Livres audio gratuits publiés en mai 2011 :


VERHAEREN, Émile – La Glycine est fanée (Poème)

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 3min | Genre : Poésie


Emile Verhaeren - La glycine est fanee

La Gycine est fanée est un poème qui se trouve dans Les Heures du Soir, troisième et dernier volet de la trilogie de recueils de poèmes composés par Émile Verhaeren pour sa femme. C’est la saison d’automne, la saison du soir de leur amour, qui reste toujours aussi fort, avec tous les souvenirs du passé et la promesse d’un avenir qui leur apportera de grandes joies, malgré l’âge.

« La glycine est fanée et morte est l’aubépine
Mais voici la saison de la bruyère en fleur …. »

La Glycine est fanée.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 321 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LUCAS, Hippolyte – La Femme adultère

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 33min | Genre : Essais


Lucas

Hippolyte Lucas (1807-1878), écrivain, critique, librettiste n’a pas laissé une œuvre immortelle, mais son essai sur La Femme adultère ne doit pas laisser indifférentes toutes les auditrices.
« Beaucoup de femmes se persuadent, en effet, que l’adultère est un corollaire du mariage ; elles se figurent n’avoir pas eu une existence complète si elles ne se sont, pour ainsi dire, élevées à leurs yeux du rang d’épouses à celui de maîtresses, comme à un degré supérieur dans l’échelle des passions.
L’adultère ! nous venons d’écrire là un mot qui se prononce rarement, même en ce temps, où la chose est si commune, et que l’on tient même pour un mot de mauvaise compagnie ; mais qu’il nous soit permis de l’employer. Ce mot, le désespoir des gens du monde, doit faire le bonheur des étymologistes. Aucune expression ne porte mieux son idée. Adultère vient d’un verbe latin qui signifie altérer, et rien n’altère, en effet, davantage les choses et les sentiments. »

La Femme adultère.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 239 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CABOT, Thierry – A Léane (Poème)

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 10min | Genre : Poésie


Thierry Cabot - A Leane

Un petit-enfant, c’est l’aurore, c’est l’avenir, c’est l’espérance, et c’est une immense tendresse.
Thierry Cabot a composé en 2006 ce poème, pour sa petite-fille, qu’il adore.

« Léane, ma poupée à la lumière blonde […]
Léane, toi, ma chair, l’enfant de mon enfant. »

Ce long poème, dédié à sa petite-fille, traite de la fragilité de l’existence humaine. Le même thème occupe une place centrale dans Le Sang du monde et Un quai de gare à Toulouse.

Poème enregistré avec l’aimable autorisation du poète.

Photo : Thierry Cabot.

À Léane.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 11 914 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ZOLA, Émile – Esquisses parisiennes

Donneur de voix : Iamnot | Durée : 50min | Genre : Nouvelles


Emile Zola par Nadar

Les Esquisses parisiennes, publiées en 1866 avec le Vœu d’une morte, sont des croquis de femmes (La Vierge au cirage, Les Vieilles aux yeux bleus, L’Amour sous les toits), non point de Parisiennes du grand monde, comme celle que campait un Arsène Houssaye, mais de femmes humbles, déshéritées, que Zola regarde d’un œil quasi fraternel et dessine d’un trait de crayon estompé. (Source: Larousse.fr)

> Écouter un extrait : La Vierge au cirage.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 12 512 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

STEVENSON, Robert Louis – Will du moulin

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 20min | Genre : Romans


Robert Louis Stevenson par John Singer Sargent 1887 Detail

Le jeune Will « était comme un être enfermé dans les limbes informes d’une existence larvaire, qui tend les bras avec amour vers la vie multicolore et multisonnante. C’était tout naturel qu’il fût malheureux au point d’aller conter sa peine aux poissons : eux étaient faits pour leur vie, ne désirant pas autre chose que des vers et de l’eau courante et un abri sous le surplomb de la berge. Mais son sort à lui était différent : plein de désirs et d’aspirations qui lui agaçaient les doigts, lui faisaient des yeux avides que tout le vaste monde avec ses innombrables aspects ne satisferait pas. »

Nous assistons à la vie du héros de ce roman (1878), véritable parabole : « Qu’une grande bataille ait été perdue, qu’un ami bien-aimé soit mort, que nous soyons mélancoliques ou joyeux, les étoiles étincellent immuablement au-dessus de nos têtes.
Nous pouvons nous assembler ici, toute une armée, et crier jusqu’à briser nos cœurs et pas un murmure ne parviendra jusqu’à elles.
Savez-vous appliquer une parabole ? ajouta-t-il en posant sa main sur l’épaule de Will. Ce n’est pas la même chose qu’un raisonnement, mais c’est, d’habitude, infiniment plus convaincant. »

Traduction : Théo Varlet (1878-1938).

> Écouter un extrait : 01. La Plaine et les étoiles.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 026 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ARVERS, Félix – Sonnet (Poème, Version 3)

Donneur de voix : Iamnot | Durée : 1min | Genre : Poésie


Pierre Auguste Renoir - La Petite Liseuse 1890

Le Sonnet d’Arvers, paru en 1833 dans le recueil poétique Mes heures perdues de Félix Arvers, est sans aucun doute l’un des sonnets les plus populaires du XIXe siècle.

Félix Arvers était le fils d’un marchand de vins de la ville de Cézy, où résidait sa famille. Étudiant en droit avant de devenir clerc de notaire, il poursuivait pourtant déjà ardemment le désir de se faire écrivain. Cédant un jour radicalement à ce qu’il croyait être sa vocation, il parvint à faire jouer une douzaine de comédies légères, le genre de comédies dont raffolait le public petit-bourgeois de Paris. Ces larges succès lui permirent de mener une existence « de dandy », familier des boulevards et des coulisses des petits théâtres, et il se mit à fréquenter le Cénacle de l’Arsenal, fréquentant notamment Alfred Tattet et Alfred de Musset, dont il semble avoir été très proche. A quarante-quatre ans, il décéda d’une maladie de la moelle épinière, pauvre et oublié. L’oubli dans lequel ont plongé ses pièces, pourtant fameuses en leur temps, n’est pas sans rappeler le destin des tragédies de Voltaire.

Il publia un recueil de poèmes intitulé Mes Heures perdues (1833).

Source: Wikipédia.

Sonnet.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 8 995 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHODERLOS DE LACLOS, Pierre – Correspondance avec Madame Riccoboni

Donneuse de voix : Ariane | Durée : 26min | Genre : Correspondance


Jean Honore Fragonard - La poursuite

« On insiste, et l’on me demande, Mme de Merteuil a-t-elle jamais existé ? »
À la suite de la publication des Liaisons dangereuses, une brève correspondance s’établit entre Marie-Jeanne Riccoboni, auteur de romans parmi les plus populaires de son époque, et Laclos. Le sujet : la vraisemblance des personnages des Liaisons, et le double devoir de l’écrivain, joindre l’utile au plaisir, corriger les mœurs et distraire ses lecteurs.
Une occasion d’approfondir la personnalité de Choderlos de Laclos et sa vision de la société de son temps.

Correspondance avec Madame Riccoboni.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 11 869 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MAUPASSANT, Guy (de) – Yvette

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 3h 20min | Genre : Nouvelles


Yvette

Yvette est une nouvelle de Maupassant, publiée en 1884. L’héroïne, jeune fille naïve, tente de se suicider quand elle prend conscience qu’elle risque de devenir une demi-mondaine comme sa mère la pseudo-marquise Obardi.
« Elle semblait instruite de tout parce qu’elle avait l’air de parler de tout, parce qu’elle avait pris le ton, l’allure, les mots osés des gens qui vivaient autour d’elle. Mais elle n’en savait guère plus qu’une fillette élevée en un couvent, ses audaces de parole venant de sa mémoire, de cette faculté d’imitation et d’assimilation qu’ont les femmes, et non d’une pensée instruite et devenue hardie.
Elle parlait de l’amour comme le fils d’un peintre ou d’un musicien parlerait peinture ou musique à dix ou douze ans. »

Illustration : Oreste Cortazzo (183?-1910), pour l’édition de 1902 d’Yvette, par la Librairie Ollendorff.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 14 988 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour :