Livres audio gratuits publiés en mai 2014 :


MONTAIGNE, Michel (de) – Essais (Livre Premier)

Donneur de voix : Projet collectif | Durée : 11h 18min | Genre : Essais


Montaigne - Les Essais

À la sévère critique de Pascal : « Le sot projet que Montaigne a de se peindre », Voltaire répondra : « Le charmant projet que Montaigne a eu de se peindre naïvement, comme il a fait, car il a peint la nature humaine. »

Les premiers Essais ici répertoriés contiennent, en fait, peu de détails intimes et sont plutôt une esquisse qu’un portrait ; il faudra attendre les livres suivants pour que Montaigne prenne conscience de sa  véritable vocation et que sa vie, sa personne et ses expériences deviennent vraiment le centre de son œuvre.

C’est au livre III qu’il écrira la formule  fameuse : « Chaque homme porte la forme entière de l’humaine condition ».

Traduction en français moderne de Guy de Pernon.

Au lecteur
Chapitre 1 : Par Divers Moyens On Arrive à Pareille Fin.
Chapitre 2 : De la tristesse.
Chapitre 3 : Nos Affections s’emportent au delà de Nous.
Chapitre 4 : Comme l’Ame Descharge ses Passions sur des Objects Faux, Quand les Vrais Luy Defaillent.
Chapitre 5 : Si le Chef d’une Place Assiegée Doit Sortir pour Parlementer
Chapitre 6 : L’Heure des Parlemens Dangereuse.
Chapitre 7 : Que l’Intention Juge nos Actions.
Chapitre 8 : De l’Oisiveté.
Chapitre 9 : Des Menteurs.
Chapitre 10 : Du Parler Prompt ou Tardif.
Chapitre 11 : Des Prognostications.
Chapitre 12 : De la Constance.
Chapitre 13 : Ceremonie de l’Entreveue des Roys.
Chapitre 14 : On Est Puny pour S’opiniastrer à une Place sans Raison.
Chapitre 15 : De la Punition de la Couardise.
Chapitre 16 : Un Traict de Quelques Ambassadeurs.
Chapitre 17 : De la peur.
Chapitre 18 : Qu’Il ne Faut Juger de Nostre Heur, Qu’apres la Mort (Version 1, Version 2).
Chapitre 19 : Que Philosopher c’est Apprendre à Mourir.
Chapitre 20 : De la Force de l’Imagination.
Chapitre 21 : Le Profit de l’Un Est Dommage de l’Autre.
Chapitre 22 : De la Coustume et de ne Changer Aisément une Loy Receue.
Chapitre 23 : Divers Evenemens de Mesme Conseil.
Chapitre 24 : Du Pedantisme.
Chapitre 25 : De l’Institution des Enfans (Extraits).
Chapitre 26 : C’Est Folie de Rapporter le Vray et le Faux ? a Nostre Suffisance.
Chapitre 27 : De l’Amitié.
Chapitre 28 : Vingt et Neuf Sonnets d’Estienne de La Boetie.
Chapitre 29 : De la Moderation.
Chapitre 30 : Des Cannibales.
Chapitre 31 : Qu’Il Faut Sobrement Se Mesler de Juger des Ordonnances Divines.
Chapitre 32 : De Fuir les Voluptez au Pris de la Vie
Chapitre 33 : La Fortune Se Rencontre Souvent au Train de la Raison.
Chapitre 34 : D’un Defaut de nos Polices.
Chapitre 35 : De l’Usage de Se Vestir.
Chapitre 36 : Du Jeune Caton.
Chapitre 37 : Comme Nous Pleurons et Rions d’une Mesme Chose.
Chapitre 38 : De la Solitude.
Chapitre 39 : Consideration sur Cicéron.
Chapitre 40 : Que le Goust des Biens et des Maux Depend en Bonne Partie de l’Opinion que Nous en Avons.
Chapitre 41 : De ne Communiquer sa Gloire.
Chapitre 42 : De l’Inequalité Qui Est entre Nous (Version 1, Version 2).
Chapitre 43 : Des Loix Somptuaires.
Chapitre 44 : Du Dormir.
Chapitre 45 : De la Bataille de Dreux.
Chapitre 46 : Des Noms.
Chapitre 47 : De l’Incertitude de Nostre Jugement.
Chapitre 48 : Des Destriers.
Chapitre 49 : Des coustumes anciennes.
Chapitre 50 : De Democritus et Heraclitus.
Chapitre 51 : De la vanité des paroles.
Chapitre 52 : De la parsimonie des anciens.
Chapitre 53 : D’un mot de Cæsar.
Chapitre 54 : Des vaines subtilitez.
Chapitre 55 : Des senteurs.
Chapitre 56 : Des prieres.
Chapitre 57 : De l’aage.



> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Essais (Livre 1).zip


> Consulter la version texte de ce livre audio.
Page vue 12 340 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MONTAIGNE, Michel (de) – Cinq Essais du Livre I (Essais I, 21, 31, 33, 43, 49)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Essais


Montaigne

Pour compléter la liste des 57 Essais du Livre I, en traduction moderne :

Des lois somptuaires (I, 43):
« Si l’on dit, en effet, que seuls les princes mangeront du turbot, porteront du velours et des tresses d’or, et que cela est interdit au peuple, n’est-ce pas renforcer le prestige de ces choses-là, et faire croître en chacun de nous, justement, l’envie d’en disposer ? Que les rois abandonnent hardiment ces marques de grandeur : ils en ont assez d’autres ! Et de tels excès sont plus excusables chez tout autre homme que chez un prince. »

Sur les anciennes coutumes (I, 49) :
« Mais je me désole de voir que l’on peut se laisser si facilement tromper et aveugler par l’usage présent, au point de changer d’avis et d’opinion tous les mois si la mode en décide ainsi, en dépit de ce que l’on pense vraiment. »

Le profit de l’un est dommage de l’autre (I, 21) :
« Le marchand fait de bonnes affaires grâce à la débauche de la jeunesse, le laboureur grâce au prix élevé du blé, l’architecte grâce à la décrépitude des maisons, les officiers de justice grâce aux procès et aux querelles des hommes. Et même la dignité et la fonction des ministres de la religion provient de nos morts et de nos vices. Nul médecin ne prend plaisir à voir même ses amis en bonne santé, disait un ancien comique grec. Ni un soldat à la paix de sa ville. Et ainsi de suite. »

Qu’il faut sobrement se mêler de juger des ordonnances divines (I, 31) :
« Il suffit à un chrétien de croire que toutes choses viennent de Dieu, d’y reconnaître sa divine et insondable sagesse, et donc les prendre en bonne part, sous quelque forme qu’elles lui soient envoyées. Mais je trouve mauvais ce que je vois en usage aujourd’hui, c’est-à-dire de chercher à affermir et imposer notre religion par la prospérité de nos entreprises. »

La fortune se rencontre souvent au train de la raison (I, 33) :
« Parfois aussi, le hasard se fait médecin. Jason de Phères, abandonné par les médecins, à cause d’une tumeur qu’il avait dans la poitrine, résolut de s’en débarrasser, même par la mort, et se jeta à corps perdu dans une bataille au beau milieu des ennemis. Il y reçut une blessure qui le transperça, et tellement au bon endroit, que sa tumeur en fut ôtée, et qu’il en guérit. »

Traduction en français moderne de Guy de Pernon.

> Écouter un extrait : Des lois somptuaires.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 823 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POE, Edgar Allan – Œuvre intégrale

Donneurs de voix : Projet collectif | Durée : -h–min | Genre : Contes

Poe's Tales of Mystery and Imagination, illustration de Arthur Rackham (1935)

Edgar Allan Poe (1809-1849) est un poète, romancier, nouvelliste, critique littéraire, dramaturge et éditeur américain, ainsi que l’une des principales figures du romantisme américain. Connu surtout pour ses contes, genre dont la brièveté lui permet de mettre en valeur sa théorie de l’effet, suivant laquelle tous les éléments du texte doivent concourir à la réalisation d’un effet unique, il a donné à la nouvelle ses lettres de noblesse et est considéré comme l’inventeur du roman policier. Nombre de ses récits préfigurent les genres de la science-fiction et du fantastique. (Source : Wikipédia). Le catalogue de Littérature audio.com vous propose désormais une vaste sélection des œuvres de cet auteur, dans les traductions inoubliables de Charles Baudelaire (1821-1867), Stéphane Mallarmé (1842-1898), Maurice Rollinat (1846-1903), Félix Rabbe (1840-1900), William Little Hughes (1822-1887) et Émile Hennequin (1858-1888)…

Prose

A

- L’Ange du bizarre (Histoires grotesques et sérieuses, 1844)
- Aventure sans pareille d’un certain Hans Pfaall (Histoires extraordinaires, 1835) (Version 1, Version 2)
- Aventures d’Arthur Gordon Pym (1837, traduction de Charles Baudelaire)

B

- La Barrique d’amontillado (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1846)
- Bérénice (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1835) (Version 1, Version 2, Version 3)

C

- Le Cadavre accusateur (Contes inédits, 1844)
- Le Canard au ballon (Histoires extraordinaires, 1844)
- La Caisse oblongue (Contes inédits, 1844) (Version 1, Version 2)
- Le Chat noir (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1843)
- La Chute de la maison Usher (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1839) (Version 1, Version 2)
- Le Cœur révélateur (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1843)
- Colloque entre Monos et Una (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1841)
- Comment s’écrit un article à la Blackwood (Derniers Contes, 1838)
- Conversation d’Eiros avec Charmion (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1839)
- Le Cottage Landor (Histoires grotesques et sérieuses, 1849)
- La Cryptographie (Derniers Contes, 1841)

D

- Les Débuts littéraires de Thingum Bob (Contes inédits, 1844)
- La Découverte de Von Kempelen (Contes grotesques, 1849)
- Le Démon de la perversité (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1845)
- Une descente dans le Maelstrom (Histoires extraordinaires, 1841)
- Le Diable dans le beffroi (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1839)
- Le Domaine d’Arnheim (Histoires grotesques et sérieuses, 1846)
- Double Assassinat dans la rue Morgue (Histoires extraordinaires, 1841)
- Du principe poétique (Derniers Contes, 1850)
- Le Duc de l’Omelette (Derniers Contes, 1832)

E

- Éléonora (Histoires grotesques et sérieuses, 1841)
- L’Ensevelissement prématuré (Derniers Contes, 1844)
- Un entrefilet aux X (Contes grotesques, 1849)
- Eureka (1848, traduction de Charles Baudelaire)
- Un événement à Jérusalem (Histoires grotesques et sérieuses, 1832)

F

- La Filouterie considérée comme science exacte (Derniers Contes, 1843)

G

- La Genèse d’un poème (Histoires grotesques et sérieuses) : Le Corbeau (1845) et Méthode de composition (1846)

H

- L’Homme d’affaires (Derniers Contes, 1840)
- L’Homme des foules (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1840)
- L’Homme sans souffle (Contes grotesques, 1832)
- Un homme usé (Contes inédits, 1839)
- Hop-Frog (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1849)

I

- L’Île de la fée (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1841)
- L’Inhumation prématurée (Contes grotesques, 1844)

J

- Le Joueur d’échecs de Maelzel (Histoires grotesques et sérieuses, 1836)
- Le Journal de Julius Rodman (Contes grotesques, 1840)

L

- La Lettre volée (Histoires extraordinaires, 1845) (Version 1, Version 2, Version 3)
- Ligeia (Histoires extraordinaires, 1838)
- Lionnerie (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1835)
- Les Lunettes (Contes inédits, 1844)

M

- Manuscrit trouvé dans une bouteille (Histoires extraordinaires, 1833)
- Marginalia (Contes grotesques, 1844-1849) (Sélection 1, Sélection 2)
- Le Masque de la mort rouge (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1842)
- Mellonta Tauta (Derniers Contes, 1849)
- Metzengerstein (Histoires extraordinaires, 1832)
- Le Mille et deuxième conte de Schéhérazade (Derniers Contes, 1845)
- Morella (Histoires extraordinaires, 1835)
- Le Mystère de Marie Roget (Histoires grotesques et sérieuses, 1842)
- Une mystification (Contes grotesques, 1837)

N

- Ne pariez jamais votre tête au diable (Contes grotesques, 1841)

O

- Ombre (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1835)

P

- Petite Discussion avec une momie (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1845)
- Le Philosophe Bon-Bon (Contes grotesques, 1832)
- Philosophie de l’ameublement (Histoires grotesques et sérieuses, 1840)
- Politien (Contes inédits, 1835)
- Le Portrait ovale (Version 1, Version 2) (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1842)
- Puissance de la parole (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1845)
- Le Puits et le pendule (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1842)

Q

- Quatre bêtes en une (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1833)
- Quelques secrets de la prison du magazine (Derniers Contes, 1845)

R

- Le Rendez-vous (Contes inédits, 1834)
- Révélation magnétique (Histoires extraordinaires, 1844)
- Le Roi Peste (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1835)

S

- Le Scarabée d’or (Version 1, Version 2) (Histoires extraordinaires, 1843)
- La Semaine des trois dimanches (Contes inédits, 1841)
- Silence (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1835)
- Les Souvenirs de M. Auguste Bedloe (Histoires extraordinaires, 1844)
- Le Sphinx (Contes inédits, 1846)
- Le Système du docteur Goudron et du professeur Plume (Histoires grotesques et sérieuses, 1844)

V

- La Vérité sur le cas de M. Valdemar (Histoires extraordinaires, 1845)

W

- William Wilson (Nouvelles Histoires extraordinaires, 1839)

Poésie

Les Poèmes d’Edgar Poe, traduction en prose de Stéphane Mallarmé (1888-1889)

- Le Corbeau (Version 1, Version 2)
- Stances à Hélène
- Le Palais Hanté
- Eulalie
- Le Ver Vainqueur
- Ulalume
- Un Rêve dans un Rêve
- À Quelqu’un Au Paradis
- Ballade de Noces
- Lénore
- Annabel Lee
- La Dormeuse
- Les Cloches
- Stances
- Terre de Songe
- À Hélène
- Pour Annie
- Silence
- La Vallée de l’Inquiétude
- La Cité en la Mer
- La Romance
- Eldorado
- Un rêve
- Israfel
- Féerie
- Le Lac
- À la rivière
- Chanson
- À M. L. S.
- À ma mère
- À M. L. S.
- À F.-S. O.
- À F.
- Sonnet à la Science
- Le Colisée
- À Zante

Le Corbeau (traduit par Charles Baudelaire) Le Corbeau (traduit par Maurice Rollinat)

Autres

- Edgar Poe, sa vie et ses œuvres (Introduction de Charles Baudelaire, Histoires extraordinaires)
- Notes nouvelles sur Edgar Poe (Introduction de Charles Baudelaire, Nouvelles Histoires extraordinaires)
- Vie d’Edgar Allan Poe (Introduction d’Émile Hennequin)

> Consulter la version texte de ce livre audio.
Page vue 14 740 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SCHWOB, Marcel – Mimes

Donneuse de voix : Christine Sétrin | Durée : 1h 19min | Genre : Poésie


Jean Veber - Mimes

En 1891, le chercheur britannique Frederic George Kenyon déchiffra, dans un ensemble de papyrus récemment acquis par le British Museum, les Mimiambes d’Hérondas, poète grec du IIIème siècle av. J.C. dont on croyait l’oeuvre définitivement perdue. Cette découverte enthousiasma le monde des lettres européennes et fut l’objet de différentes publications. Partant de l’œuvre d’Hérondas, Marcel Schwob composa, dès la même année, 21 textes très courts, qu’il publia d’abord séparément dans L’Écho de Paris entre juillet 1891 et juin 1892, puis, en 1893, réunis en recueil sous le titre de Mimes.

Le Mime est un genre littéraire de la Grèce antique, caractérisé par des textes brefs décrivant des scènes de la vie quotidienne. Les Mimes d’Hérondas sont souvent des visions désabusées et ironiques de l’humanité. Les Mimes de Marcel Schwob s’enchaînent avec une intensité dramatique croissante, partant de scènes anecdotiques dans lesquelles l’hédonisme est le fil conducteur, pour arriver à un épilogue tragique mettant en scène Daphnis et Chloé, morts prématurément, et perdant peu à peu le goût pour les choses de la Terre qu’ils ont tant aimées de leur vivant…

Une atmosphère mélancolique et voluptueuse, pour évoquer dieux, déesses, désirs, plaisirs, symboles, rites, mistère et mort…

Illustration pour la couverture du recueil Mimes de Marcel Schwob, par Jean Veber (1894).

Mimes.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 273 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POE, Edgar Allan – La Chute de la maison Usher

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h | Genre : Nouvelles


La Chute de la maison Usher

La Chute de la maison Usher (1839), traduite par Baudelaire, est souvent citée comme la plus célèbre nouvelle d’Edgar Poe.
L’hypocondriaque Roderick Usher est habité par la terreur, la fatalité et la culpabilité ; il agonise dans sa maison, délabrée comme lui et le bâtiment joue un grand rôle dans l’histoire. La critique a souvent pensé que la maison symbolisait l’inconscient et sa profonde fissure un trouble de la personnalité multiple. Les thèmes développés sont la maladie mentale, le double (Roderick a une sœur jumelle), la mort et la résurrection d’une enterrée vivante.

« Je regardais le tableau placé devant moi, et, rien qu’à voir la maison et la perspective caractéristique de ce domaine, – les murs qui avaient froid, – les fenêtres semblables à des yeux distraits, – quelques bouquets de joncs vigoureux, – quelques troncs d’arbres blancs et dépéris, – j’éprouvais cet entier affaissement d’âme, qui, parmi les sensations terrestres, ne peut se mieux comparer qu’à l’arrière-rêverie du mangeur d’opium, – à son navrant retour à la vie journalière, – à l’horrible et lente retraite du voile. C’était une glace au cœur, un abattement, un malaise, – une irrémédiable tristesse de pensée qu’aucun aiguillon de l’imagination ne pouvait raviver ni pousser au grand. Qu’était donc, – je m’arrêtai pour y penser, – qu’était donc ce je ne sais quoi qui m’énervait ainsi en contemplant la Maison Usher ? »
Cette impression du début subsistera jusqu’à la fin de la nouvelle, plusieurs fois adaptée au cinéma.

La Chute de la maison Usher.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 11 792 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CORNUZ, Odile – Les Excuses – Petite Sœur

Donneuse de voix : Esperiidae | Durée : 10min | Genre : Nouvelles


Lune

Odile Cornuz, née en 1979, est une scénariste et écrivain suisse romande. Elle a grandi dans le canton de Neuchâtel, puis a beaucoup voyagé ; de l’Argentine à l’Equateur, du Sénégal à l’Angleterre, en passant par l’Espagne. Elle expérimente l’écriture théâtrale depuis 2002. A travers son recueil Terminus et onze voix de plus publié aux éditions l’Âge d’homme, Odile Cornuz imagine l’intimité de plus d’une quarantaine de personnages, quidams frôlées au hasard de son quotidien. Dans ces petites fictions divertissantes destinées particulièrement à la lecture radiophonique, le ridicule flirte avec le tragique. Elle y fait tour à tour soliloquer, rêvasser, survivre, grogner ou encore grincer ses personnages…

Si, dans les deux textes proposés ici, les narrateurs sont des enfants, ils n’en sont pas moins à la fois cinglants, cruels et tragiques ; un jeune garçon rogue et tyrannique exige Les Excuses et un maladroit et infortuné garçonnet joue de malchance avec sa Petite Sœur.

Avec l’aimable autorisation des éditions L’Âge d’homme.

Les Excuses – Petite Sœur.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 900 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TCHEKHOV, Anton – Valet de chambre, récit d’un terroriste

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 4h 15min | Genre : Romans


Saint-Pétersbourg

Valet de chambre, ou Récit d’un terroriste est une longue nouvelle au titre trompeur, parce que Tchekhov ne nous révèle rien des actions antérieures ni des choix politiques de ce « terroriste » ayant revêtu la livrée de laquais pour accéder à des documents… auxquels il n’accédera jamais, mais dont les témoignages critiques et féroces sur le milieu aristocratique des grands fonctionnaires et sur celui des révolutionnaires des années 1880 ont une valeur historique inestimable.

Le faux valet phtisique Stepan, narrateur de l’histoire, et son maître le riche pétersbourgeois Orlov sont les deux principaux personnages, mais c’est Madame Zénaïda Fédorovna sur laquelle se fixent tous les regards et dont les amours et les caprices déterminent la conduite des héros de la nouvelle.

L’essentiel des scènes se situe en Russie, mais dans la dernière partie Anton Tchekhov, grand voyageur, nous emmène à Venise et à Nice :
« Je contemple, sous mes fenêtres, les gondoles qui glissent avec une grâce féminine, agiles ou majestueuses, comme si elles percevaient toute la magnificence de cette civilisation originale et captivante. L’odeur saline de la mer s’élève jusqu’à moi. Les cordes graves d’un instrument vibrent quelque part, deux voix chantent ensemble. Comme tout cela est beau ! Comme tout cela est différent de cette nuit pétersbourgeoise où il tombait de la neige fondue et où la bise vous cinglait si cruellement le visage ! »

Traduction : G. Savitch, Ernest Jaubert (1856-1942), 1910.

> Écouter un extrait : Chapitres 01 à 04.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 819 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VIRGILE – Géorgiques (Œuvre intégrale)

Donneur de voix : Alain Degandt | Durée : 2h 34min | Genre : Poésie


Virgile - Géorgiques

« Les Géorgiques sont une œuvre de Virgile en quatre chants, écrite entre 36 et 29 avant J.-C. L’auteur y atteint une certaine forme de perfection artistique, ce qui lui vaut d’être considéré comme le plus grand poète de l’époque. L’ouvrage se présente comme un traité sur l’agriculture, mais les thèmes abordés sont beaucoup plus vastes : guerre, paix, mort, résurrection. Il constitue surtout une célébration de la vie paysanne traditionnelle. Virgile a trente-trois ans lorsqu’il entame son œuvre, qu’il n’achèvera que sept ans plus tard. Il entreprend ce poème à la demande de Mécène, son protecteur, dans le but de remettre en honneur parmi les Romains l’agriculture abandonnée pendant les guerres civiles, et de les ramener à la simplicité des mœurs de leurs ancêtres. » (Encyclopédie Wikipedia)

Traduction versifiée (1770) : Jacques Delille (1738-1813).

Les quatre livres sont disponibles sur Littérature audio.com :

- Livre 1,
- Livre 2,
- Livre 3,
- Livre 4.

Licence Creative Commons


> Consulter la version texte de ce livre audio.
Page vue 5 619 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour :