Livres audio gratuits publiés en septembre 2016 :


DUMAS, Alexandre – Les Poules de M. Chateaubriand

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 25min | Genre : Voyages


Alexandre Dumas

Dans le très joli ouvrage d’Alexandre Dumas intitulé Impressions de voyage en Suisse, l’auteur, à la façon d’un journal de bord, d’un carnet de voyage, nous livre en un style très vivant, ses découvertes, impressions et rencontres, dont celle avec François-René de Chateaubriand :

« Une auberge que nous trouvâmes sur notre route était celle du Cheval-Blanc ; nous nous y arrêtâmes.
La première nouvelle que j’appris, et en effet c’était la plus importante, était que M. de Chateaubriand habitait Lucerne. On se rappelle qu’après la révolution de juillet, notre grand poète, qui avait voué sa plume à la défense de la dynastie déchue, s’exila volontairement, et ne revint à Paris que lorsqu’il y fut rappelé par l’arrestation de la duchesse de Berry. Il demeurait à l’hôtel de l’Aigle. » (Tome II, Chapitre 40, que nous vous proposons ici.)

Chateaubriand mentionne cette rencontre dans son Livre 35, de ses Mémoires d’outre-tombe, dans lequel il relate son séjour en Suisse.

Illustration : Portrait d’Alexandre Dumas.

Licence Creative Commons

Les Poules de M. Chateaubriand.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 758 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VIDOCQ, François – Mémoires (Chapitre 07)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 33min | Genre : Biographies


Ancien Paris : la prison de Bicêtre, départ des forçats pour le bagne

Récit historiquement intéressant pour les détails qu’il nous donne sur la fameuse prison de Bicêtre.

Bicêtre est un ancien domaine français situé sur l’actuelle commune du Kremlin-Bicêtre.
En 1633, Louis XIII fit construire un hôpital pour les militaires invalides, sur les ruines de cette forteresse qui a été un hôpital, un asile d’aliénés et une prison parisienne.

Contenu du chapitre 07 :

Départ de Douai – Les condamnés se révoltent dans la forêt de Compiègne – Séjour à Bicêtre – Mœurs de prison – La cour des Fous.

Accéder au Tome 01 des Mémoires de Vidocq

Illustration : Ancien Paris, la prison de Bicêtre, départ des forçats pour le bagne.


Chapitre 07.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 875 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HUGO, Victor – Trois Poèmes de « La Légende des siècles »

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 15min | Genre : Poésie


Momotombo

Trois riches poèmes de La Légende des siècles (1859).

Le Momotombo est un majestueux volcan du Nicaragua, qui n’a que 4500 ans et dont l’altitude est de 1297 m. Le Nicaragua a été colonisé par l’Espagne en 1524 et est devenu indépendant en 1821. Le premier Européen à fouler le sol du Nicaragua est Christophe Colomb en 1502… et c’est cette colonisation espagnole que dénonce le poème Les Raisons du Momotombo, refus de l’Inquisition par le volcan en colère.

Toujours l’Inquisition dénoncée, dans La Chanson des aventuriers de la mer avec son fameux refrain :
« En partant du golfe d’Otrante,
Nous étions trente ;
Mais, en arrivant à Cadiz,
Nous étions dix. »

Paroles dans l’épreuve concerne la section Maintenant (comme Les Pauvres Gens) :
« Nous sommes les petits de ces grands lions-là.
Leur trace sur leurs pas toujours nous appela ;
Nous courons ; la souffrance est par nous saluée ;
Nous voyons devant nous là-bas, dans la nuée,
L’âpre avenir à pic, lointain, redouté, doux ;
[...]
Le précipice est là, sourd, obscur, morne, horrible ;
L’épreuve à l’autre bord nous attend ; nous allons,
Nous ne regardons pas derrière nos talons ;
Pâles, nous atteignons l’escarpement sublime ;
Et nous poussons du pied la planche dans l’abîme. »

> Écouter un extrait : Les Raisons du Momotombo.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 278 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

AUDOUX, Marguerite – Douce Lumière

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 4h 50min | Genre : Romans


Arthur Hughes - The Sailing Signal Gun (1881)

Églantine Lumière, que sa nourrice appelle Douce, est une petite orpheline. Sa mère est morte en la mettant au monde, le père, fou de douleur, est allé se noyer, et le grand-père maternel, qui l’a recueillie, voue à la fillette une injuste rancune. Douce trouve du réconfort auprès de son jeune voisin, Noël. Une affectueuse camaraderie naît entre les deux enfants.
Quelques années plus tard, cette amitié se transforme en amour passionné. les jeunes gens parlent de mariage.
Hélas! Églantine est pauvre et les parents de Noël sont de riches propriétaires qui souhaitent un beau mariage pour leur fils.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 790 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CASANOVA, Giacomo – Casanova à Paris (Chapitre 08)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 10min | Genre : Biographies


Comte de Saint-Germain

La nouveauté de ce chapitre VIII consiste surtout dans les séances de spiritisme de Madame d’Urfé et les tricheries de notre héros dans ce domaine.

Contenu du chapitre :

Le Comte de la tour-d’Auvergne et Mme d’Urfé. – Camille. – Ma passion pour la maîtresse du comte ; aventure ridicule qui me guérit. – Le comte de Saint-Germain. – Idées erronées et contradictoires de Mme d’Urfé sur mon pouvoir. – Mon frère se marie. – Je pars en Hollande.

Chapitre 08 de Casanova à Paris.

Chapitre 08

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 268 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

KIPLING, Rudyard – Le Livre de la jungle

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 4h 30min | Genre : Contes


John Charles Dollman - Mowgli made leader of the Bandar Log (1903)

Le Livre de la jungle (The Jungle Book) est un recueil de nouvelles écrit par Rudyard Kipling lors d’un séjour de quatre années dans le Vermont, aux États-Unis. Kipling avait auparavant vécu pendant plus de six ans en Inde, d’où est puisée l’inspiration de la majorité de ses nouvelles. Le Livre de la jungle est son ouvrage le plus célèbre.

L’une des applications concrètes de ce récit peut être directement trouvée dans le scoutisme. En effet, les histoires racontées sont des fables qui utilisent les animaux de façon anthropomorphe afin de délivrer une morale. Le Livre de la jungle constitue alors un cadre imaginaire, un guide et une référence, pour le louvetisme, branche du scoutisme réservée aux enfants âgés de 8 à 12 ans. Les enfants, appelés louveteaux, sont encadrés par des animateurs empruntant souvent le nom d’un des personnages du livre : Akela, le chef du clan de Seeonee, le Solitaire ; Bagheera, la panthère noire qui enseigne à Mowgli l’art de la chasse ; Baloo, l’ours qui enseigne la loi de la jungle aux louveteaux, etc. Le groupe forme alors une meute. Cet imaginaire fut adopté dès l’époque de Baden-Powell pour les louveteaux.
(Wikipédia)

Qui ne connaît Mowgli, Akéla, Baloo et Shere Khan ?
Quel enfant de 7 à 10 ans ne connaît pas la loi de la jungle, et cette histoire d’un petit garçon sachant à peine marcher, perdu dans la jungle, puis recueilli par une famille de loups, élevé par eux, obéissant à la loi de la jungle ?

Ce très célèbre roman a inspiré plusieurs films, le plus célèbre a été réalisé par Walt Disney et il est projeté régulièrement dans les salles, des animations à la télévision, une comédie musicale, une bande dessinée

Traduction : Louis Fabulet (1862-1933) et Robert d’Humières (1868-1915).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 20 558 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POE, Edgar Allan – Philosophie de l’ameublement

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 20min | Genre : Arts


Lampe d'Argand

Philosophie de l’ameublement (1871) est un titre peu alléchant littérairement, mais écrit par le grand Bostonien Edgar Poe et traduit par le grand Parisien Baudelaire, l’ouvrage prend un grand intérêt proclamant d’entrée :

« Il ne peut rien exister de plus directement choquant pour l’œil d’un artiste que l’arrangement intérieur de ce qu’on appelle aux États-Unis, – c’est-à-dire en Appallachie -, un appartement bien meublé. Son défaut le plus ordinaire est un manque d’harmonie. Nous parlons de l’harmonie d’une chambre comme nous parlerions de l’harmonie d’un tableau. »

Poe n’est pas d’accord avec son temps qui remplace le bon goût par la soumission au dollar : « Un malheur qui naît de nos institutions républicaines, c’est qu’ici un homme possédant une grosse bourse n’a généralement qu’une très-petite âme à mettre dedans. »
« Nous sommes violemment affolés de gaz et de verre. Le gaz, dans la maison, est complètement inadmissible. Sa lumière, vibrante et dure, est offensante. Quiconque a une cervelle et des yeux refusera d’en faire usage. Une lumière douce, ce que les artistes appellent un jour froid, donnant naturellement des ombres chaudes, fera merveille, même dans une chambre imparfaitement meublée. »

Ce qu’il aime dans cette chambre ? « Chacune de ces peintures est d’un ton chaud mais sombre. Elles ne contiennent pas ce qu’on appelle de brillants effets. De toutes émane un sentiment de repos. Aucune n’est de petite dimension. Les trop petits tableaux donnent à une chambre cet aspect moucheté, qui est le vice de plus d’un bel ouvrage d’art fastidieusement retouché. [...] Quelques tablettes, légères et gracieuses, dorées sur leurs tranches, et suspendues par des cordelettes de soie cramoisie à glands d’or, supportent deux ou trois cents volumes magnifiquement reliés. »

Philosophie de l’ameublement.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 176 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHATEAUBRIAND, François-René (de) – Mémoires d’outre-tombe (Troisième Partie, Livre 34)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 2h 27min | Genre : Biographies


Duchesse de Berry

Octobre 1830. « Introduction.
Au sortir du fracas des trois journées, je suis tout étonné d’ouvrir dans un calme profond la quatrième partie de cet ouvrage ; il me semble que j’ai doublé le cap des tempêtes, et pénétré dans une région de paix et de silence. Si j’étais mort le 7 août de cette année, les dernières paroles de mon discours à la Chambre des pairs eussent été les dernières lignes de mon histoire. »
Cette 4ème partie est, dans l’édition que nous utilisons, toujours la 3ème Partie.

La vie politique de cette période de notre histoire de France, avec le « juste-milieu », est relatée et analysée avec les convictions de notre auteur.
Il publie des brochures, comme De la nouvelle proposition relative au bannissement de Charles X et de sa famille.

Il se rend à Genève, à Ferney :
« Là, à Ferney, où il n’entre plus personne, à ce Ferney autour duquel je viens rôder seul, que de personnages célèbres sont accourus ! Ils dorment, rassemblés pour jamais au fond des lettres de Voltaire, leur temple hypogée : le souffle d’un siècle s’affaiblit par degrés et s’éteint dans le silence éternel à mesure que l’on commence à entendre la respiration d’un autre siècle. »

Il écrit à Madame Récamier, évoque un poète-chansonnier, Béranger :
« [...] pour tracer quelques mots sur notre célèbre chansonnier. Vous trouverez mon récit trop court, lecteur, mais j’ai droit à votre indulgence : son nom et ses chansons doivent être gravés dans votre mémoire.
M. de Béranger n’est pas obligé, comme M. Carrel, de cacher ses amours. Après avoir chanté la liberté et les vertus populaires en bravant la geôle des rois, il met ses amours dans un couplet, et voilà Lisette. [...]
M. de Béranger me chanta l’admirable chanson imprimée :
À Monsieur de Chateaubriand : « Chateaubriand, pourquoi fuir ta patrie. »
À cette chanson, qui est de l’histoire du temps, je répondis de la Suisse par une lettre qu’on voit imprimée en tête de ma brochure sur la proposition Briqueville, (Brochure Bannissement Charles X)
Je disais au chansonnier : « Du lieu où je vous écris monsieur, j’aperçois la maison de campagne qu’habita lord Byron et les toits du château de madame de Staël… Ma trop longue vie ressemble à ces voies romaines bordées de monuments funèbres. »»

Chateaubriand, légitimiste, favorable à Henri V, écrit une longue lettre à la Duchesse de Berry (Chapitre 13 de ce Livre 34).

Portrait ci-contre : La Duchesse de Berry, épouse de Charles Ferdinand d’Artois, duc de Berry, fils de Charles X, elle est la mère du comte de Chambord Henri d’Artois, prétendant légitimiste au trône de France sous le nom de « Henri V ». (Wikipédia)

Puis, le choléra se propage :
« Qu’êtes−vous donc, ô immensité des œuvres de Dieu, où le génie de l’homme, qui équivaut à la nature entière, s’il venait à disparaître, ne ferait pas plus faute que le moindre atome retranché de la création ! »

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 151 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour :