Vous devez être identifié(e) pour écrire un message Connexion S’enregistrer

Recherche 
Rechercher dans les Forums:


 




RETBI, Shmuel – Le Damier du Rabbin Shalom

UtilisateurMessage

19:02
11 août 2018


Bruissement

Membre

Dijon/France

messages 573

1

Le damier du Rabbin Shalom

Avant-propos


Contre toute attente, il ne se passe pratiquement rien dans cette histoire. Ceux qui espèrent de l'action et de l'aventure devront sans doute aller les chercher ailleurs. Par bonheur, il nous reste les sentiments et les idées. Mais par malheur, on verra bientôt que la sensibilité et l'intellect manquent aussi à l'appel dans cette petite nouvelle.  On y trouvera de l'ambition, de la flagornerie, de la sûreté de soi, de la mauvaise foi et de la Foi tout court. Cela suffira-t-il à assouvir l'appétit du lecteur ? Rien n'est moins sûr … Nous devrons donc nous réfugier dans les idées, les grandes et les petites, les longues et les courtes.  Certaines d'entre elles occupent une place de choix dans ce récit. Avez-vous remarqué la façon bizarre et souvent cocasse dont les idées s'enchaînent les unes aux autres ? Elles  semblent mettre un malin plaisir à provoquer les effets les plus curieux sur le monde matériel et social. Sait-on jamais si les pires cataclysmes n'ont pas leur origine dans un froncement de sourcils sceptique plutôt que dans le battement des ailes d'un papillon chinois ?

M. de Fontenelle conte l'anecdote de « La Dent d'Or ». De grands docteurs allemands avaient disputé de la présence d'un organe fait de ce précieux métal dans la bouche d'un jeune garçon et l'avaient finalement attribuée à la Providence divine. L'histoire se passait en 1593, mais il fallut attendre plusieurs années pour que quelqu'un de moins savant ait la bonne idée de faire examiner la dent par un artisan et non par des docteurs. M. de Fontenelle explique :

  » Il se trouva qu'il s'agissait d'une feuille d’or appliquée à la dent, avec beaucoup d’adresse, mais on commença par faire des livres, et puis  (seulement après!) on consulta l’orfèvre. Rien n’est plus naturel que d’en faire autant sur toutes sortes de matières. Je ne suis pas si convaincu de notre ignorance par les choses qui sont, et dont la raison nous est inconnue, que par celles qui ne sont point, et dont nous trouvons la raison. Cela veut dire que, non seulement nous n’avons pas les principes qui mènent au vrai, mais que nous en avons d’autres qui s’accommodent très bien avec le faux.  » A votre place, très cher lecteur, je relirai la dernière phrase au moins deux fois pour m'assurer que j'ai compris.

L'histoire du damier illustrera peut-être le bien fondé des dires du noble penseur. Dans le cas contraire, nous aurons toujours la ressource de nous casser la tête sur la Critique de la Raison Pure.

Propos généraux

 Il existe des différences profondes entre les traditions religieuses des diverses communautés et nations du Monde. Cependant, on trouve par-ci par-là quelques points communs notables. Ceux-ci permettront à qui ignore les particularismes  du judaïsme, de comprendre le récit qui va nous occuper dans les pages suivantes. Loin de mettre l'accent sur les différences, remarquons ici les traits de ressemblance. D'abord, toutes les communautés humaines comprennent des gens qui prétendent avoir des relations suivies avec leur Créateur.  Cette classe se divise en deux groupes assez distincts. Les uns avouent ne pas avoir encore la Connaissance de la volonté divine.  Les autres, bien plus rares, Dieu merci, se flattent de la deviner d'avance. Ce groupe s'efforce de communiquer la bonne parole aux autres, soit gratuitement soit en acceptant modestement une rémunération aussi méritée que discrète. En second lieu, les heureux qui possèdent la clé occupent souvent une place de choix dans le Temple commun. À un  moment précis de la journée, de la semaine, du mois ou de l'année, selon leurs relations avec la majorité silencieuse, ces mortels bénis essaient de faire passer leur message en prononçant ce que nous appellerons ici un sermon.

La communauté juive présente un caractère un peu spécial : elle comprend un troisième groupe, ceux qui étudient mais ne sont pas assez savants ni effrontés pour prétendre savoir instruire les autres.

En outre, tous les régimes politiques  modernes ont en commun un trait singulier : malgré la volonté déclarée de l'État de se séparer de son Église, il la surveille quand même du coin de l'œil, tout en lui accordant  les fonds nécessaires à son bon fonctionnement. Le pouvoir y gagne que le clergé lui laisse une paix royale, et même lui accorde un petit coup d'encensoir de temps en temps. C'est ce que les Américains appellent dans leur grande sagesse 'a win win situation »: les Prêtres mangent à leur faim, les Ouailles reçoivent des bénédictions et l'État prospère.

Propos tout à propos

Ces lignes générales étant maintenant bien établies, nous pouvons nous pencher sur le cas particulier de l'État d'Israël et du Rabbinat. Dans les grandes villes, Cette noble institution s'occupe généralement des questions de culte et de l'intérêt spirituel de la communauté. Cela se fait surtout par l'entretien de synagogues locales ou municipales. Un autre particularisme du Judaïsme pratiquant consiste en la distinction entre communautés d'origine européenne et communautés orientales et nord-africaines. On trouvera là, entre 5 et 8 heures, un nombre de dix à cent personnes qui arrivent pour la prière de l'après-midi et restent jusqu'à la fin de la prière du soir. Un Sermon  de quelques minutes constitue presqu'invariablement le lien entre les deux prières. Cette oraison est   généralement prononcée par le Rabbin local. En son absence, un notable de passage ou un érudit de la communauté le remplace dans cette tâche délicate. Il existe une grande diversité  dans l'atmosphère générale de ces Temples.  Ces variations proviennent des détails que les racistes et les antisémites attribueront à des différences de mentalité, pour ne pas dire de mœurs. L'exemple suivant illustrera, j'espère, ces disparités. Mon ami le Rabbin Jacob R. me racontait en riant:

 » il existe une grande différence entre les communautés européennes ou Ashkénazes et les communautés orientales, ou Séfarades. La semaine dernière, j'ai passé deux jours dans la ville de Bnei Brak. Le premier jour, comme j'entrais chez les Ashkénazim pour la prière de l'après-midi, quelqu'un s'adressait à moi et me demandait avec une politesse exquise :

Votre Honneur aurait-il la bonté de nous faire partager ses connaissances de la Tora avant la prière du soir ? J'ai demandé : quand prie-t-on Arvit? Mon interlocuteur m'a répondu : à 7 heures 12, Votre Honneur. Le lendemain après-midi, je suis entré chez des Sefaradim, et là, la même histoire: Votre Honneur etc. J'ai demandé: à quelle heure priez-vous Arvit? La réponse a été: Quand Votre Honneur aura terminé … « 

    Maintenant que ces distinctions subtiles sont claires et nettes, nous pouvons passer tout naturellement à l'exposition des faits. On verra comment la société israélienne manqua de rouler au fond  du précipice qui s'appelle la Guerre Civile à la suite d'une relation malencontreuse de cause à effet. Comme l'a dit le Philosophe, « un mouvement d'ailes de papillon dans le Désert de Gobi provoque l'El Nin~o dans le Pacifique ».

Propos biographiques

    L'histoire se passe dans la petite ville de Hadéra, localité industrieuse bien cachée au bord de la Méditerranée. La ville est trop près de Tel-Aviv pour qu'on s'endorme en route. Cependant, la distance empêche l'influence néfaste des plaisirs et de l'amusement de la grande ville de troubler la paix  provinciale de la population locale. La Compagnie Nationale d'Electricité a élu là son gîte et elle s'efforce d'y purifier l'atmosphère qu'elle pollue elle-même depuis plus de soixante ans. Cette petite ville constitue un véritable microcosme et justifie amplement l'adage: deux Juifs? Trois opinions! On y parle près de quarante langues. On y vote pour tous les partis existants et imaginaires. On y prie aussi dans tous les rites connus du Judaïsme et comme partout, les sermons y foisonnent pour le bien de la  communauté et de ses bergers.

C'est là que naquit en 1957 le Rabbin Shalom Shush. On notera  qu'à sa naissance, il n'était pas encore Rabbin mais qu'il l'est devenu par une relation logique de cause à effet. Cette relation, dans laquelle tout un chacun reconnaîtra bien évidemment la Main de la Providence, constitue justement le sujet qui nous occupe ici. La famille Shush provenait de l'honorable branche marocaine d'une illustre famille juive espagnole. Une bonne vingtaine des ancêtres avaient été brûlés vif entre 1300 et 1500 par l'Inquisition pour cause d'hérésie. Ceux qui survécurent finirent par trouver une sécurité relative dans la ville de Fez au Maroc. En 1952, toute la famille, une soixantaine de personnes, avait gagné un hâvre de paix dans les villes de développement du nord-ouest d'Israël. C'est là que le jeune Shalom s'était fait remarquer en emportant à l'âge de 16 ans le Prix du Concours National de Bible. Abandonnant l'étude de la Torah, il s'était engagé dans l'armée pour trois ans. Il fut grièvement blessé au Liban pendant l'opération Litani en 1978. Obsédé  par les causes et les effets, il attribuait sa blessure à cet abandon temporaire de la Loi : Abandonne-moi un jour, je t'abandonnerai deux jours! Tel était son adage préféré. Il retourna donc à ses chères études après une longue convalescence. Puis, il épousa la fille de Davidoff, le plus gros bijoutier de Hadéra dont la fortune le mit au-dessus de tout souci matériel. Aussi, un beau matin de mai 1995, il se fit une douce  violence et accepta la place vacante de Rabbin à la synagogue  du quartier de Nissan. Il acheta un joli pavillon attenant à la synagogue. Trois ans plus tard, il agrandit la maison sous l'œil clos et bienveillant du service cadastral de la mairie. C'est là qu'il partagea son temps entre l'observance du commandement: « Croissez et Multipliez! » et sa charge de Rabbin de quartier.

Hors de propos

Il faut ici ouvrir une parenthèse d'ordre linguistique sur le nom du Rabbin Shalom Shush. Le son Sh est produit en Hébreu par la lettre Shin . Cette lettre ressemble  à un grand U qui comporterait une barre verticale supplémentaire en son milieu, un peu comme un E majuscule avec les trois pattes en l'air (ש). S'il y a un point sur la branche droite du Shin, on prononce Sh. Si le point est sur la branche gauche, on prononce S. Selon l'origine des communautés juives, on prononcera s ou sh  presqu'indifféremment, comme dans l'histoire de l'Auvergnat qui disait à sa femme :
 » Ch't'ai apporté un cadeau !
- Quel cadeau ?
- Une Broche !
- Une broche pour mon corchage ?
- Non, une broche pour tes chauchures ! « 

Donc le nom Shalom Shush  se prononcerait d'une façon idéale et optimale comme si le point était sur la branche du milieu, ce qui n'existe hélas jamais. De cause en effet, et selon le Méridien et/ou le Parallèle sous lequel on avait vu le jour, on prononcerait Suss ou shchshushsch avec  une infinité de variantes au milieu.

Retour à nos propos

Rabbi Shalom comme l'appelaient les Ashkénazim, ou Erbi Shalom comme disaient les originaires du Maroc,  avait fait son nid dans le quartier cossu. La synagogue prospérait. On venait des quatre coins de la ville pour écouter ses sermons tous les soirs, entre Minha et Arvit. On admirait ce beau visage à la noble barbe prématurément blanchie. Les cinq enfants, sages comme des images, avaient grandi dans un calme irréprochable et un respect immaculé de toutes les pratiques, et en premier chef, la profonde révérence envers Père et Mère, bien évidemment. En bref, ceux qui … sèment  … dans la joie récoltent le fruit de leurs dignes efforts et n'ont jamais à rougir de leur progéniture. Ainsi, à l'âge de cinquante-trois ans, Rabbi Shalom et Madame avaient le bonheur  de voir leurs trois fils mariés aux filles des plus grands commerçants de la ville. De même, leurs deux filles avaient dit « oui » à deux futurs Professeurs d'Université. Tout allait pour le mieux, le respect universel enveloppait cette belle famille d'un duvet douillet. Aussi, les petits yeux brillants et vifs de Rabbi Shalom Shush répandaient une douce bénédiction partout où leur regard se posait.

Propos sérieux

    Deux expressions revenaient constamment dans le discours du Rabbin: 
 » Pourquoi, parce que. « 
Ces deux termes trouvaient d'ailleurs des variantes, sous la forme de : « ce qui provoqua …  » ou : « Cela entraîna … »  ou encore : « Cela eut pour conséquence … »

    Voici un spécimen authentique d'un bout de sermon réellement prononcé par notre héros :

 » L'appétit du premier homme, son ambition, sa volonté de tout posséder entraîna l'infraction à l'interdiction de goûter du fruit de la connaissance du bien et du mal. En écoutant la voix de l'intérieur qui l'appelait à la révolte, Adam avait fait entrer en lui l'ennemi extérieur. Le serpent, qui était autrefois dehors, se retrouvait maintenant dedans. Et de cause à effet, toute l'histoire de l'humanité s'écroulait lamentablement, comme des dominos s'abattant les uns les autres. « 
 Le Déluge? C'était le résultat inéluctable d'une conduite morale collective dépravée. Les catastrophes naturelles représentaient le résultat direct du comportement immoral de l'Homme. Sodome et Gomorrhe ? Évidemment, le feu de leurs propres passions avait attiré sur elles la foudre céleste et leur anéantissement moral avait provoqué lui-même leur perte. La destruction du Temple de Jérusalem avait pour origine la haine gratuite entre les individus. Dieu avait dit à Titus :  » C'est une Maison détruite que tu as anéantie ! « 
    En général, Rabbi Shalom terminait toujours ses sermons par un appel dramatique au retour aux sources et au rétablissement de valeurs morales bafouées. Il avait un don incomparable pour mettre le doigt sur un phénomène  social, naturel ou politique d'ordre totalement négatif. Puis, il le reliait avec brio à  une cause d'ordre moral, ou plutôt immoral, dont souffrait la Société. Si un incendie colossal avait totalement détruit les récoltes de blé de l'Ukraine, c'est parce que l'Humanité ne distribuait pas le pain de façon équitable entre les pauvres et les riches. Une inondation en Thaïlande était due  au vol des ressources d'eau par les gens  qui se repiquaient sur les canalisations publiques et arrosaient leurs jardins pendant les mois d'été alors que les autres mouraient de soif. Suivant l'usage bien établi sous tous les cieux de ce bas monde, l'Homme aime à trouver des explications aux phénomènes qu'il ne comprend pas. Vous lisez votre journal. Vous réfléchissez un moment (un moment seulement car il ne faut pas abuser de cette mauvaise habitude). Vous vous demandez: « Pourquoi ?  » Bien assis et bien pépère sous la bouche du conditionnement d'air vous écoutez avec ravissement les explications de ceux qui répondent : « Parce que… ». Vous exultez, le bonheur vous envahit.
Cela explique d'ailleurs pourquoi Rabbi Shalom jouissait de la haute considération de tous ses concitoyens. Non seulement, il pensait à leur place mais en plus il répondait aux questions que les autres ne se posaient même pas. En résultat, la petite communauté se trouvait en perpétuelle effervescence et en état d'éveil intellectuel permanent. Les sermons  faisaient couler les idées, telles les boules d'un billard roulant de gauche et de droite dans un équilibre newtonien à la fois complexe et esthétique. Les paroles de Rabbi Shalom couraient les rues, prenaient les tournants sur les chapeaux de mot et atterrissaient dans les cafés du coin. Elles venaient enfin se blottir au fin fond des plus humbles cuisines comme dans les salons les plus cossus de la bourgeoisie locale.

Propos sordides

    De temps en temps, un scandale public éclatait dans ce petit monde à la suite d'un rapprochement un peu maladroit du Rabbin. Un jour qu'il commentait le verset : « Tu ne tromperas pas ton frère », il fit un faux pas. Il expliqua que le fisc accablait les commerçants sous les impôts au point que le système lui-même les obligeait à mentir et à faire de fausses déclarations. Cela occasionna un tollé général. La vérité n'étant pas toujours bonne à dire, le berger spirituel s'était mis à dos la moitié des indépendants de Hadéra. Ces braves gens considéraient leurs déclarations d'impôts comme les  documents les plus respectables du Moyen Orient et de sa banlieue immédiate. Par contrecoup, le vénérable fonctionnaire du Ministère des Cultes  avait reçu la visite de ces  Messieurs du Service des contributions. On lui avait demandé si c'était avec son petit traitement de Rabbin local qu'il avaient fait construire les trois pièces qui faisaient une villa magnifique d'un si modeste pavillon.

Propos funèbres

    Il arriva que le Rabbin Séfarade de Hadéra rendît son âme à son Créateur vers la fin de l'année 2007.  Ce décès occasionna une guerre acharnée dans les couloirs du Grand Rabbinat à Jérusalem. On n'arrivait pas à se mettre d'accord sur le remplaçant et la situation devenait insupportable. Les rares prétendants au poste se rendaient vite compte que leur nomination n'aurait jamais la majorité des suffrages et retiraient prudemment leur candidature. Ceux qui s'accrochaient se voyaient automatiquement disqualifiés par tel ou tel groupe minoritaire. Les débats étaient souvent ajournés de crainte du scandale et du ridicule. En un mot, c'était l'impasse. Certains journalistes malicieux prétendaient déjà  qu'il y avait comme un court-circuit dans cette sévère institution, faisant allusion, comme vous l'avez judicieusement compris, à la Compagnie d'Electricité régnant à Hadéra. D'autres insinuaient qu'un organisme incapable de nommer ses membres à l'amiable et dans l'harmonie n'a pas de raison d'être. Il valait mieux se passer de Rabbinat plutôt que de le voir se mordre la queue sans résultat. Après  trois ans de cette lutte  sans merci où toutes sortes d'intérêts contraires essayaient de faire triompher leur cause, on parvint pourtant à un accord tacite sur le moindre mal.  À l'unanimité, le Conseil du Grand Rabbinat nomma Rabbi Shalom Shush Grand Rabbin Séfarade de la ville de Hadéra. Rabbi Shalom se sentit heureux de sa nomination. Cependant, il n'était pas homme à s'émouvoir d'un phénomène somme toute bien naturel. Cette nomination  récompensait de longues années de services fidèles à la Torah et à la communauté et il n'y avait donc rien là d'étonnant. Le bien était toujours récompensé et le mal toujours puni. Logiquement, sinon inévitablement, sa bonne conduite et ses bonnes manières ainsi que son érudition le faisaient reconnaître à juste titre comme une personnalité notoire du monde religieux. Le Rabbin Shalom continua donc à vaquer à ses occupations, toujours affable et souriant, sans condescendance vis-à-vis de ses contemporains, sans gloriole. Il donnait toujours de lui cette image si aimable et si bon enfant qu'on lui connaissait depuis tant d'années. Ne nous trompons pas: le personnage était réellement conforme à l'image qu'il offrait. Pas de mensonges, pas de fausseté, pas de calomnie des autres derrière leur dos, pas de calculs ni de machinations dans les ténèbres. Un brave homme, soucieux de rendre service aux autres et totalement dévoué à la sanctification du Nom Divin.

Propos malveillants

    On sait que le nombre de vos amis s'élève en proportion directe des fonctions que vous remplissez. Plus vous siégez haut dans la pyramide, plus vous avez de mains à serrer dans la journée. Plus vous montez dans les échelons de la notoriété,  plus les autres vous recherchent. Le nouveau Rabbin Séfarade de Hadéra décida donc de diviser son temps de façon équitable entre ses propres intérêts et ceux de sa communauté. Levé à cinq heures tous les matins, il revenait de la prière à sept heures exactement, prenait son petit déjeuner avec Madame Shush et devisait avec elle des questions de la famille d'abord, et de l'État ensuite. De temps en temps, il écoutait aussi les doléances de son épouse et la soutenait dans les moments de crainte et d'espérance. Il lui prodiguait des conseils utiles sur l'emploi de leur budget commun mais limité. À sept heures et demie, il passait dans son cabinet de travail qui avait une entrée de plein pied sur une petite  rue derrière la maison. Il recevait là ceux qui avaient besoin d'un conseil, d'une décision ou d'une assistance. Il fixait lui-même les rendez-vous qu'il étalait par intervalles de vingt minutes. Le matin du mercredi, de sept heures et demie à dix heures était réservé à la réception de ceux qui entraient à l'improviste sans fixer d'avance. On savait que le mercredi était le jour de Rabbi Shalom pour ceux qui ne savaient pas ce que signifiait  le terme agenda. À neuf heures et demie en général, et à dix heures et demie le mercredi, Rabbi Shalom gagnait les bureaux du Grand Rabbinat de Hadéra. Il siégeait au Tribunal Rabbinique jusqu'à une heure de l'après-midi. Sa qualité de Grand Rabbin faisait aussi de lui le Président de ce tribunal qui s'occupait de litiges financiers et de questions matrimoniales. Rentré chez lui, il prenait son repas jusqu'à deux heures et demie. Ensuite, il se livrait à l'étude, soit seul soit en groupes, puis sortait pour la prière de l'après-midi à la synagogue voisine.

La foule se pressait maintenant pour entendre les sermons de Rabbi Shalom entre Minha et Arvit. Comme on l'a vu, il avait beaucoup d'auditeurs depuis sa nomination au poste de Grand Rabbin. Le savoir, l'âge et la fonction avaient fait de lui un orateur de première classe. On le disait capable de faire verser dix litres de larmes sincères au crocodile le plus récalcitrant. Les causes et les effets s'entrechoquaient, se combattaient, se poursuivaient et se terrassaient mutuellement dans sa bouche. Abel n'aurait pas été tué par Caïn s'il avait compris le vrai sens de la fraternité. Caïn n'aurait pas assassiné son frère s'il avait compris l'importance de la vie. Si Moïse n'avait pas abandonné le peuple pendant quarante jours pour recevoir la Parole Divine sur le Mont Sinaï, l'histoire du veau d'or n'aurait pas eu lieu et les Tables de la Loi n'auraient pas été brisées. Si l'Homme était capable de s'élever au niveau de ses propres espérances métaphysiques, son comportement quotidien s'en trouverait tellement rehaussé que le Mal disparaîtrait immédiatement d'un monde où le Bien triompherait sans coup férir. Mais la nonchalance, l'imprudence et la paresse causaient encore bien des malheurs. Samson avait attrapé cent renards et leur avait fixé des torches à la queue; en les lâchant dans la nature, il avait mis le feu aux champs des Philistins dont les armées menaçaient le peuple d'Israël. Un député de l'opposition avait tourné le gouvernement en ridicule et prétendait que les ministres se démenaient, le feu au derrière comme les renards de Samson. Personne n'avait jugé utile de protester contre cet abus inadmissible des Saintes Ecritures. Selon Rabbi Shalom, cette négligence publique avait eu pour effet qu'un minibus manqua un virage, se retourna dans un champ de coton et prit feu. Cet accident causa un incendie épouvantable dans toute la région. Les douze occupants du véhicule avaient péri dans une mort atroce. Ceux qui n'avait pu sortir de la voiture avaient été brûlés à l'intérieur. Ceux qui s'en étaient échappés avaient été la proie des flammes dans le champ de coton.
De l'avis général, Rabbi Shalom avait maintenant passé les bornes du bon goût.

Propos divers

La presse laïque profita du sermon pour fustiger les rabbins, le Rabbinat, les croyances religieuses et leurs adeptes. Vous n'allez pas nous faire croire que le discours de ce député de second ordre a causé la mort de douze personnes comme ça, directement et franchement! Non, bien évidemment, répondaient les représentants du Créateur sur Terre, mais l'acceptation publique de ses paroles stupides a eu pour effet pratique la perte de contrôle du véhicule et la mort des passagers. Il y avait aussi les philosophes, qui cherchaient à se tenir à l'écart du débat  tout en creusant leur petit trou sous le soleil entre les combattants. Ils prétendaient que personne n'avait les clés de l'enchaînement des événements. S'il existait une Volonté Divine, elle s'exprimait sans doute par des voies que la connaissance humaine ne pouvaient découvrir immédiatement. On citait l' Église catholique pour qui: « les voies de Dieu sont  impénétrables ». Le camp laïc et la faction pratiquante avait pris les malheureux philosophants dans un mouvement de tenailles écrasant: les premiers les priaient de laisser le Créateur vaquer à  ses occupations célestes, pour autant qu'Il existe, les autres s'insurgeaient contre la comparaison inepte faite entre la tradition ancestrale hébraïque et le patrimoine spirituel chrétien, qui sortait on ne sait d'où. Les voies de Dieu demeuraient l'exemple à suivre et si l'on avait du mal à le faire, nous portions notre faute sur nous, pauvres mortels.  Il ne fallait pas en accuser Celui qui les avait tracées.

Trois semaines n'avaient pas passé que Rabbi Shalom récidivait. Il parlait de la femme de Lot. Se retournant malgré l'ordre divin ce membre actif de la Genèse avait été foudroyé par la vision hallucinante du cataclysme de feu et de soufre qui s'abattait sur Sodome et Gomorrhe. Le berger spirituel expliqua à la foule que l'immoralité collective entraînait tous les avatars qui frappaient l'individu. Le non-respect du Shabbat avait automatiquement des conséquences funestes sur telle ou telle partie de la population. Comme il était dit: « Tu ne feras pas brûler de feu le jour du Shabbat », il ne fallait plus s'étonner si une famille entière se voyait exterminée lorsqu'un fil à haute tension tomba dans la piscine où elle se baignait. (La pauvre famille ne devait d'ailleurs plus voir grand-chose à ce moment, mais passons). Comme  la Compagnie Nationale d'Electricité avait jugé utile sept mois plus tôt de faire circuler un  transformateur de près de trente tonnes pendant une nuit de Shabbat sur un attelage de deux semi-remorques, comment ne pas voir là, la cause immédiate et irréfutable de l'affreux accident ?

    Cette fois, on cria Haro sur le Rabbin! On exigeait une enquête judiciaire! Le Gouvernement allait tomber! La chambre devait se disperser! La Cour des Comptes, le procureur, la Cour Suprême, on invoquait tout ce qui était capable de rédiger un rapport fustigeant cet incorrigible Rabbin Shush de Hadéra!


Propos acerbes

    Citons donc, dans leur teneur exacte, les articles publiés dans la presse locale :
La Terre (Ha Aretz), le 20 juin :
 » Il est grand temps de corriger l'erreur fatale selon laquelle le Conseil du Rabbinat constitue l'instance qui nomme les Rabbins des villes!  Cela s'appelle faire garder la crème fraîche par le chat! Admettons que les Rabbins soient nommés par un comité apte à se prononcer sur leurs capacités. Ce comité devrait aussi comprendre des représentants du public. Ceux-ci veilleraient à ce qu'on ne fasse pas nommer des olibrius dont les paroles choquantes et le manque de respect de l'autre risquaient de provoquer des remous sociaux dont le pays n'avait guère besoin en ce moment ! « 

Dernières Nouvelles (« Yediot Aharonot ») le 21 juin :
 » Encore une fois, le fameux Rabbin Shalom a pris la place des grands Prophètes de la Bible et a abattu le glaive de sa langue bien trempée sur la nuque d'une collectivité qui n'était pas là pour se défendre. En plus, il l'a fait sur le compte d'une famille entièrement exterminée qui n'avait certes plus besoin de ses jérémiades. Personne n'a donc le courage d'attaquer cet individu malfaisant en diffamation ? Qu'attendons-nous ?  Qu'il provoque une guerre nucléaire avec l'Iran et qu'il nous annonce que le conflit a éclaté  parce que les gens jettent les noyaux de prune et les pépins de raisin par les fenêtres ? Où allons-nous ?! Il est grand temps que les gens de cette sorte retournent à leurs chères études et laissent la parole aux savants et aux hommes de lettres de notre pays, qui font moins de bruit qu'eux mais n'en savent pas moins. « 

Le soir (« Maariv ») le 21 juin :
 » Il a déjà été prouvé à maintes reprises dans le passé que les Rabbins ont une fâcheuse tendance à profiter de leur situation et du respect naturel que leur position leur octroie pour faire toutes sortes de déclarations d'ordre  politique et social. Combien de fois n'a-t-on pas écrit dans notre journal et, confessons-le, aussi dans les feuilles concurrentes, qu'il était grand temps que les Rabbins s'occupent de la Torah et s'abstiennent de mêler le Saint-Béni-Soit-Il à tous les faits divers les plus quotidiens, pour aussi tragiques qu'ils soient. « 

    Par bonheur pour la cause publique, les sons de cloche montraient quand même moins d'uniformité que ne l'auraient fait croire ces quelques extraits. Les opposants se divisaient en deux groupes nettement distincts: ceux qui réfutaient les arguments en essayant de montrer le caractère polémique de la cause et ceux qui défendaient ouvertement le Rabbin Shush.
 Israël Aujourd'hui (Israël HaYom) le 22 juin :
 » On  sait que le Grand Rabbinat nomme lui-même ses membres par cooptation et sape ainsi le fondement démocratique qui sert de base à son existence. Cette affirmation  s'applique aussi à la Haute Cour de Justice dont les membres se nomment eux-mêmes en l'absence de tout représentant du public ou de l'Assemblée. Pourquoi ce qui devrait s'appliquer au Rabbinat ne conviendrait-il pas aussi à la Haute Cour de Justice et réciproquement ? « 

 Le Soir (Maariv) le 23 juin :
 » La liberté d'expression constitue la base de notre démocratie. Elle doit s'appliquer non seulement aux artistes et aux professeurs d'université qui mettent un malin plaisir à attaquer leur propre pays sur tous les forums de la Création mais aussi à ceux qui considèrent qu'il y a peut-être quelque chose de pourri au Royaume de Danemark! Si nous fermons la bouche aux Rabbins qui s'insurgent contre l'immoralité publique, il faudra aussi clouer le bec à l'extrême gauche et aux anarchistes. Où allons-nous ?! « 

    Les journaux ultra-orthodoxes ne tarissaient pas d'éloges sur le courage et la clairvoyance de Rabbi Shalom. Ce martyr était arrivé, en douze minutes,  à mettre le pays à feu et à sang. Le temps venait, selon eux, où la vérité prendrait enfin sa légitime victoire sur l'Empire du Mensonge. Les voies de Dieu devenaient une autoroute secourable qui allait enfin nous mener aux Temps Messianiques depuis si longtemps convoités.

Propos confus

    Une question intriguait cependant les esprits. Quel était le secret de Rabbi Shalom Shush ? Personne ne s'improvise, presque du jour au lendemain, Prophète des causalités et Champion  du discours divin. Il faut qu'il y ait quelque chose à la base de cet art, il faut un fil conducteur, quelque chose comme les cheveux de Samson, la fronde de David, le bâton de Moïse. Où donc résidait la force de Rabbi Shalom ? Cette question ne quittait pas l'esprit d'Aaron Halévy, le rédacteur de la feuille de chou « Tout Hadéra », un soir où il écoutait le sermon du rabbin.

 » Ce secret, je le pénétrerai « , se disait Aaron.

Rabbi Shalom continuait son oraison :

 » Il faut par conséquent attribuer la cause de cette horrible catastrophe à la signature du contrat de prospection de gaz que le Ministre du commerce et de l'industrie a paraphée avant la fin du Shabbat! A-t-on jamais vu une île artificielle engloutie ainsi par la mer ? Un tel phénomène peut-il arriver tout seul, comme cela, en contradiction totale avec les lois de la nature ? Non, mes chers frères, c'est totalement inconcevable et illogique ! « 

     Le sermon s'acheva dans l'ovation et l'extase. Aaron se demandait :

« Mais où donc va-t-il chercher tout ça ? Comment fait-il ? Cela tient presque du génie. « 

    Le lendemain à sept heures et quart, le téléphone sonnait chez le Rabbin Shush. Aaron, le rédacteur de « Tout Hadéra », demandait une interview dont le contenu paraîtrait le vendredi suivant dans son journal. On fixa donc rendez-vous pour le lendemain matin et Rabbi Shalom accorda au sujet trois tranches successives de vingt minutes, de quoi faire une petite heure d'entretien, que ne ferait-on pas pour le bien des folliculaires locaux ?

    Le lendemain, un mardi, Aaron se présentait à l'entrée dérobée du pavillon. On l'introduisit immédiatement. Le cabinet de travail était une grande pièce meublée sobrement, mais assez gaie dans ses couleurs claires et ses petits bibelots amusants. Une imposante bibliothèque pleine de livres sacrés rappelait cependant que l'on n'était pas ici pour rigoler. Un imposant bureau, aux pieds de métal et au-dessus de faux chêne, tenait un tiers de l'espace. Un grand fauteuil de cuir, celui du maître de maison, trois chaises légères, voilà tout. Un curieux meuble bas de bois rustique, ressemblant un peu à un bar anglais tranchait avec l'apparence semi-officielle de tout le reste.
Aaron posait justement le regard sur cet objet bizarre lorsqu'il saisit la fin d'une conversation assez animée entre le Rabbin et sa femme de ménage.

 » Erbi Shalom, il faudrait quand même que j'y passe un coup de chiffon et puis un peu d'encaustique ne lui ferait pas de mal !
- Madame Liora, je vous ai déjà dit cent fois de ne pas toucher à mon damier, je le tiens de mon grand-père et je ne veux pas qu'il lui arrive quelque chose !
- Mais – qu'est-ce que vous voulez qu'il lui arrive ?
- Mais rien, justement ! Est-ce que je sais ? Si vous croyez que j'ai la moindre idée du processus qui pourrait occasionner un dommage quelconque à ce meuble qui m'est si cher, vous vous trompez, les uns et les autres ! Contrairement à ce que vous pensez tous, moi, je ne suis pas Prophète ! « 

    La dame Liora s'éloigna en bougonnant, son chiffon vexé à la main. Son regard accrocha celui d'Aaron qui se dit :

« tiens, toi, ma vieille, tu as l'air d'en savoir plus long que les autres … « 

    L'entretien eut lieu dans un calme olympien. Rabbi Shalom raconta sa vie. Il expliqua les raisons pour lesquelles il amassait autour de lui les brebis enclines à l'égarement. Il agrémentait son discours d'anecdotes  locales et globales qui ne manquaient ni de saveur ni d'intérêt. Aaron prit soin de ne pas regarder le grand damier aux grosses charnières de cuivre rouillé. à huit heures et demie, il prenait congé de Rabbi Shalom, lui promettant un article de deux pages et demie dans son journal. Comme il allait quitter la maison, Madame Liora lui fit signe de traverser la rue et de l'attendre. Il obtempéra et entra au Café des Justes. L'attente ne fut pas longue.

Propos légers

Liora était une pipelette intarissable. En fait, elle n'avait pas  trop à se plaindre du ménage Shush. Madame montrait les qualités d'une employeuse modèle et peu exigeante. Quant à Erbi Shalom, il avait de l'indulgence pour ses cheveux blancs et pour ses vingt ans de service dans la maison. De fil en aiguille, on arrivait allègrement à la chose:

 » Vous l'avez remarqué, n'est-ce pas ?
- Quoi, le damier ?
- Oui, chuchota Madame Liora, le damier. Je frémis en prononçant ce mot.
- Il est donc si extraordinaire que ça, ce damier ?
- Ne le dites à personne, mais je sais que ce meuble inspire tous ses sermons.
- Comment cela, inspire ?
- Il est hanté, Monsieur! Je vous le dis! J'y mettrais ma main au feu! Il y a dedans un ange ou un démon, est-ce que je sais, moi ? Qui lui raconte tout, sur le passé et sur le futur ! Je vous le dis, mon bon monsieur! Je crois même avoir entendu un jour une voix qui en sortait !
- Vous en êtes sûre ?
- Tout à fait ! … ou enfin… presque …
- Alors, à votre avis, c'est là le secret de Rabbi Shalom ?
- J'en ai la conviction, Monsieur! Et puis, il y a aussi autre chose …
- Quoi donc ?
- Vous avez remarqué, dans le coin du bureau ?
- Non, quoi donc ?
- Un énorme carton fermé.
- Non, je n'ai pas fait attention …
- Eh bien, dans ce carton, moi, j'ai regardé. Il y a dedans des centaines, peut-être des milliers de pages de journaux. Et puis, il y en a qui sont coupées, comme avec des ciseaux, et puis il y a des vides au milieu des pages, comme si on avait fait exprès d'enlever les lignes qui étaient écrites dessus, parfaitement Monsieur!
- Et alors ? demanda encore Aaron de plus en plus perplexe.
 -Alors les feuilles de papier, il les fait parler, Monsieur, j'en suis sûre !
- C'est bien possible, répliqua le journaliste. Mais ne vous tracassez pas trop, Madame Liora. Je vous assure que le démon ne risque pas de sortir du damier et  qu'il ne viendra jamais entraver le bon fonctionnement de la serpillière pendant votre ménage.
- Dieu préserve !, S'écria la malheureuse.

Aaron sentait que l'entrevue touchait à son terme. Il remercia Madame Liora pour sa coopération et lui promit une place de choix dans son article. Il décida que le soleil ne se coucherait pas sur Hadéra avant qu'il ne connaisse le secret du damier. Comme il a été dit plus haut, qu'il ne se passe pratiquement rien dans cette histoire. On ne s'étonnera donc pas de ce que le journaliste passa la fin de la matinée et le début de l'après-midi sur sa banquette, dans la salle du fond du petit café. À trois heures et quart, Aaron paya ses consommations et traversa la rue. Il hésita. Allait-il frapper à la petite porte donnant sur la rue? Non. Il fit quelques pas le long du pavillon et s'adossa au mur entre les deux fenêtres du cabinet de travail du Rabbin. C'était l'heure ultra-sacro-sainte de la sieste dans cette région si bénie du soleil divin. Il n'y avait pas un chat dans la rue. De temps en temps, Aaron jetait un regard furtif à l'intérieur et apercevait Rabbi Shalom penché sur son bureau.  à quatre heures moins le quart, le digne serviteur du Tout Puissant se leva, se dirigea vers le gros carton posé dans le coin de la pièce et en tira une liasse de journaux et une paire de ciseaux. Il déposa le tout sur le bureau et se rassit dans son fauteuil. Là, il se mit en devoir d'éplucher cette sublime littérature. Armé de sa paire de ciseaux, il découpait des petits rectangles de papier qu'il posait soigneusement à sa gauche en deux petits tas bien distincts. Soudain, il se tourna vers son damier et l'ouvrit à l'aide d'une grosse clé qu'il avait sortie de la pochette de sa chemise. Il prit quelques-uns des morceaux de papier et se pencha sur le damier ouvert. Alors, il se livra à un travail dont Aaron ne comprit pas la nature. Le journaliste ne put se contenir davantage. Il sauta d'un bond dans la pièce par la fenêtre ouverte. En trois pas, il était penché sur les épaules de Rabbi Shalom. Alors, il vit …

Propos délibérés

Aaron voyait, ou plutôt entrevoyait les cases noires et blanches du damier. Elles étaient toutes couvertes de petits monticules de papier fixés  à l'aide de fortes épingles à grosse tête. Il eut le temps de photographier dans son esprit les gros titres des entrefilets qui étaient au sommet de  trois ou quatre de ces monticules. Certains évoquaient une catastrophe ou quelque tragédie émouvante Les autres mentionnaient une Loi enfreinte ou un Commandement bafoué par le Pouvoir ou l'individu. Les effets s'amoncelaient sur les cases noires, et les causes, sur les blanches.
Rabbi Shalom se tourna vers lui, calmement, sans surprise, et sans colère apparente. Il lui sourit aimablement. Ses doux yeux brillaient d'une bonté infinie.

 » Eh bien voilà! prononça-t-il joyeusement, mon secret est découvert ! Fini, le damier mystérieux de Rabbi Shalom !

     Un peu confus, Aaron baissait le nez. C'était la première fois de sa vie qu'il faisait irruption chez quelqu'un sans frapper, et par la fenêtre encore. Son métier de journaliste l'avait appelé souvent à coller son oreille à quelque cloison et son œil à quelque serrure. Pourtant, il n'avait jamais encore porté atteinte de cette façon à la propriété matérielle et intellectuelle d'autrui. Rabbi Shalom sembla ne pas s'apercevoir du trouble de l'intrus. Il continua :

 » Comprenez-vous, mon cher Monsieur ? C'est ma fonction et mon devoir qui m'obligent à trouver les causes de tous les effets. Ma raison de vivre est d'expliquer aux communs des mortels qu'il n'y a pas de hasard sur Terre, que tout est voulu et que rien n'arrive sans raison. Et puis, si vous n'êtes pas convaincu de ce que j'avance, eh bien! Consolez-vous en vous souvenant qu'il n'y a pas de berger sans moutons. Dans le fond, je ne leur dis jamais que ce qu'ils veulent bien entendre … « 

    Aaron débita quelques mots d'excuse un peu incohérents et bien inutiles. Il se baissa et ramassa un bout de journal qui était tombé du bureau lorsqu'il avait sauté sur le Rabbin. Rabbi Shalom sourit :

 » Tiens ? Celui-là, je vous le donne, en souvenir. D'ailleurs, je ne peux pas l'utiliser, celui-là… Ah ! J'allais oublier  ! S'il vous plaît, rien du damier dans votre article, c'est bien entendu ?
Parole d'honneur, pas un mot, Rabbi Shalom, balbutia Aaron en rougissant un peu.

    Il prit congé et sortit, par la porte, cela va sans dire.

    De retour à son bureau, il posa le petit bout de journal sur sa table de travail et lut les lignes suivantes:

Quatre langues bien pendues
    Quatre journalistes bien connus levaient avant-hier un verre à la santé de leur art au Gala annuel de la Presse. Ils ont été subitement pris de vomissements et de brûlures ardentes à la langue. Ils ont fait appeler un taxi et ils se sont fait conduire en salle d'urgence au Centre Médical Rabine. Nos quatre malheureux confrères ont été hospitalisés au Département des maladies contagieuses dans l'isolation  la plus complète. On ne sait pas quand ni dans quel état ils seront libérés.

Aaron se demandait si Rabbi Shalom avait déjà trouvé  l'article qui faisait le pendant  à  l'avatar des journalistes. Il retourna machinalement le billet. Par un miracle inconcevable, par une coïncidence inexplicable, il voyait devant  lui les lignes suivantes, où aucun des mots n'avait été décapité par le mouvement des ciseaux appliqué de l'autre côté :

 » Après trois ans et demi de débats, Justice a enfin été rendue. Le Tribunal régional de Jérusalem a acquitté les deux rédacteurs en chef qui avaient accusé le Grand Rabbin Séfarade d'avoir augmenté son propre traitement de trente pour cent en cinq ans. Le Tribunal admettait que de facto, le salaire n'avait progressé que de quatre pour cent seulement. Cependant, il rejetait totalement la plainte en diffamation au nom de la liberté d'opinion et d'expression et rappelait que le journalisme libre constituait le fondement inébranlable de toute  démocratie éclairée. Si la langue constituait l'organe d'expression du journaliste, eh bien, il pouvait en user et en abuser à sa guise.

    Les paroles de Liora résonnaient aux oreilles d'Aaron:

 » Il y a là un ange, un démon, que sais-je ? «

 

A propos du forum Litterature audio.com

Actuellement en ligne :

7 Invités

Nombre max. d’utilisateurs en ligne : 165

Forums :

Groupes : 2

Forums : 11

Sujets : 2804

Messages : 14881

Membres :

Il y a 7902 membre(s)

Il y a 109 invité(s)


Augustin a rédigé 1949 message(s)

Auteurs les plus prolifiques :

Carole – 2936

Victoria – 1790

Prof. Tournesol – 1508

Vincent de l'Epine – 1046

Pomme Arnaudon – 1044

Administrateurs : Augustin | Modérateurs : Augustin, Carole, Christine Sétrin, Vincent de l'Epine