Vous devez être identifié(e) pour écrire un message Connexion S’enregistrer

Recherche 
Rechercher dans les Forums:


 




RETBI, Achille – Achille et la tortue

UtilisateurMessage

17:52
28 janvier 2016


cocotte

Membre

messages 828

1

Achille et la tortue

Ou

La course après l'absolu

 Â l'âge de dix-sept ans, Achille Merleau n'a pratiquement jamais dialogué avec sa propre existence. Elle et lui se traînent en longueur dans les mêmes sentiers boueux et au creux des côtes des mêmes radiateurs. Après des études primaires déprimantes, et des études secondaires plutôt primaires, il a atterri au sixième rang de cette classe de philo, où végètent avec lui quelques trente-six chandelles humaines fatiguées.

En bref, la vie et Achille Merleau ne font aucune impression l'une sur l'autre et réciproquement. Quelle drôle d'idée avait eu sa mère en l'appelant Achille. Selon elle, c'était le nom de son grand paternel à elle. Parti au casse-pipes le sourire aux lèvres en mille neuf cent quatorze, il revenait deux ans plus tard sur une civière. Plus exactement, il revenait en majorité sur un brancard dont il ne se releva jamais. Quelle joie pour la jeune accouchée, lorsqu'elle put enfin redonner la vie à ce nom hétéroclite ! Le bonheur des uns fait, comme on sait, le malheur des autres. Depuis dix-sept ans, notre héros louvoie entre les sourires amusés et les regards compatissants de ses contemporains. Il a vite compris qu'il fallait faire contre mauvaise fortune bonne mine et vivre en bonne harmonie avec cet Achille de malheur. Or cet état de choses si attristant va changer du tout au tout en cette belle journée de novembre. L'équilibre précaire qui unit Achille à sa propre destinée va se rompre d'un coup, au risque de lui casser le coup. On verra bientôt que l'art véritable consiste à transformer les inconvénients en avantages et les lacunes en auxiliaires. Et de façon à ôter toute inquiétude de l'esprit soucieux de nos lecteurs et lectrices, disons avec force :  » Calmez-vous ! Achille est un véritable artiste ! Achille va en sortit haut la main ! « 

Mais pour lui permettre d'en sortir, il nous faut d'abord entrer dans le vif du sujet, ce que nous allons faire d'un pas léger.

Achille Merleau consulte l'heure à son portable : dix heures et quart. Conclusion : encore une heure trois quarts à tirer avant le repas au réfectoire du lycée. Patience et langueur de temps pallient impatience et longueur de temps. Achille lève les yeux et observe son prof de philo. M. de Gibéor, Gibo pour les cancres, se retourne vers le tableau et saisit un bout de craie oublié par le prof d'Histoire. Il trace rapidement trois lignes qui se veulent droites et semblent se rejoindre à leurs extrémités. Le public observe la scène d'un air curieux, et Achille parmi lui. Cette belle jeunesse n'a guère l'habitude de voir leur prof de philo dessiner comme ça sur l'ardoise. Les paris vont s'ouvrir quant à la signification du bizarre croquis lorsque le penseur se mit en devoir d'éclaircir les ténèbres.

 » L'idée de Pythagore constitue une révolution profonde dans le processus même de la pensée humaine. Nous avons trois ici, de A à B, quatre là, de A à C, et cinq, ici, de B à C. Pythagore énonce :

 » Trois au carré + quatre au carré = cinq au carré ! ou si vous préférez : Le carré de l'hypoténuse est égal à la somme des carrés des côtés! C'est là, Messieurs, le formule admirable, unique, géniale, ontologique et, partant, métaphysique, que vous appelez le théorème de Pythagore. Cette notion des carrés indique une approche philosophique profondément transcendantale devant la géométrie. « 

Le petit bout de craie retombe dans la case prévue à cet effet, à côté de l'éponge antique.  M. de Gibéor continue :

 » Cette notion est anti-scientifique par définition, elle ouvre la porte à la recherche de l'absolu, de l'infini, du divin. Un siècle plus tard, cette perspective révolutionnaire permet à Zénon de formuler ses premiers paradoxes. « 

Une petite voix se fait entendre :

 » Z'est oui ou z'est non ?

L'assistance émet quelques Ricanements primitifs. M. de Gibéor demeure indifférent aux sarcasmes :

 » Le paradoxe, élevé au niveau d'un idéal, là réside le génie de Zénon. Il saisit une balle au bond et déclare : lorsque la balle est en mouvement, je ne peux savoir où elle est. Lorsque je l'arrête dans son vol, je mets un terme à son mouvement. Où est la différence, entre une balle mouvante et un ballon au repos ? Aucune, Messieurs, aucune ! Et pourtant, dans le premier cas, j'ai un mouvement, et dans le second, un repos. Voilà le paradoxe dans toute sa splendeur. Cette notion de paradoxe va trouver son apogée dans le conte d'Achille et de la tortue. « 

Une cinquantaine d'yeux convergent illico vers l'intéressé. Les autres paupières sont sans doute closes sous l'effet du sommeil. Chapuis Caporal est le premier à opérer  la métamorphose profonde dans la personnalité de notre héros :

 » Eh, la Tortue, réveille-toi, on cause de toi ! « 

Notons que le grade de Caporal accompagne Chapuis depuis plus de deux ans, rapport à l'odeur particulière de cigarette qu'il laisse derrière lui en quittant les toilettes du Lycée.

Nouveaux ricanements primitifs dans  l'assistance. Un murmure s'élève doucement :

 » La tortue ! La tortue ! « 

M. de Gibéor arbore toujours le même calme olympien :

 » Je vois que mon exposé vous passionne, M. Merleau, n'est-ce pas ? Je suppose que vous n'ignorez rien de l'Iliade d'Homère, où  on raconte les célèbres faits d'armes du rapide Achille, qui poursuit Hector le Troyen et le trucide aux pieds des murailles. Donc, Zénon décide d'atteler le vieil Homère à sa charrette et nous raconte l'histoire suivante :

 » un jour, le héros grec  Achille  a disputé une course à pied avec le

 lent reptile. Comme Achille était  réputé être un coureur très rapide, il

 avait accordé gracieusement à la tortue une avance de cent mètres.

L'argument exposé par Zénon est qu'Achille ne peut jamais rattraper la tortue car, si la tortue a de l'avance sur Achille,  celui-ci ne peut jamais la rattraper,

quelle que soit sa vitesse. En effet, pendant qu'Achille court jusqu'au point d'où a démarré la tortue, cette dernière avance, de telle sorte qu'Achille a toujours du retard sur elle. « 

Il est vrai, Messieurs, que ce retard tend à diminuer à chaque pas que font Achille et la tortue … « 

Danglard, son portable sur la cuisse droite, remarque à haute voix :

 » Il a tout piqué mot pour mot dans Wikipédia ! « 

Gibo interrompt son discours et énonce à l'endroit du malappris :

 » Sachez, mon cher Danglard, que les encyclopédies en savent souvent beaucoup plus que les cancres qui peinent au bout de leurs douze ans de scolarité minable. « 

Ricanements étouffés dans l'assistance.

Gerbois lève un doigt hésitant et déclare :

 » M'sieur, moi aussi j'ai une tortue ! « 

Les rires ne se contiennent plus. Tous les regards se tournent vers Achille Merleau, qui devient désormais La Tortue, pour le meilleur et pour le pire.

M. de Gibéor commet alors une erreur tactique irréparable. Voyant que tous les yeux se refusent invariablement à quitter Achille Merleau, le philosophe arrive à la conclusion erronée qu'il a mis la main sur le pire des fauteurs de troubles de cette terminale. Il se résout donc à employer les grands moyens :

 » Dites donc, M. Merleau, nous nous retrouvons lundi à dix heures, n'est-ce-pas ? Eh bien lundi, à dix heures, vous nous expliquerez comment la mathématique moderne est parvenue à réfuter le paradoxe de Zénon. La séance est levée ! « 

Tout le monde se précipite vers la sortie, à l'exception de M. de Gibéor et d'Achille Merleau, perplexe sur sa chaise.

Pendant le repas, notre héros tient conseil avec Mercier Gras du Bide, Chapuis Caporal et Gerbois, l'homme à la tortue. Ce dernier propose à Achille de lui prêter sa carapace ambulante de façon à lui permettre de résoudre le problème posé par gibo.

Le lendemain, à quatre heures précises, Merleau sort de chez Gerbois avec quatre  articles dûment emmagasinés dans une vielle boîte à chaussures : une tortue, un ruban adhésif, un pinceau et une feuille de salade. Achille dépose la boîte sur l'allée dallée qui desservait les quatre entrées de la résidence où habite Gerbois. Il fixe son pinceau sur le dos de l'invertébré à l'aide de son ruban adhésif et accroche sa feuille de laitue au bout. Il dépose délicatement la carapace sur la cinquième dalle de l'allée et attend. La tortue hésite entre la terreur de l'inconnu et sa passion pour la verdure. Plus la première tend à diminuer, plus la seconde s'éveille. Finalement, la faim fait sortir le loup du bois. La tête apparait à l'avant, la queue à l'arrière, puis les quatre pattes font une sortie timide. Achille se poste sur la première dalle, prêt à faire son premier pas vers la réfutation du paradoxe de Zénon.

La tortue avance prudemment la patte avant gauche l'arrière droite dans l'espoir évident de se rapprocher de la feuille de laitue. Mais, le scotch et le pinceau aidant, cette dernière demeure encore relativement inaccessible. Le pauvre animal décide de changer de stratégie et met en mouvement la patte avant droite et l'arrière gauche. Mais cette opération a pour résultat une progression parallèle du bout de salade dans une proportion en tous points égale au déplacement longitudinal de la carapace. Deux gouttes de sueur coulent sur les joues de l'animal affamé. Un esprit romantique ou sensible les aurait sans doute qualifiées de larmes. Or Achille n'ayant rien de romantique ni de sensible, il ne remarque donc pas le phénomène. Il fait trois petits bonds en avant et note d'un trait à la craie l'emplacement que vient de quitter la queue du quadrupède caparaçonné. Puis il retourne à son point de départ et se met en chasse. Au bout de trois quarts de seconde, son pied se pose sur le trait à la craie, manquant d'un rien de marcher sur la queue qui rampe derrière la tortue.

Achille réfléchit longuement :

 » Il a raison, ce taré de Zénon …  A chaque fois que je bouge, cette sale bête a fait cinq centimètres de plus que moi et je n'ai aucune chance de la rattraper … « 

Il en est là de ses réflexions lorsqu'une fenêtre s'ouvre violemment à un second étage. Au balcon apparaît une femme d'une cinquantaine d'années, les traits farouches et les cheveux gris ébouriffés. Si elle chevauchait un manche à balai, on ne pourrait guère se tromper sur ses qualités professionnelles. Achille la contemple d'un air hagard, pendant que la tortue de Gerbois continue sa course folle après la feuille de laitue. Le discours de la sorcière ne manque ni d'exactitude ni de véhémence. D'un point de vue méthodique, on notera que la quinquagénaire progresse par associations tout au long de sa diatribe. On remarquera en outre que les associations se basent en premier lieu sur l'emploi de l'alphabet en assez bon ordre, ce qui dénote un bon fonctionnement de la partie gauche du cerveau. Ensuite, on ne doit pas ignorer le fait que certaines associations relèvent plutôt de la logique et de l'analyse, ce qui indique a priori un niveau analytique acceptable de la part de la partie droite de cet organe délicat. Nous citons (tous droits réservés à Madame Fratellini, la voisine des Gerbois) :

 » Assassin ! Amphibie ! Antipathe ! Antéchrist !  Brute ! Barbare ! Berbère ! Bulgare ! Bourreau !  « 

Suit une pluie d'imprécations dans les C et les D : » Charcutier ! Carnivore ! Cannibale ! Déchet ! Dégueu ! Délinquant ! Dévoyé !

Dégénéré! « 

Cette dernière expression est suivi de deux vocables d'une vulgarité pitoyable.

La mégère indomptable arrive rapidement à la lettre T :

 » Tartare! Tortionnaire ! Torturier ! « 

Ce dernier néologisme doit-il sans doute son existence à celle de la tortue tortueusement torturée, qui sait ?

Le défilé des injures s'achève en apothéose :

 » Vaurien ! Voyou ! Vampire ! Vandale ! Handicapé ! « 

Achille s'étonne de ce finale cinglant. Il contemple sa victime, effondrée sur le macadam. Il pense aux quelques mètres de distance qu'il a mis volontairement entre elle et lui dès le départ. Sa conscience approuve le terme « handicap » qui caractérise ses relations avec le malheureux reptile. La fenêtre se referme dans un claquement sec. Achille se penche sur la tortue, arrache le bout de salade du pinceau et le dépose sous le nez du pauvre animal. La brave bête n'en croit pas ses yeux. Elle doute. L'expérience des dix dernières minutes lui a appris à se méfier des idéaux enfin atteints, des rêves qui se concrétisent et des espoirs devenus réalité. Mais non, ce n'est pas une chimère, un mirage, un cauchemar. La laitue est bien là, bien juteuse et bien verte. En trois coups de zigomatique bien ordonnés, la feuille de salade est avalée. Le Nirvana est là, la Terre Promise est atteinte. Vive Zénon et vive la laitue !

Achille repose son matériel de chasse dans la boîte à chaussures et remonte chez Gerbois pour lui rendre sa protégée.

 Mais hélas, tout arrive, et le lundi matin aussi. Dix heures dix sonnent au cœur tourmenté d'Achille Merleau. M. de Gibéor ne lâche pas sa proie. Comme disent les sages : la différence entre un prof teigneux et un Doberman , c'est qu'à la fin, le chien lâche l'enfant …

 » Alors, M. Merleau ? Cette réfutation, elle arrive ?

Achille cherche ses mots et bafouille :

 » Ben, M'sieur, d'un point de vue empirique, disons qu'il est prouvé matériellement et scientifiquement que Zénon, ben, il a raison, quoi … D'un point de vue philosophique, y a pas moyen de moyenner avec la tortue, quoi … Maintenant, mathématiquement parlant, ben, c'est vachement complexe. Il y a une formule  dans le genre T + t multiplié par 0.1 + T multiplié par 0.001 etcetera jusqu'à l'infini, comme ça, quoi … Mais c'est pas commode à démontrer … « 

M. de Gibéor acquiesce :

 » Vous vous êtes pas mal défendu, mon ami. Effectivement, sans l'appui de l'ordinateur, il est pratiquement impossible de prouver que Zénon a tort. Bravo ! « 

Les yeux s'écarquillent à l'infini. La Tortue a gagné ! Quel type, cet Achille Dix-sept ans de grisaille indéfinissable se transforment comme par miracle en une lumière fulgurante d'envergure ultra-cosmique. Tremble, Humanité, un héros est né !

Gibo conclut :

 » Si l'on accepte le paradigme d'Aristote selon lequel la matière est divisible à l'infini, en effet, M. Merleau, Achille ne rattrapera jamais la tortue. Il y aura toujours un espace infinitésimal qui les séparera. Je vous renvoie à la Méthode de Descartes, où le sujet est développé à l'extrême. « 

Au repas, les gens ne parlent que d'Achille, de sa tortue et de Zénon. Merleau n'a guère l'habitude de jouer les figures de proue sous les projecteurs. Sa modestie atavique, sa discrétion naturelle et son profil aux épaules étroites ne s'accommodent guère de ce genre de cérémonies. On commente, on raconte, on loue, on applaudit. Si l'on ne craignait les entorses au beau langage, on piédestalerait, on podiumerait …

Mais cette victoire historique sur l'impossible et l'inouï n'est rien comparée au triomphe universel qui attend notre héros en ce lundi béni … Le hasard, cet ami des romanciers, des savants et des confiseurs, va jouer un rôle étonnant dans cette histoire attendrissante. Il se trouve qu'aujourd'hui, le surveillant général a confié la surveillance du réfectoire  à un pion minable. Cet étudiant en sociologie répond, quand il en a envie, au sobriquet de La Fouine, parce qu'il a souvent la mauvaise idée de fourrer son nez dans les débats des élèves de terminale. Aucun groupe organisé et pré-défini n'aime voir les intrus s'occuper de ses oignons. De cet aphorisme irréfutable découle l'antagonisme profond de la classe de Gibo à l'égard de La Fouine, surveillant malveillant, rongeur notoire et dépradateur nuisible. En ce beau lundi d'automne, La Fouine se montre justement plein d'intérêt pour les événements que nous venons d'évoquer. Debout à côté de la table où déjeune Achille et ses acolyts, il écoute, le sourire aux lèvres. Caporal l'invective :

 » Passez votre chemin, Monsieur ! « 

-        Ah ça non ! pas avant d'avoir entendu la fin ! Alors La Tortue, paraît que vous jouez les super-stars chez Gibo, maintenant ? « 

La coupe est pleine. Ce qu'Achille permet à ses camarades de classe, plus par nécessité que par plaisir, il ne peut l'accepter de la part de La Fouine. Il ne se domine plus. Comme mû par un ressort, il se dresse d'un bond, renverse sa chaise, attrape le pion par les épaules, le retourne et lui botte les fesses. Complètement, ahuri, le pion détale en direction du bureau du surveillant général.

Le conseil de discipline se réunit. La Fouine explique que Merleau lui a donné un coup de pied dans le derrière sans aucune provocation de sa part. Achille explique que tout le monde en a marre de cette fouine qui se mêle de ce qui ne la regarde pas et que n'importe être doué de raison aurait fait pareil sinon pire. L'algarade se solde par trois jour de repos forcé à la maison.

Toute la classe s'accorde à élever Achille Merleau, dit La Tortue, au rang de héros national. Terrasser Gibo et botter La Fouine en un seul jour, c'est plus fort que le petit cordonnier et les sept d'un coup !

Mercier Gras du Bide s'occupe à coller une belle affiche sur la porte dela salle de permanence. On peut y lire, en gros caractères rouges, l'affirmation suivante :

Vive Achille au pied léger

Mercier passe la main de haut en bas, puis de bas en haut, de façon à appliquer son affiche exactement sur la porte. Il faut faire attention à l'éventualité de boursouflures inadéquates et de décollage intempestif. Le surveillant général observe l'opération d'un œil attentif. Son travail achevé, Mercier se retourne et tombe nez à nez avec le responsable de la sécurité locale. Celui-ci montre l'affiche et remarque

 » Dites donc, Gras du Bide, Achille au pied léger, cela se met au pluriel, pas au singulier !

Mercier Gras du Bide répond avec toute la déférence due au notable :

 » M'sieur Super-Pion, sauf vot' respect, si Achille La Tortue avait botté La Fouine des deux pieds, il se serait retrouvé le derrière par terre ! « 

 

A propos du forum Litterature audio.com

Actuellement en ligne :

4 Invités

Nombre max. d’utilisateurs en ligne : 165

Forums :

Groupes : 2

Forums : 11

Sujets : 2809

Messages : 14932

Membres :

Il y a 7906 membre(s)

Il y a 109 invité(s)


Augustin a rédigé 1949 message(s)

Auteurs les plus prolifiques :

Carole – 2951

Victoria – 1790

Prof. Tournesol – 1508

Pomme Arnaudon – 1058

Vincent de l'Epine – 1047

Administrateurs : Augustin | Modérateurs : Augustin, Carole, Christine Sétrin, Vincent de l'Epine