Livres audio gratuits pour "SPINOZA" :


SÉNÈQUE – Lettres à Lucilius

Donneuse de voix : Domi | Durée : 23h 45min | Genre : Philosophie


Sénèque par Claude Vignon

Les Lettres à Lucilius sont un ensemble de 124 lettres écrites par Sénèque lors des dernières années de sa vie (63–64) à l’intention de Lucilius le Jeune, alors gouverneur romain de Sicile. Les Lettres touchent à une foule de sujets – de la vie quotidienne aux préoccupations métaphysiques – et tendent à expliciter et mettre en valeur les enseignements du stoïcisme adopté par Sénèque. [...] En plus de leur attrait principalement philosophique, elles fournissent maintes indications sur le mode de vie des Romains de l’époque (Ier siècle). (Wikipédia)

Traducteur : Joseph Baillard (1799?-18??).

NB : La traduction lue se trouve sur Wikisource ; elle est complétée par le texte numérisé par S. Schoeffert – Édition H. Diaz qui donne : « Permission de redistribuer librement ce fichier pour un usage non-commercial et sous condition de préserver cette mention et la précédente ».

> Écouter un extrait : Livre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 769 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

O. HENRY – Sœurs du cercle enchanté

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 22min | Genre : Nouvelles


Un autobus à New York en 1900

Sœurs du cercle enchanté est le titre énigmatique d’un voyage touristique de la découverte de New York écrit avec humour par l’Américain O. Henry souvent publié sur notre site. Cet humour new-yorkais est très voisin du français, tel le baratin du guide :

« Mesdames et Messieurs, le grand bâtiment en forme de concombre que vous voyez sur votre droite est comme qui dirait une colonne comminatoire et mémorative élevée par Christophe Colomb en 1695 à la suite de sa victoire sur le général Montcalm. Remarquez les reliefs du bas, intitulés stalactites pour les distinguer de ceux d’en haut qu’on désigne sous le pseudonyme de bélemnites. Ils ont été dessinés par le célèbre sculpteur Benvenuto Concini, qui fut tué en duel par le spadassin Spinoza sur les ordres du duc de Mantoue. »

ou l’apostrophe au lecteur :

« L’histoire pourrait s’arrêter là. Car, bien entendu le lecteur perspicace a déjà deviné tout ce que je n’ai pas dit. Néanmoins, comme ces lignes pourraient tomber sous les yeux de l’Intelligence Service, de la Gestapo et autres Guépéous, qui ne manqueraient pas d’y découvrir des allusions politiques précises et naturellement divergentes, je pense qu’il est plus prudent de narrer le dénouement in extenso. »

Une nouvelle extraite du recueil New York Tic Tac.

Traduction : F.R.

Illustration : Un autobus à New York en 1900.

Sœurs du cercle enchanté.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 569 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SPINOZA, Baruch – Éthique

Donneuse de voix : Domi | Durée : 13h 9min | Genre : Philosophie


Baruch Spinoza

L’Éthique (en latin Ethica Ordine Geometrico Demonstrata ou Ethica More Geometrico Demonstrata) est une œuvre en cinq parties du philosophe hollandais Spinoza rédigée en latin entre 1661 et 1675, publiée à sa mort en 1677, et interdite l’année suivante.

Il s’agit sans doute de son ouvrage le plus connu et le plus important. Son impact, entre autres sur les penseurs français, va grandissant depuis les années 1930.

Cet ouvrage important est d’un abord difficile pour un lecteur mal averti, ou qui en entreprendrait simplement une lecture cursive. Il n’est en effet pas rédigé comme un essai mais plutôt comme un traité mathématique.
Comme le titre de l’œuvre l’annonce, L’Éthique est « more geometrico demonstrata », c’est-à-dire « démontrée suivant l’ordre des géomètres ».

Bernard Pautrat, en une formule saisissante, annonce ainsi L’Éthique à son éventuel lecteur comme « le seul livre (à notre connaissance) qui veuille faire mathématiquement son bonheur » (Bernard Pautrat, Éthique, Seuil, 1999, p.11). (Wikipédia)

Les cinq livres constituant l’ouvrage sont :

01. De Dieu : Il s’agit d’établir les premiers principes de la connaissance, puisqu’il n’y a pas de béatitude complète dans l’ignorance.

02. De la nature et de l’origine de l’âme : On verra dans cette partie que d’emblée le corps est inséparable de l’âme.

03. De l’origine et de la nature des passions : Il est donc nécessaire de comprendre comment les affects et passions s’ordonnent [...] selon un ordre naturel et nécessaire.

04. De l’esclavage de l’homme ou de la force des passions : Cette quatrième partie détermine donc quels sont les sentiments bons à cultiver et quels sont au contraire ceux qu’il est préférable de transformer.

05. De la puissance de l’entendement, ou de la liberté de l’homme : Il s’agit enfin de faire le point sur les moyens de parvenir à la liberté et à la béatitude.
(d’après Spinoza et nous)

Traducteur : Charles Appuhn (1862-1942).

> Écouter un extrait : De Dieu.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 12 902 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHESTOV, Léon – Dix Aphorismes

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 27min | Genre : Philosophie


Léon Chestov

L’œuvre du philosophe russe Léon Chestov (1866-1938) est méconnue. Probablement parce qu’elle se situe en dehors des grands systèmes de la philosophie. Il est difficile de résumer la pensée de Chestov qui passe par la philosophie, ses différents systèmes de pensées, pour s’en dégager et aborder les questions à ses yeux essentielles, notamment religieuses et spirituelles.
Il a laissé de très nombreux écrits philosophiques, dont, par exemple :

- La Philosophie de la tragédie, Dostoïevski et Nietzsche,
- Kierkegaard et la philosophie existentielle,
- La Nuit de Gethsemani,
- Essai sur la philosophie,
- L’Idée de bien chez Tolstoï et Nietzsche (Philosophie et Prédication).

Il rencontre André Gide, donne des cours de philosophie religieuse à la Sorbonne, collabore à des revues.
En Allemagne, il rencontre aussi Heidegger et Max Scheler. On pense que Qu’est-ce que la métaphysique (1929) de Heidegger, est inspiré des conversations des deux hommes.
Il dialogue avec Dostoïevski, Tertullien, Plotin, Platon, Luther, Tolstoï, Mozart, Spinoza, Blaise Pascal, Kierkegaard, Kant avec qui il « discute » comme s’ils étaient dans le paradis ou l’enfer des philosophes et des artistes…

Les Dix Aphorismes sont d’une lecture aisée qui ne s’adresse pas aux « spécialistes ». Deux passages montrant combien le style est accessible :

« L’essai d’une « critique littéraire scientifique » de Taine était mort-né. La critique ne peut ni ne doit être scientifique, c’est-à-dire s’embourber dans un système de données logiquement reliées entre elles. Le critique « a vu » de ses propres yeux ce dont parle le poète, il a donc le droit d’user de tous les privilèges qu’Apollon accorde à ses élus. Si l’arbitraire est permis au poète, en d’autres termes si la grande charte de la liberté appartient au poète, s’il est autorisé à chercher la liberté dans notre pauvre monde emprisonné dans ses lois de fer, le critique veut et peut exiger le même droit. »
« « Une énigme qui vaut la peine d’être méditée. » Autrement dit : je ne sais pas encore, mais quand j’aurai réfléchi, je saurai. La connaissance apparaîtra donc comme le résultat de ma réflexion humaine, uniquement de ma réflexion. Il n’y a pas d’autre source de la connaissance. Il n’y a pas de livre sacré, pas d’être supérieur à questionner et dont on puisse recevoir la réponse. Il n’y a qu’une seule source : la vie et notre raison. Cela veut dire que les énigmes resteront à jamais des énigmes, car jamais nous n’aurons foi dans l’infaillibilité de notre raison et dans la totalité de notre expérience. Et il faut ajouter que jamais nous ne cesserons de chercher à deviner. »

Traduction anonyme (1929).

Dix Aphorismes.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 829 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VOLTAIRE – Dictionnaire philosophique : Dieu, Dieux (Sélection 1)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Philosophie


Voltaire - Dictionnaire philosophique

Le très long article du Dictionnaire philosophique : Dieu, Dieux comporte une partie centrale consacrée à Spinoza que nous avons retranchée pour en faire une lecture ultérieure.

Des réflexions très coutumières de Voltaire se mêlent à des propos inattendus chez lui, mais un tel sujet intéresse chacun de nous :

« Nous n’avons aucune notion adéquate de la Divinité, nous nous traînons seulement de soupçons en soupçons, de vraisemblances en probabilités. Nous arrivons à un très-petit nombre de certitudes. Il y a quelque chose, donc il y a quelque chose d’éternel, car rien n’est produit de rien. Voilà une vérité certaine sur laquelle votre esprit se repose. Tout ouvrage qui nous montre des moyens et une fin annonce un ouvrier ; donc cet univers, composé de ressorts, de moyens dont chacun a sa fin, découvre un ouvrier très-puissant, très-intelligent. Voilà une probabilité qui approche de la plus grande certitude ; mais cet artisan suprême est-il infini ? est-il partout ? est-il en un lieu ? comment répondre à cette question avec notre intelligence bornée et nos faibles connaissances? Ma seule raison me prouve un être qui a arrangé la matière de ce monde ; mais ma raison est impuissante à me prouver qu’il ait fait cette matière, qu’il l’ait tirée du néant.
[...]
Mais quoi ! parce qu’on a chassé les jésuites faut-il chasser Dieu ? Au contraire, il faut l’en aimer davantage. »

Dictionnaire philosophique : Dieu, Dieux.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 404 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SPINOZA, Baruch – Traité théologico-politique (Chapitres VIII et IX)

Donneur de voix : Ahikar | Durée : 1h 18min | Genre : Philosophie


Baruch Spinoza

Spinoza (1632-1677) avait fait une découverte qui lui brûlait les doigts : il avait compris que c’était Esdras et non Moïse qui avait écrit le Pentateuque, très certainement entre 458 et 444 avant notre ère, après son retour de Babylone. Cette découverte a dû produire un véritable cataclysme dans l’esprit de Spinoza, et c’est probablement le point de départ de toute son œuvre.

C’est d’ailleurs la peur au ventre qu’il publia en 1670 le Traité théologico-politique, et ce, sans nom d’auteur et avec une fausse adresse d’éditeur.

Un libelle paru en 1672 qualifiera le Traité « d’ouvrage fabriqué en enfer par le Juif renégat en collaboration avec le diable », tandis que Moses Mendelssohn dans une lettre à Lessing, qualifiera Spinoza de « chien crevé ». Spinoza est bel et bien l’homme-épine (Ben ha Kots) comme me l’écrivait récemment Shmuel Retbi.

Seul un génie peut écrire une théogonie. Or, les deux seuls génies qui ont précédé Esdras, furent respectivement Isaïe (actif entre 740 et 700 av. notre ère) et Jérémie (650 env. av. notre ère, 580 env. av. notre ère). Mais, ni l’un ni l’autre n’écrivirent de Genèse. Esdras est bel et bien le grand auteur du Pentateuque.

Traduction : Charles Appuhn (1862-1942).

Chapitre 08.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 11 811 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SPINOZA, Baruch – Traité de la réforme de l’entendement (Version 2)

Donneur de voix : Sualtam | Durée : 1h 17min | Genre : Philosophie


Baruch de Spinoza

« Ce Traité de la Réforme de l’Entendement que nous te donnons aujourd’hui, cher lecteur, a été écrit depuis déjà longues années. L’auteur a toujours désiré le mener à son terme ; mais d’autres soins l’ont détourné de ce dessein, et la mort enfin l’a forcé de laisser l’ouvrage inachevé. Toutefois, comme il contient un grand nombre de choses utiles autant que belles et qui, j’en suis certain, ne seront pas d’un médiocre secours aux amis sincères de la vérité, je n’ai point voulu te priver de les connaître ; et en même temps il m’a paru convenable d’y joindre cet avertissement, afin que tu sois disposé à l’indulgence pour les obscurités et les négligences de style que tu pourras y rencontrer. Adieu. »

Traduction : Charles Appuhn (1862-1942).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 20 016 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SPINOZA, Baruch – Traité de la réforme de l’entendement

Donneuse de voix : Carole Bassani-Adibzadeh | Durée : 1h 37min | Genre : Philosophie


Baruch Spinoza V2

Baruch Spinoza, Bento de Espinosa, ou encore Benedictus de Spinoza (1632 – 1677), est un philosophe néerlandais dont la pensée eut une influence considérable sur ses contemporains et nombre de penseurs postérieurs.

Le Traité de la réforme de l’entendement est un des ouvrages les plus importants du philosophe (écrit inachevé entre 1665 et 1670), pour qui veut comprendre l’évolution de sa pensée ainsi que les fondements de sa théorie de la connaissance.

Traduction : Émile-Edmond Saisset (1814-1863).

Source : article Wikipédia.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 20 347 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour "SPINOZA" :


12>