Livres audio gratuits publiés en mars 2017 :


COLET, Louise – Enfances célèbres : Benjamin Franklin

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 24min | Genre : Biographies


Benjamin Franklin

Benjamin Franklin est un des hommes qui ont le plus contribué à la civilisation et à l’émancipation de l’Amérique. Il naquit à Boston, dans la Nouvelle-Angleterre, en 1707, d’une famille pauvre et nombreuse…

Illustration : Portrait de Benjamin Franklin par David Martin (1737-1797).

Enfances célèbres : Benjamin Franklin.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 987 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HERVILLY, Ernest (d’) – Histoires divertissantes (Deuxième Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 8min | Genre : Nouvelles


Un bourdon

Quelques indications sur l’auteur, ami de Verlaine, Rimbaud et Hugo, vous attendent dans la première sélection des Histoires divertissantes (1876).

Moins célèbre que ses amis, Ernest d’Hervilly fut pourtant très prolifique et ses Histoires divertissantes atteignent la quarantaine.

Cueillette d’aujourd’hui :

- La Femme sans tête,
- La Dernière Heure,
- Un singulier personnage,
- Pour parler d’autre chose,
- Le Vent d’automne.

« Et vous qui, le menton sur la paume de la main, vous laissez quelquefois aller à remonter le courant de l’âge, écoutez-moi. Ma voix sera douce, elle traversera votre rêverie sans vous en tirer cruellement yeux à demi fermés, ma voix fera-t-elle sa partie avec grâce dans le concert qui vibre au fond de vos âmes. »

> Écouter un extrait : La Femme sans tête.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 932 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOVE, Emmanuel – Un père et sa fille

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 1h 42min | Genre : Romans


Paul Cézanne - Portrait d'un vieillard

« Jean-Antoine About passait pour un homme étrange dans le quartier de la place Vintimille. Sa mise négligée, sa saleté, son air hagard avaient attiré l’attention. On le fuyait. Des gens se retournaient à son passage, d’autres s’écartaient comme auprès des ivrognes de qui l’on redoute un pas de côté. Plusieurs commerçants avaient menacé de lui donner une correction. Il fréquentait des gens louches, sans faux-col, chaussés de bottines voyantes, en compagnie desquels il avait été aperçu dans des cafés. Finalement, sur la prière de nombreux habitants du quartier qui avaient établi une sorte de pétition, la police fit une enquête. Mais celle-ci ne donna aucun résultat… maigri, hargneux, il avait abandonné toute dignité, ne se soignait plus, il portait des complets élimés, du linge douteux, des souliers éculés. Il se plaisait dans l’abjection. »

Comment un coiffeur, propriétaire d’un salon très achalandé, dans le quartier chic de la Madeleine, à Paris, peut-il en arriver à un tel état de déchéance ? Pourtant, sa vie était belle et confortable.

« Il ne poursuivait qu’un but, faire plaisir à sa femme. Il ne savait que faire pour la rendre heureuse…

L’amour qu’il portait à sa fille était de l’adoration. Son grand bonheur était de se trouver à ses côtés. Il lui donnait toujours raison. À mesure qu’Edmonde grandissait, la fierté et l’amour de son père s’accroissaient. »

Peut-on aimer trop ?

> Écouter un extrait : Première Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 833 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BOCCACE, Jean – La Double Défaite – La Femme justifiée

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Contes


La Femme justifiée

La Double Défaite (Journée VII, Nouvelle 06) :

« Dans la bonne ville de Florence, si féconde en événements de toutes les sortes, il y eut autrefois une jeune et belle demoiselle, de noble extraction, qui fut mariée à un chevalier d’un mérite distingué. Comme il arrive souvent qu’on se lasse de manger toujours du même pain, quelque bon qu’il soit, la belle devint amoureuse d’un jeune gentilhomme, nommé Lionnet, fait au tour, plein d’agréments, mais d’un naturel peu courageux, sans doute parce que sa famille n’était pas fort ancienne dans les armes. »

La Femme justifiée (Journée VII, Nouvelle 08) :

« Il y eut autrefois à Florence un très-riche négociant, nommé Henriet Berlinguier, entiché, comme c’est assez l’ordinaire des gens de sa profession, de la manie de s’anoblir par le mariage. Il épousa, dans cette vue, une femme de condition, nommée madame Simone, qui n’était pas du tout son fait. Comme son commerce l’obligeait à faire de temps en temps des absences, sa femme qui n’aimait pas à chômer, devint amoureuse d’un jeune homme, nommé Robert, qui lui avait fait sa cour avant qu’elle se mariât. »

On remarque que dans cette « bonne ville de Florence » les femmes ont une fréquente attirance pour l’adultère quelle que soit leur condition, même si le mari est riche ou a « du mérite » (la nouvelle 07 intermédiaire s’appelle Le Mari cocu, battu et content !).

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : La Femme justifiée (éditions Barbier, 1846).

La Double Défaite.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 225 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BLOY, Léon – Le Désespéré

Donneuse de voix : Pomme | Durée : 13h 51min | Genre : Romans


Léon Bloy, par Félix Vallotton

Premier roman de Léon Bloy, largement autobiographique.

Caïn Marchenoir, paria parmi les hommes, lance le plus violent des anathèmes contre ses contemporains, dans une langue savante et colorée !
Il est un catholique intransigeant révolté par le silence de Dieu et la vaine attente de la rédemption.

Le livre, qui ne connut aucun succès à sa publication, se révèle aujourd’hui être le chef-d’œuvre d’un auteur souvent cité, peu à peu redécouvert, et qui a forgé un style qui compte parmi les plus surprenants de la langue française.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 089 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SAND, George et SANDEAU, Jules – La Fille d’Albano

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Nouvelles


George Sand et Jules Sandeau

Richard est un roman de Jules Sandeau (1811-1883), La Mare au diable est due à George Sand et La Fille d’Albano est une nouvelle ébauchée par l’un, refaite par l’autre à l’époque de leur liaison et signée J. S. (Jules Sand).

Le sujet est le dilemme entre la vie bourgeoise exigée d’une jeune fille par le mariage et les nécessités de la création artistique qui demandent à une femme d’être libre.

La ravissante Italienne Laurence est sur le point de se marier ; Carlos, à la fois son père, son frère, son maître en peinture, la dissuade.

« Reste, reste, disait le peintre en la pressant sur son sein, et ses larmes tombaient sur la tête de la fiancée. Enfant, ajouta-t-il, enfant qui veux une famille ! Eh ! n’as-tu pas le monde ? Toi qui l’avais adopté pour patrie, le trouves-tu trop vaste ? déborde-t-il ton âme ? Que fait au Bohémien la terre qu’il foule de ses pas vagabonds, le ciel sous lequel repose sa tête indépendante ? La terre n’est-elle pas à lui ? tous les lieux n’ont-ils pas du soleil ? Ainsi l’artiste ; il a l’univers pour famille ; sa patrie, c’est le sol qui l’inspire. Et puis tu te plains d’être seule… Seule, ingrate ! et Carlos ? et ton frère ?…  »

Connaissez-vous la toile d’Horace Vernet qui représente cette fille d ‘Albano ? Le fiancé éconduit l’a vue, lui !

Illustration : Portrait de George Sand par Alfred de Musset (1833)Portrait de Jules Sandeau par George Sand (1831).

La Fille d’Albano.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 529 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TISSOT, Victor – Simone, histoire d’une jeune fille moderne

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 6h 53min | Genre : Romans


Simone 170 220.gif

Monsieur Gosselet, riche fabricant de poupées, aime sa fille Simone comme la prunelle de ses yeux. Sa femme et lui souhaitent pour Simone un avenir brillant ; c’est pourquoi ils espèrent qu’elle pourra marier un homme respectable et bien nanti. Pourtant, cette jeune femme hors du commun envisage son avenir bien différemment. Le brillant André Bamberg, ingénieur à l’usine Gosselet, veut lui aussi le bien de Simone, et même plus : il espère obtenir son cœur. L’idylle entre les deux tourtereaux dure un temps dans le plus grand secret, jusqu’à ce que Simone prenne un jour l’initiative de fuir la splendide demeure de ses parents pour épouser son prétendant, avec lequel elle entrevoit un avenir heureux… Mais le plan d’évasion est contrecarré par le père Gosselet, qui refuse de renoncer a ses ambitions pour sa fille. En furie, il l’envoie dans un couvent, certain qu’une éducation religieuse aura raison des idées débridées de celle qui a osé lui tenir tête. Le pauvre homme devra pourtant se rendre a l’évidence : son enfant n’est pas une princesse qu’on peut contenir, mais bien une femme de tête perspicace, déterminée, indépendante. C’est ce que Simone, bien en avance sur son temps, prouvera dans sa quête pour retrouver son bien-aimé et poursuivre sa vie telle qu’elle l’entend, libérée de son destin.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 158 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

POURTALÈS, Guy (de) – Un disciple d’Épictète

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 5min | Genre : Philosophie


Un disciple d'Épictète

Un disciple d’Épictète est l’un des Deux Contes de fées pour les grandes personnes (1917) de Guy de Pourtalès (1881-1941). Les Contes du milieu du monde sont sur le site depuis 2015.

« Peut-on être un disciple d’Épictète lorsque l’on est, à Calcutta, né d’un père portugais et d’une mère hindoue ? C’est pourtant l’aventure intellectuelle de Gualtero qui, après avoir étudié le christianisme et l’hindouisme découvre la philosophie stoïcienne. Dès lors, philosophe errant, il va construire sa propre aventure de Lisbonne à Londres, puis à Paris… Si sa tresse lui procure des auditeurs, le monde s’avère bien décevant pour un stoïcien. »

« Ô mon ami, continua le bickous, ne crois-tu pas que toutes les morales se valent et que la pensée des hommes escalade à l’infini les mêmes rêves, les mêmes sommets ? — Mais où cela mène-t-il, en fin de compte, demanda encore Gualtero. — Rien ne mène jamais nulle part, conclut le vieillard, même pas à se connaître soi-même. — Tout n’est donc que mensonges ? — Tout n’est qu’illusion. Alors le philosophe se souvint de cette parole d’Épictète : « Tu n’es qu’une pauvre âme qui porte un cadavre. »»

Une lecture qui n’est pas réservée aux seuls amateurs de philosophie… Le style est souvent léger et fuit toute prétention érudite.

Un disciple d’Épictète.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 337 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour :