Livres audio gratuits publiés en septembre 2011 :


GOBINEAU, Joseph Arthur (de) – Scaramouche

Donneur de voix : Gustave | Durée : 2h 44min | Genre : Romans


Scaramouche

Joseph Arthur, comte de Gobineau, (1816-1882) mena une vie laborieuse de journaliste avant de faire carrière dans la diplomatie. Il est tristement connu pour son Essai sur l’inégalité des races humaines, ouvrage pseudo-scientifique qui devait devenir la bible des nazis, mais certaines de ses œuvres purement littéraires sont remarquables. Le plus modeste et innocent Scaramouche, sa première œuvre en prose de quelque importance, suit les aventures d’une troupe de la commedia dell’arte en l’Italie. Publiée dans L’Unité en 1843, ce court roman picaresque, inspiré d’une nouvelle de Gozzi, est dans veine du Capitaine Fracasse de Th. Gauthier.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 9 929 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

STEVENSON, Robert-Louis – Markheim

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 55min | Genre : Nouvelles


L'acteur H.B. Irving dans le rôle de Markheim

Markheim vient de tuer. Près du cadavre de sa victime, il reprend ses esprits et s’interroge. Lui apparaît une étrange créature : ange ? démon ? sa propre conscience ? Des analyses subtiles légitiment la conclusion de ce drame…

« Il regarda plus hardiment la face du mort, il appliqua son esprit à concevoir la nature et la grandeur de son crime. Il y avait si peu de temps que ce visage se mouvait au gré de sentiments variés, que cette bouche pâle avait parlé, que ce corps était ardent d’énergies maniables ! Et maintenant, par son acte, cette vie avait été arrêtée, comme l’horloger, du bout du doigt, arrête le battement de l’horloge. Il raisonnait ainsi en vain ; nul remords ne s’éveillait en sa conscience ; le même cœur qui avait frissonné devant les images peintes du crime restait impassible devant sa réalité. Tout au plus s’il ressentit une ombre de pitié pour celui qui avait été doué en vain de toutes ces facultés qui peuvent faire du monde un jardin de délices, celui qui n’avait jamais vécu et qui maintenant était mort. Mais de repentir, nulle trace.
« – Me connaître ! Qui le peut ? Ma vie n’est qu’un travestissement et une dérision de moi-même. J’ai vécu pour mentir à ma nature. Tous les hommes en sont là ; tous les hommes sont meilleurs que ce déguisement qui les étouffe. Vous les voyez tous emportés par l’existence, comme celui que des bravi ont saisi et bâillonné dans un manteau. S’ils avaient leur direction propre, – si vous pouviez voir leurs visages, ils seraient complètement différents, ils s’auréoleraient en héros et en saints ! Je suis pire que beaucoup ; mon moi est plus caché ; ce qui m’excuse est connu de moi seul et de Dieu. » »

Traduction : Théo Varlet (1878-1938).

Illustration : New York Public Gallery Digital Gallery.

Markheim.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 621 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE, Jean – Le Poirier enchanté

Donneuse de voix : Corinne | Durée : 32min | Genre : Nouvelles


Le Poirier enchanté

« Nicostrate était un gentilhomme d’Argos, ville très ancienne de l’Achaïe, moins célèbre aujourd’hui par ses richesses que par les rois qu’elle eut autrefois. Ce gentilhomme, parvenu à un âge déjà fort avancé, voulut prendre une femme pour le soigner dans sa vieillesse, et il épousa Lidie, demoiselle de condition, aussi entreprenante qu’elle était aimable et jolie.
Comme il était extrêmement riche, il faisait une grande dépense.
Sa passion dominante était la chasse ; il avait force chiens, force oiseaux et un grand nombre de domestiques. Un jeune homme, nommé Pirrus, beau garçon, bien fait, de bonne mine et adroit à tout ce qu’il faisait, était celui de tous qu’il aimait le mieux et en qui il avait le plus de confiance. Sa femme en devint amoureuse, mais si passionnément, qu’elle n’était heureuse que lorsqu’elle le voyait ou s’entretenait avec lui. » (Septième Journée, Nouvelle Neuf)

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : Le Poirier Enchanté, dans l’édition du Décaméron de 1846, aux éditions Barbier.

Le Poirier enchanté.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 10 076 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MARGUERITTE, Paul – À la mer

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 20min | Genre : Nouvelles


À la mer

Paul Margueritte (1860-1918), membre de l’Académie Goncourt, écrivain naturaliste, nous peint la vie d’un adolescent de 15 ans, au caractère peu facile, qui supporte mal son entourage : « Vraiment, sa mère ne savait pas le comprendre. Elle le traitait trop en enfant, ne comprenant pas qu’il fallait faire la part du temps, et qu’il était presque un homme, déjà. » Albert découvre l’Océan et, dans ce séjour À la mer, sa sensualité s’éveille…

Quelques lignes très belles :
« Brusquement, au coin de la rue, le vent le souffleta, un embrun âpre le couvrit de poussière d’eau ; il aperçut la plage minuscule, tout en galets, que la marée, par vagues courtes et drues, couvrait presque jusqu’à battre le pied des falaises. vagues, dans le ciel pâle du crépuscule [...] et dans le grand vent frais qui remplissait la poitrine, les oreilles bourdonnantes, les lèvres salées, Albert, étourdi et engourdi, en proie à un accablement tumultueux et à une ivresse de bruit et de force, s’avançait, fasciné, aimanté par le flux, attendant, avec une horripilation délicieuse, l’étalement du flot qui lui trempait les semelles, ses misérables préoccupations de collégien se taisaient devant ce spectacle, il s’élevait au-dessus de la vie médiocre, quelque chose de grand le pénétrait ! »

Illustration de Henri-Achille Zo (1873-1933), pour l’édition de 1906 de À la mer.

À la mer.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 239 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MALLARMÉ, Stéphane – Mes bouquins refermés sur le nom de Paphos (Poème)

Donneur de voix : GamObs | Durée : 4min | Genre : Poésie


Stephane Mallarme par Edouard Manet

Mallarmé formule ici un jeux d’univers. Il s’agit de se laisser guider dans l’imaginaire du poète absent, sans cesse rappelé par le lieu enveloppant la réalité de ses sentiments.

Mes bouquins refermés sur le nom de Paphos.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 718 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CASANOVA, Giacomo – Aventures d’amour à travers l’Europe (Première Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 4h 20min | Genre : Biographies


Giacomo Casanova et la Belle Religieuse

Les Mémoires autobiographiques du grand séducteur Casanova ne sont pas des récits pour enfants de chœur. Les auditeurs que pourraient choquer certaines scènes réalistes ou certaines situations scabreuses sont invités à ne pas écouter La Seconde Mademoiselle M.M., et à apprécier plutôt Mademoiselle X.C.V. que La Belle Baret.

> Écouter un extrait : Mademoiselle X.C.V..

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 40 254 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POE, Edgar Allan – Le Mystère de Marie Roget

Donneur de voix : Vincent de l’Épine | Durée : 2h 4min | Genre : Nouvelles


Claude Monet - Nenuphars

« La première nouvelle du meurtre nous fut apportée par G…, en personne. Il vint nous voir le 13 juillet 18.., au commencement de l’après-midi, et resta avec nous assez tard après la nuit tombée. [...]

Il discourait longuement, et même, sans aucun doute, doctement, lorsque je hasardai à l’aventure une observation sur la nuit qui s’avançait et amenait le sommeil. Dupin, fermement assis dans son fauteuil accoutumé, était l’incarnation de l’attention respectueuse. Il avait gardé ses lunettes durant toute l’entrevue ; et, en jetant de temps à autre un coup d’œil sous leurs vitres vertes, je m’étais convaincu que, pour silencieux qu’il eût été, son sommeil n’en avait pas été moins profond pendant les sept ou huit dernières lourdes heures qui précédèrent le départ du préfet. »

Traduction : Charles Baudelaire (1821-1867).

> Écouter un extrait : Première Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 22 689 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

FÉVAL, Paul – Claire, ou La Tapisserie

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 25min | Genre : Nouvelles


Claire, ou La Tapisserie

Une histoire crédible et sérieuse… qui tourne à la farce et où tout finit bien (1878).

« Quand il abaissa son flambeau, les moindres détails de la tapisserie étaient gravés dans sa mémoire. [...]
La lune se cacha derrière un nuage ; tout rentra dans l’obscurité. Raymond était brave jusqu’à exagérer l’audace ; en outre, imbu des doctrines de l’époque, il croyait en Dieu tout au plus et se moquait volontiers de ce qui n’est pas matériellement explicable. Pourtant il passa plusieurs heures, l’épée à la main, immobile contre le lit, pour se tenir le plus loin possible de la fantastique apparition. Au bout de ce temps, il ouvrit doucement la fenêtre, et sautant dans le jardin, respira bruyamment comme un homme débarrassé d’un écrasant fardeau. »

Claire, ou La Tapisserie.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 7 309 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour :