Livres audio gratuits publiés en septembre 2016 :


CHATEAUBRIAND, François-René (de) – Mémoires d’outre-tombe (Troisième Partie, Livre 33)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 2h 1min | Genre : Biographies


Pierre-Louis Delaval - Portrait de François-René Vicomte de Chateaubriand (1828)

« La monarchie européenne aurait pu continuer sa vie si l’on eût conservé en France la monarchie mère, fille d’un saint et d’un grand homme mais on en a dispersé les semences fécondes : rien ne renaîtra. »

Ainsi se terminait le livre précédent (32), et voici comment débute ce Livre 33 :
« Vous venez de voir la royauté de la Grève s’avancer poudreuse et haletante sous le drapeau tricolore au milieu de ses insolents amis ; voyez maintenant la royauté de Reims se retirer à pas mesurés au milieu de ses aumôniers et de ses gardes, marchant dans toute l’exactitude de l’étiquette, n’entendant pas un mot qui ne fût un mot de respect, et révérée même de ceux qui la détestaient. Le soldat, qui l’estimait peu, se faisait tuer pour elle ; le drapeau blanc, placé sur son cercueil avant d’être reployé pour jamais, disait au vent : Saluez-moi : j’étais à Ivry ; j’ai vu mourir Turenne ; les Anglais me connurent à Fontenoy ; j’ai fait triompher la liberté sous Washington, j’ai délivré la Grèce et je flotte encore sur les murailles d’Alger ! »

Ce très profond Livre 33 évoque les premiers jours d’août 1830, époque de grande importance historique et politique.

Le 7 août est un jour d’une extrême importance dans la vie de Chateaubriand :
« Chapitre 7 : Journée du 7 août. – Séance à la Chambre des pairs. – Mon discours. – Je sors du palais du Luxembourg pour n’y plus rentrer. – Mes démissions.
Le 7 d’août est un jour mémorable pour moi ; c’est celui où j’ai eu le bonheur de terminer ma carrière politique comme je l’avais commencée ; bonheur assez rare aujourd’hui pour qu’on puisse s’en réjouir.
[...]
Je montai à la tribune. Un silence profond se fit ; les visages parurent embarrassés, chaque pair se tourna de côté sur son fauteuil, et regarda la terre. Hormis quelques pairs résolus à se retirer comme moi, personne n’osa lever les yeux à la hauteur de la tribune. Je conserve mon discours parce qu’il résume ma vie, et que c’est mon premier titre à l’estime de l’avenir. »

Ce Livre 33 clôt la carrière politique de Chateaubriand, commencée avec le Livre 19, Chateaubriand que nous retrouverons en octobre 1830, avec le Livre 34.

Illustration : Pierre-Louis Delaval, Portrait de François René Vicomte de Chateaubriand (1828).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 750 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LÉGER, Louis – Contes populaires slaves (Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 10min | Genre : Contes


Zora

Louis Léger (1843-1923) est un universitaire français spécialiste des langues et civilisations slaves. Il fut élu membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1900.
Il n’est pas l’auteur, mais le rassembleur et le traducteur de trente-trois Contes populaires slaves croates, serbes, petit-russiens, polonais, dalmates, russes, slovaques, bohèmes et bulgares.

Peut-être serez-vous sensibles à la différence des cinq contes choisis avec nos contes occidentaux, mais elle n’est pas flagrante.

Le bref conte croate sur l’origine de l’homme né de la sudation divine, très symbolique, est assez surprenant et vaut d’être connu :

« Au commencement, il n’y avait rien que Dieu ; or Dieu dormait et rêvait. Ce sommeil dura des siècles. Le moment fixé pour son réveil arriva. Il s’éveilla brusquement, regarda autour de lui, et chacun de ses regards créa une étoile. Dieu s’étonna et se mit à voyager pour voir ce que ses yeux avaient créé. Il voyagea ; il voyagea, sans terme et sans fin. Il arriva à notre terre ; mais il était déjà las ; la sueur lui dégouttait du front. Une goutte de sueur tomba sur la terre ; cette goutte s’anima et ce fut le premier homme.
Ainsi l’homme est né de Dieu ; mais il n’a pas été créé pour le plaisir, il est né de la sueur divine, et, dès l’origine, il a été destiné à peiner et à travailler. »

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 621 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HUME, David – Essais sur le bonheur

Donneuse de voix : Domi | Durée : 1h 12min | Genre : Essais


David Hume 2

David Hume (1711-1776), philosophe, économiste et historien écossais est considéré comme un des plus importants penseurs des Lumières et un des plus grands philosophes et écrivains de langue anglaise.
Son importance dans le développement de la pensée contemporaine est considérable. On ne retint pourtant longtemps de sa pensée que le scepticisme destructeur ; mais les commentateurs de la fin du XX° siècle se sont attachés à montrer le caractère positif et constructif de son projet philosophique.
La sélection présente quatre essais qu’il a regroupés dans Essais sur le bonheur.

L’Épicurien : « Nos doutes présents sur la cause originelle de toutes choses ne seront, hélas, jamais résolus. Cela seul dont nous puissions être certains, c’est que, si un esprit souverain préside à toutes choses, il doit se réjouir de nous voir remplir les fins de notre être et jouir de ce plaisir pour lequel seul nous avons été créés. »
Le Stoïcien : « Il accepte avec gratitude cette récompense à venir qui a été préparée pour lui et, s’il est déçu, il ne pensera pas que la vertu est un vain mot mais, estimant que c’est la juste récompense qui lui revient, il reconnaîtra avec gratitude la bonté de son créateur qui, l’appelant à l’existence, lui a de cette façon offert l’occasion d’acquérir un bien aussi inestimable ».
Le Sceptique : « Alors que nous raisonnons sur la vie, elle s’en va, et la vie et la mort, même si elles reçoivent le sot et le philosophe différemment, les traitent de la même façon. »
Le Platonicien : « Le bonheur le plus parfait doit sûrement venir de la contemplation de l’objet le plus parfait. » (d’après Wikipédia)

Traduction : Monsieur Philippe Folliot (2007), avec son aimable autorisation.

> Écouter un extrait : Essai sur l’Épicurien.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 613 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LITTRÉ, Émile – Pathologie verbale, ou Lésions de certains mots dans le cours de l’usage (Cinquième Partie)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 18min | Genre : Histoire


Guignol

Les mots de cette cinquième liste des « lésions » (L M N) :

Ladre – Libertin – Limier – Livrer – Loisir – Marâtre – Marionnette – Méchant – Merci – Mesquin – Moyen – Nourrisson

« Marionnette. — Ce mot est un assez joli mot, et sa descendance est assez jolie aussi. L’ancienne langue avait mariole, diminutif de Marie, et désignant de petites figures de la Sainte Vierge. Le diminutif mariolette se corrompit en marionnette ; et, par un procédé qui n’est pas rare, l’usage transporta le nom de ces effigies sacrées à une autre espèce de figures, mais celles-là profanes… La dégradation du sens s’est ici compliquée d’une offense aux bienséances catholiques. »

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 097 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MOSELLI, José – La Prison de glace (Œuvre intégrale)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 8h 56min | Genre : Romans


José Moselli - La Prison de glace

« Fernault eut vite fait. Malgré l’effrayant roulis, il parvint à coucher le mât longitudinalement dans un sens parallèle à la quille de l’embarcation. Il le plaça le long du bordage, de façon qu’il pût facilement le pousser à la mer, puis y fixa, à un mètre de distance les uns des autres, trois forts câbles qui devaient servir aux naufragés à se cramponner.

Margaret Drake et son père furent attachés chacun à un de ces câbles. Et Fernault, profitant d’une courte accalmie, fit basculer le mât dans les flots, cependant que Margaret et son père y sautaient en même temps.

Fernault vit le mât plonger et disparaître entre deux vagues, entraînant les deux créatures humaines qui y étaient accrochées. Il reparut à la crête d’une lame, plusieurs mètres plus loin.

Le Canadien se lança à la mer. En quelques brasses, il eut rejoint Drake et sa fille et saisit l’extrémité de la corde qu’il avait nouée à son intention autour du mât.

Il put voir alors que Francis Drake avait perdu connaissance et que Margaret ne valait guère mieux. Il s’approcha successivement du banquier et de sa fille et les attacha de telle façon que leurs têtes fussent autant que possible hors de l’eau. C’était tout ce qu’il pouvait faire pour le moment. »

Les aventures palpitantes du Canadien Fernault et des Américains Margaret et Francis Drake, publiées par José Moselli en 1919-1920 sont enfin disponibles dans leur intégralité sur Littératureaudio.com :

- Première Partie,
- Deuxième Partie,
- Troisième Partie,
- Quatrième Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 173 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CHATEAUBRIAND, François-René (de) – Mémoires d’outre-tombe (Troisième Partie, Livre 32)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 2h 1min | Genre : Biographies


Eugène Delacroix - La Liberté guidant le peuple (1830)

Ce Livre 32 est intitulé Révolution de Juillet.

L’auteur commence par la journée du 26 juillet 1830, les Ordonnances datées du 25 sont insérées dans Le Moniteur.

Puis il évoque les 27, 28 :
« Ceux qui jadis avaient recouvert les aigles napoléoniennes peintes à l’huile de lis bourboniens détrempés à la colle n’eurent besoin que d’une éponge pour nettoyer leur loyauté : avec un peu d’eau on efface aujourd’hui la reconnaissance et les empires. »

et 29 juillet sur le plan militaire et civil, et ensuite les 30 et 31 juillet 1830 ; toute la vie politique est traitée avec grand soin.
« M. le duc d’Orléans avait eu, sa vie durant, pour le trône ce penchant que toute âme bien née sent pour le pouvoir. Ce penchant se modifie selon les caractères : impétueux et aspirant, mou et rampant ; imprudent, ouvert, déclaré dans ceux-ci, circonspect, caché, honteux et bas dans ceux-là : l’un, pour s’élever, peut atteindre à tous les crimes ; l’autre, pour monter, peut descendre à toutes les bassesses. M. le duc d’Orléans appartenait à cette dernière classe d’ambitieux. Suivez ce prince dans sa vie, il ne dit et ne fait jamais rien de complet, et laisse toujours une porte ouverte à l’évasion.
Pendant la Restauration, il flatte la cour et encourage l’opinion libérale. »

Le règne de Charles X s’achève, celui du Duc d’Orléans, nommé Lieutenant Général du Royaume, va commencer, comme « Roi des Français », ce qui sera traité par Chateaubriand dans le livre suivant, le Livre 33.

Illustration : Eugène Delacroix, La Liberté guidant le peuple (1830).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 321 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MOSELLI, José – La Prison de glace (Quatrième Partie)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 2h 25min | Genre : Romans


José Moselli - La Prison de glace

Le long fleuve non tranquille de La Prison de glace s’achemine vers son embouchure, sa dernière trente-troisième étape. Les péripéties vont s’additionner et le discret Frénault va réapparaître ; il n’était pas noyé.

Nous espérons au fil des derniers chapitres que le père et sa fille seront sauvés par le « superman » canadien, qui a l’air de n’être pas insensible aux charmes de la belle captive, et que le bandit Kressler sera châtié.

On se doute qu’il ne peut en être autrement, et ce n’est pas détruire un suspens en révelant le happy-end :

« Le mariage de Pierre Fernault et de Margaret Drake fut célébré à Yokohama.
Contrairement à tous les usages, ç’avait été Francis Drake qui avait « interviewé » son futur gendre. Il savait le Canadien trop timide pour jamais se déclarer.
Kressler fut, à l’unanimité, reconnu coupable d’assassinat, de piraterie, de faux et usage de faux, et condamné à mort
Et Francis Drake, ayant mis au clair les machinations du bandit, rentra en possession de ses biens qui faisaient de lui un des plus puissants financiers de l’« Union ».
Pierre Fernault a renoncé à naviguer. Il dirige maintenant une des principales compagnies de navigation américaines, et est heureux. Il l’a bien gagné… »

Mais des frayeurs, dans cet ultime épisode, vous attendent encore après le chapitre 25 !

> Écouter un extrait : 25. Le Bagne d’Anoutchkine.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 5 171 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BALZAC, Honoré de – Splendeurs et misères des courtisanes (Partie 03, Version 2)

Donneurs de voix : Christiane-Jehanne & | Durée : 4h 12min | Genre : Romans


Jean-Baptiste-Camille Corot - Le pont au Change vu du quai de Gesvres (détail, 1830)

Cette troisième partie de Splendeurs et misères des courtisanes s’intitule Où mènent les mauvais chemins, et se déroule à la Conciergerie.

« En août 1844, il (Balzac) publie chez de Potter Splendeurs et misères des courtisanes, qui comprend les deux premières parties actuelles. Puis il se met à travailler à la fin du roman, dont il pensait d’abord qu’elle consisterait en une seule partie. Toutefois, après avoir visité la Conciergerie, il décide de consacrer une partie entière à décrire cette prison et le fonctionnement de la justice criminelle, afin de bien amorcer les conditions du suicide de Lucien. Cette troisième partie, intitulée Une instruction criminelle, est publiée dans L’Époque du 7 au 29 juillet 1846. Elle paraît en août 1846 dans l’édition définitive de La Comédie humaine sous le titre actuel, Où mènent les mauvais chemins. Elle est aussi reprise en volume séparé chez Souverain sous le titre Un drame dans les prisons en 1847. » (Wikipédia)

« Le lendemain, à six heures, deux voitures menées en poste et appelées par le peuple dans sa langue énergique des paniers à salade sortirent de la Force, pour se diriger sur la Conciergerie au Palais de Justice.
Il est peu de flâneurs qui n’aient rencontré cette geôle roulante ; mais, quoique la plupart des livres soient écrits uniquement pour les Parisiens, les Étrangers seront sans doute satisfaits de trouver ici la description de ce formidable appareil de notre justice criminelle. Qui sait ? »

Ainsi commence cette troisième partie… fort… instructive !

Illustration : Jean-Baptiste-Camille Corot, Le pont au Change vu du quai de Gesvres (détail, 1830).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 241 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour :