Vous devez être identifié(e) pour écrire un message Connexion S’enregistrer

Recherche 
Rechercher dans les Forums:


 




MARIE DE FRANCE – Lai de Bisclavret

UtilisateurMessage

15:21
24 janvier 2015


Aerendil Nubigena

Membre

messages 44

1
MARIE DE FRANCE – Bisclavret (XIIe siècle)
Quant de lais faire m'entremet,
    Ne voil ublïer Bisclavret:
    Bisclavret ad nun en bretan,
    Garulf l'apelent li Norman.
5   Jadis le poeit hume oïr
    E sovent suleit avenir,
    Humes plusurs garulf devindrent
    E es boscages maisun tindrent.
    Garulf, ceo est beste salvage:
10  Tant cum il est en cele rage,
    Hummes devure, grant mal fait,
    Es granz forez converse e vait.
    Cest afere les ore ester;
    Del Bisclavret vus voil cunter.
 15    En Bretaine maneit uns ber,
    Merveille l'ai oï loër;
    Beals chevalers e bons esteit
    E noblement se cunteneit.
    De sun seinur esteit privez
20  E de tuz ses veisins amez.
    Femme ot espuse mult vailant
    E que mult feseit beu semblant.
    Il amot li e ele lui;
    Mes d'une chose ot grant ennui,
25  Que en la semeine le perdeit
    Treis jurs entiers, que el ne saveit
    Que deveneit ne u alòut,
    Ne nul de soens nïent n'en sòut
    Une feiz esteit repeirez
30  A sa meisun joius e liez;
    Demandé li ad e enquis.
    `Sire,' fait el, `beals dulz amis,
    Une chose vus demandasse
    Mut volenters, si jeo osasse;
35  Mes jeo criem tant vostre curut,
    Que nule rien tant ne redut.'
    Quant il l'oï, si l'acola,
    Vers lui la traist, si la baisa.
    `Dame,' fait il, `or demandez!
40  Ja cele chose ne querrez,
    Si jo la sai, ne la vus die.'
    `Par fei,' fet ele, `ore sui guarie!
    Sire, jeo sui en tel esfrei
    Les jurs quant vus partez de mei,
45  El cuer en ai mut grant dolur
    E de vus perdre tel poür,
    Si jeo n'en ai hastif cunfort,
    Bien tost en puis aver la mort.
    Kar me dites u vus alez,
50  U vus estes, u conversez!
    Mun esciënt que vus amez,
    E si si est, vus meserrez.
    `Dame,' fet il, `pur Deu, merci!
    Mal m'en vendra, si jol vus di,
55  Kar de m'amur vus partirai
    E mei meïsmes en perdrai,'
    Quant la dame l'ad entendu
    Ne la nient en gab tenu.
    Suvente feiz li demanda;
60  Tant le blandi e losenja
    Que s'aventure li cunta;
    Nule chose ne li cela.
    `Dame, jeo devienc bisclavret:
    En cele grant forest me met,
65  Al plus espés de la gualdine,
    S'i vif de preie e de ravine.'
    Quant il li aveit tut cunté,
    Enquis li ad e demandé
    S'il se despuille u vet vestuz.
70  'Dame,' fet il, 'jeo vois tuz nuz.'
    `Diyes, pur Deu, ù sunt vos dras?'
    `Dame, ceo ne dirai jeo pas;
    Kar si jes eüsse perduz
    E de ceo feusse aparcëuz,
75  Bisclavret sereie a tuz jurs;
    Ja nen avreie mes sucurs,
    Desi k'il me fussent rendu.
    Pur ceo ne voil k'il seit seü.'
    `Sire,' la dame li respunt,
80  `Jeo vus eim plus que tut le mund:
    Nel me devez niënt celer,
    Ne mei de nule rien duter;
    Ne semblereit pas amistié.
    Qu'ai jeo forfait? Pur quel pechié
85  Me dutez vus de nule rien?
    Dites le mei, si ferez bien!'
    Tant l'anguissa, tant le suzprist,
    Ne pòut el faire, si li dist.
    `Dame,' fet il, `delez cel bois,
90  Lez le chemin par unt jeo vois,
    Une vielz chapele i estait,
    Ki meintefeiz grant bien me fait:
    Là est la piere cruese e lee
    Suz un buissun, dedenz cavee;
95  Mes dras i met suz le buissun,
    Tant que jeo revienc a maisun.'
    La dame oï cele merveille,
    De poür fu tute vermeille;
    De l'aventure se esfrea.
100 En maint endreit se purpensa,
    Cum ele s'en peüst partir;
    Ne voleit mès lez lui gisir.
    Un chevaler de la cuntree
    Ki lungement l'aveit amee
105 E mult preiée e mut requise
    E mult duné en sun servise--
    Ele ne l'aveit unc amé
    Ne de s'amur aseüré--
    Celui manda par sun message,
110 Si li descovri sun curage.
    `Amis,' fet ele, `seiez liez!
    Ceo dunt vus estes travailliez
    Vus otrei jeo senz nul respit:
    Ja ni avrez nul cuntredit;
115 M'amur e mun cors vus otrei,
    Vostre drue fetes de mei!'
    Cil l'en mercie bonement
    E la fiance de li prent;
    E el le met a sairement.
120 Puis li cunta cumfaitement
    Ses sire ala e qu'il devint;
    Tute le veie que il tint
    Vers la forest li enseigna;
    Pur sa despuille l'enveia.
125 Issi fu Bisclavret traïz
    E par sa femme maubailiz
    Pur ceo que hum le perdeit sovent
    E el le met par serement.
      Issi remist un an entier,
136 Tant que li reis ala chacier;
    A la forest ala tut dreit,
    La u li Bisclavret esteit.
    Quant li chiens furent descuple,
140 Le Bisclavret unt encuntre;
    A lui cururent tutejur
    E li chien e li veneur,
    Tant que pur poi ne l'eurent pris
144 E tut decire e maumis,
    De si qu'il ad le rei choisi;
    Vers lui curut quere merci.
    -Il l'aveit pris par sun estrie,
148 La jambe li baise e le pie.
    Li reis le vit, grant pour ad;
    Ses cumpainuns tuz apelad.
    `Seignurs,' fet il, `avant venez!
152 Ceste merveille esgardez,
    Cum ceste beste se humilie!
    Ele ad sen de hume, merci crie.
    Chacez mei tuz ces chiens arere,
156 Se gardez que hum ne la fiere!
    Ceste beste ad entente e sen.
    -Espleitez vus! Alum nus en!
    A la beste durrai ma pes;
160 Kar jeo ne chacerai hui mes.'
      Li reis s'en est turne atant.
    Le Bisclavret li vet siwant;
    Mut se tint pres, n'en vout partir
164 -Il n'ad cure de lui guerpir.
    Li reis l'en meine en sun chastel;
    Mut en fu liez, mut li est bel,
    Kar unke mes tel n'ot veu;
168 A grant merveille l`ot tenu
    E mut le tient a grant chierte.
    A tuz les suens ad comaunde
    Que sur s'amur le gardent bien
172 E li ne mesfacent de rien,
    Ne par nul de eus ne seit feruz;
    Bien seit abevreiz e peuz.
    Cil le garderent volenters;
176 Tuz jurs entre les chevalers
    E pres del rei se alout cuchier.
    N'i ad celui que ne l'ad chier;
    Tant esteit franc e deboneire,
180 Unques ne volt a rien mesfeire.
    U ke li reis deust errer,
    Il n'out cure de desevrer;
    -Ensemble od lui tuz jurs alout:
184 Bien s'aparceit que il l'amout.
     Oez apres cument avint.
    A une curt ke li rei tint
    Tuz les baruns aveit mandez,
188 Ceus ke furent de lui chasez,
    Pur aider sa feste a tenir
    E lui plus beal faire servir.
    Li chevaler i est alez,
192 Richement e bien aturnez,
    Ke la femme Bisclavret ot.
    Il ne saveit ne ne quidot
    Que il le deust trover si pres.
196 Si tost cum il vint al paleis
    E le Bisclavret le aparceut,
    -De plain esleis vers lui curut;
    A denz le prist, -vers lui le trait.
200 Ja li eust mut grant leid fait,
    Ne fust li reis ki l'apela,
    -Du une verge le manaca.
    Dur feiz le vout mordre al jur.
204 Mut s'esmerveillent li plusur;
    Kar unkes tel semblant ne fist
    Vers nul hume ke il veist.
    Ceo dient tut par la meisun
208 Ke il nel fet mie sanz reisun:
    Mesfait li ad, coment que seit;
    Kar volenters se vengereit.
    A cele feiz remist issi,
212 Tant que la feste departi
    E li barun unt pris cunge;
    A lur meisun sunt repeire.
    Alez s'en est li chevaliers,
216 -Mien escient tut as premers,
    Que le Bisclavret asailli;
    M'est merveille s'il le hai.
      Ne fu puis lungement,
220 -Ceo m'est avis, si cum j'entent,
    Que a la forest ala li reis,
    Que tant fu sages e curteis,
    U li Bisclavret fu trovez;
224 E il i est od lui alez.
    La nuit quant il s'en repeira,
    En la cuntree herberga.
    La femme Bisclavret le sot;
228 Avenantment se appareilot.
    Al demain vait al rei parler,
    Riche present li fait porter.
    Quant Bisclavret la veit venir,
232 Nul hum nel poeit retenir;
    Vers li curut cum enragiez.
    Oiez cum il est bien vengiez!
    -Le neis li esracha del vis.
236 Quei li peust il faire pis?
    De tutes parz l`unt manacie;
    Ja l'eussent tut depescie,
    Quant un sages hum dist al rei:
240 `Sire,' fet il, `entent a mei!
    Ceste beste ad este od vus;
    N'i ad ore celui de nus
    Que ne l'eit veu lungement
244 E pres de lui ale sovent;
    Unke mes humme ne tucha
    Ne felunie ne mustra,
    Fors a la dame que ici vei.
248 Par cele fei ke jeo vus dei,
    Aukun curuz ad il vers li,
    E vers sun seignur autresi.
    Ceo est la femme al chevaler
252 Que taunt par suliez aveir chier,
    Que lung tens ad este perduz,
    Ne seumes qu'est devenuz.
    Kar metez la dame en destreit,
256 S'aucune chose vus direit,
    Pur quei ceste beste la heit;
    Fetes li dire s'ek ke seit!
    Meinte merveille avum veu
260 Que en Bretaigne est avenu.'
    Li reis ad sun cunseil creu:
    Le chevaler ad retenu;
    De l'autre part la dame ad prise
264 E en mut grant destresce mise.
    Tant par destresce a par pour
    Tut li cunta de sun seignur:
    Coment ele l'aveit trahi
268 E sa despoille li toli,
    L'aventure qu'il li cunta,
    E quei devint e u ala;
    Puis que ses dras li ot toluz,
272 Ne fud en sun pais veuz;
    Tresbien quidat e bien creeit
    Que la beste -Bisclavret seit.
    Li reis demande la despoille;
276 U bel li seit u pas nel voille,
    Ariere la fet aporter,
    Al Bisclavret la fist doner.
    Quant il l'urent devant lui mise,
280 Ne se prist garde en nule guise.
    Li produm le rei apela,
    Cil ki primes le cunseilla:
    `Sire, ne fetes mie bien:
284 Cist nel fereit pur nule rien,
    Que devant vus ses dras reveste
    Ne must la semblance de beste.
    Ne savez mie que ceo munte:
288 Mut durement en ad grant hunte.
    En tes chambres le fai mener
    E la despoille od lui porter;
    Une grant piece l'i laissums.
292 S'il devient hum, bien le verums.'
    Le reis meismes le mena
    E tuz les hus sur lui ferma.
    Al chief de piee i est alez,
296 Deus baruns ad od lui menez;
    En la chambre entrent -tut trei.
    Sur le demeine lit al rei
    Truevent dormant le chevaler.
300 Li reis le curut enbracier,
    Plus de cent feiz l'acole e baise.
    Si tost cum il pot aver aise,
    -Tute sa tere li rendi;
304 Plus li duna ke jeo ne di.
    La femme ad del pais ostee
    E chacie de la cuntree.
    Cil s'en alat ensemble od li,
308 Pur ki sun seignur ot trahi.
    Enfanz en ad ases euz,
    Puis unt este bien cuneuz
    -[E] del semblant e del visage:
312 Plusurs [des] femmes de lignage,
    D'est verite, senz nes sunt nees
    E se viveient esnasees.
     L'aventure ke avez oie
316 Veraie fu, -n'en dutez mie.
    De Bisclavret fu fet li lais
    -Pur remembrance a tutdis mais.
 

A propos du forum Litterature audio.com

Actuellement en ligne :

9 Invités

Nombre max. d’utilisateurs en ligne : 165

Forums :

Groupes : 2

Forums : 11

Sujets : 2744

Messages : 14450

Membres :

Il y a 7832 membre(s)

Il y a 109 invité(s)


Augustin a rédigé 1949 message(s)

Auteurs les plus prolifiques :

Carole – 2891

Victoria – 1790

Prof. Tournesol – 1508

Vincent de l'Epine – 1021

Pomme Arnaudon – 973

Administrateurs : Augustin | Modérateurs : Augustin, Carole, Christine Sétrin, Vincent de l'Epine