ ‬:
‭« ‬Prends le balai et balaie derrière la porte de la maison.‭ »
–‭ ‬Oh‭! ‬balayez donc vous-mêmes,‭ ‬dit-elle je ne suis point votre servante.‭ »
Voyant qu'ils n'allaient pas lui faire de cadeau,‭ ‬elle sortit.‭ ‬Alors,‭ ‬les petits hommes délibérèrent entre eux.
‭« ‬Qu'allons-nous lui donner pour avoir été si méchante et avoir montré un si mauvais cœur‭? »
Le premier dit‭ ‬:
‭« ‬Je lui donne pour don de devenir plus laide de jour en jour.‭»
Le second dit:
‭« ‬Je lui donne pour don décaisser tomber un crapaud de sa bouche,‭ ‬à chaque mot qu'elle prononcera.‭ »
Le troisième dit‭ ‬:
‭« ‬Je lui donne pour don de mourir d'une mort affreuse.‭ »
Là jeune fille chercha des fraises,‭ ‬mais,‭ ‬comme elle n'en trouvait pas,‭ ‬elle retourna désappointée à la maison.‭ ‬Lorsqu'elle ouvrit la bouche pour raconter sa mère ce qui lui était arrive dans la foret,‭ ‬il en sortit un crapaud à chaque parole,‭ ‬de sorte qu'elle inspirait du dégoût à tout le monde.
Dès ce moment,‭ ‬la belle-mère s'irrita encore davantage et ne songea plus qu'à faire du mal la fille de son mari,‭ ‬dont la beauté augmentait de jour en jour.‭ ‬Enfin elle prit un chaudron,‭ ‬le mit sur le feu et y fit bouillir du lin.‭ ‬Quand ce lin fut cuit,‭ ‬elle le donna à rouir et à macquer à la pauvre fille,‭ ‬avec une hache pour fendre la glace sur la rivière.
La pauvre enfant obéit et partit.‭ ‬Elle fit un trou dans la glace,‭ ‬et,‭ ‬pendant qu'elle travaillait.‭ ‬elle vit venir un carrosse magnifique où se trouvait le roi.‭ ‬Il s'arrêta.
‭« ‬Mon enfant,‭ ‬qui es-tu et que fais-tu la‭ ?
-Je suis une pauvre fille et je rouis du lin.‭ »
Le roi fut ému de pitié,‭ ‬et,‭ ‬voyant qu'elle était si belle‭ ‬:
‭« ‬Veux-tu venir avec moi‭ ? ‬dit-il.
‭–‬Oh‭! ‬oui,‭ ‬bien volontiers,‭ ‬répondit-elle‭ ; ‬car elle était contente de s'en aller loin de sa mère et de sa sœur.
Elle monta donc vite en carrosse et suivit le roi.‭ ‬Lorsqu'elle fut arrivée au château,‭ ‬on célébra les noces en grande pompe,‭ ‬selon la promesse des nains.‭ ‬Un an après,‭ ‬la jeune reine devint mère d'un petit garçon.‭ ‬Sa belle-mère,‭ ‬ayant ouï parler de son bonheur inespéré,‭ ‬vint avec sa fille et feignit de lui faire une visite.‭ ‬Mais une fois que le roi fut sorti et qu'elles se trouvèrent sans témoin,‭ ‬la méchante femme et sa fille saisirent la reine,‭ ‬l'une parla tête,‭ ‬l'autre par les pieds,‭ ‬et la jetèrent dans la rivière.‭ ‬Puis la mère mit sa fille dans le lit et lui couvrit le visage.‭ ‬Le roi,‭ ‬de retour,‭ ‬voulut parler à sa femme‭; ‬mais la vieille s'écria:
‭«‬Taisez-vous‭; ‬ce n'est pas le moment:‭ ‬elle est en moiteur,‭ ‬il faut la laisser reposer.‭ »
Le roi ne soupçonna rien de louche et ne revint que le lendemain matin.‭ ‬Lorsqu'il interpella sa femme et qu'elle fut forcée de répondre,‭ ‬il vit qu'à chaque mot un crapaud lui sortait de la bouche,‭ ‬comme il en sortait autrefois une pièce d'or.‭ ‬Il demanda ce que cela signifiait‭; ‬la vieille lui dit que c'était un effet de l'état de souffrance de la reine,‭ ‬mais que cela allait cesser.
Or,‭ ‬pendant la nuit,‭ ‬le garçon de cuisine vit venir un canard qui lui tint ce langage

‭« ‬Roi,‭ ‬que fais-tu‭ ?
Dors-tu ou veilles-tu‭? »

Et ne recevant pas de réponse,‭ ‬le canard continua‭ ‬:
‭« ‬Que font mes hôtes‭? »

Le garçon de cuisine répondit‭ ‬:

‭« ‬Ils dorment bien.‭ »

Le canard demanda encore‭ ‬:

‭« ‬Que fait mon petit enfant‭? » »‬.

L'autre répondit:

‭« ‬Il dort dans son petit berceau.‭ »

Alors le canard prit la forme de la reine,‭ ‬monta vers l'enfant,‭ ‬lui donna à boire,‭ ‬arrangea son petit lit,‭ ‬le couvrit bien,‭ ‬puis s'en retourna sous l'aspect d'un canard.‭ ‬La reine vint encore deux nuits,‭ ‬et la troisième nuit,‭ ‬elle dit au garçon de cuisiné:‭ ·‬.
‭«‬Va,‭ ‬et dis au roi qu'il prenne son épée et qu'il la fasse tourner trois fois au-dessus de moi,‭ ‬sur le seuil.‭ »
Le garçon courut avertir le roi qui prit son épée et la fit tourner trois fois au-dessus du fantôme.‭ ‬A la troisième fois,‭ ‬sa femme se trouva devant lui,‭ ‬fraîche,‭ ‬vivante et belle comme auparavant.
Le roi,‭ ‬rempli de joie,‭ ‬cacha la reine dans une chambre jusqu'au jour où l'on baptisa l'enfant.‭ ‬Après le baptême‭ ‬:
‭« ‬Que faut-il faire,‭ ‬demanda-t-il,‭ ‬à une personne qui en arrache une autre de son lit pour la jeter à l'eau‭ ?
– La méchante,‭ ‬répondit la vieille,‭ ‬ne mérite pas d'autre supplice que d'être enfermée dans un tonneau garni de clous à l'intérieur,‭ ‬qu'on laisse rouler du sommet d'une montagne jusqu'à la rivière.‭ »
Le roi envoya chercher un tonneau ainsi disposé,‭ ‬y fit mettre la vieille et sa te couvercle étant replace,‭ ‬on laissa router le tonneau du sommet de la montagne jusqu'à la rivière.

14:21
24 avril 2009


Augustin

Admin

Paris

messages 1949

2

Merci beaucoup Ajedrez pour ce nouvel ajout ! Je modifie le lien vers la version texte sur le billet.

 

A propos du forum Litterature audio.com

Actuellement en ligne :

7 Invités

Nombre max. d’utilisateurs en ligne : 165

Forums :

Groupes : 2

Forums : 11

Sujets : 2809

Messages : 14932

Membres :

Il y a 7906 membre(s)

Il y a 109 invité(s)


Augustin a rédigé 1949 message(s)

Auteurs les plus prolifiques :

Carole – 2951

Victoria – 1790

Prof. Tournesol – 1508

Pomme Arnaudon – 1058

Vincent de l'Epine – 1047

Administrateurs : Augustin | Modérateurs : Augustin, Carole, Christine Sétrin, Vincent de l'Epine