Livres audio gratuits publiés en octobre 2017 :


VOLLARD, Ambroise – Souvenirs d’un marchand de tableaux

Donneuse de voix : Christine Sétrin | Durée : 15h 33min | Genre : Biographies


Ambroise Vollard

Marchand d’art, galeriste, éditeur, écrivain, Ambroise Vollard (1866-1939) révéla Paul Cézanne, Paul Gauguin, Vincent van Gogh, Henri Matisse, Pablo Picasso. Avant-gardiste en matière d’art moderne, il se lia d’amitié avec les plus grands peintres de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. (Source : Wikipédia)

Publiés en 1937, les Souvenirs d’un marchand de tableaux rassemblent de nombreuses anecdotes, croustillantes ou émouvantes, qui constituent un témoignage précieux sur les milieux artistique et littéraire de l’époque, et nous font mieux connaître les personnalités intimes des grands artistes qu’il a côtoyés, Cézanne, Renoir, Degas, Rodin, Forain, Rops, Maillol et tant d’autres…
Ambroise Vollard est mort en 1939 dans un accident de voiture. On pense qu’alors qu’il était endormi à l’arrière du véhicule, un cahot de la route aurait précipité contre sa tête une statue posée sur la plage arrière… N’est-ce pas une belle mort pour un homme qui consacra sa vie à la peinture et la sculpture ?

La plupart des œuvres artistiques évoquées dans les Souvenirs d’un marchand de tableaux peuvent être observés librement sur Wikimedia Commons. Quant aux ouvrages (livres et estampes) édités par Vollard, plusieurs exemplaires ont été numérisés et sont disponibles sur Gallica.

Illustration : Portrait d’Ambroise Vollard en toréador, par Auguste Renoir (1917).

Cet audiolivre est dédié à M. Manolo Fandos.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 079 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

ISTA, Georges – Chez la voyante – Une rupture

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 46min | Genre : Nouvelles


Georges Ista

Georges Ista (1874-1939), écrivain, dramaturge, peintre et dessinateur wallon a publié en 1917 une quarantaine de Contes et nouvelles.
Nous l’accueillons sur le site avec :

Chez la voyante où domine l’humour de l’auteur.

« La pythonisse est déjà installée sur son trépied, qui affecte la forme d’un fauteuil Voltaire. Elle est énorme. Son ventre tombe sur ses genoux, sa poitrine sur son ventre, son menton sur sa poitrine. Seuls, ses cheveux se maintiennent très bien. Il est vrai qu’ils ne sont pas à elle. »

et

Une rupture, où s’exprime surtout l’ironie du sort :

« Ils s’adoraient. Ils avaient tout ce qu’il faut pour être heureux : jeunes, bien portants, riches et oisifs, tous deux ; lui célibataire, elle mariée à un homme des plus raisonnables, qui tenait si peu de place dans sa vie qu’elle n’avait jamais à en parler à son amant. Ils avaient tout, tout, vous dis-je ! Et ils ont rompu, d’une façon définitive, irrévocable. »

Illustration : Autoportrait de Georges Ista (1912).

Chez la voyante.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 676 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LA BRÈTE, Jean (de) – Un mirage

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 4h 15min | Genre : Romans


Charles Baugniet - Nostalgie

Après un voyage de quelques mois, destiné à apaiser la souffrance ressentie à la mort de son mari, Madame Hamase revient dans sa famille pour retrouver, pour quelques mois, une existence tranquille et sans secousses.

Une maison voisine vient d’être habitée par un nouveau locataire, un planteur des Antilles. Ce voisin mystérieux semble être un misanthrope, sans gêne et impoli, dont les manières brusques intriguent toute la famille.

Qu’est ce mirage dont parle le titre. Laissons la parole à Henri d’Autefaure :
« Le mirage, c’est la doctrine de madame de Terray, sa conception orgueilleuse de l’homme lequel, dans ses faiblesses, traite d’égal à égal avec la divinité, dont il est lui-même une partie, prétend que le mal commis est un bien inconnu, qui aidera au progrès général. »

Avant de repartir aux Antilles, Henri tient à extirper cette hérésie de l’esprit de Catherine Hamase.

Illustration : Charles Baugniet, Nostalgie (XIXe).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 911 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VIDOCQ, François – Mémoires (Chapitre 23)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 17min | Genre : Biographies


Vidocq : le roi des voleurs, le roi des policiers (1892)

Vidocq change de camp ! De poursuivi il devient poursuivant, de gibier chasseur.

« Je respire, je circule librement, je ne redoute plus rien : devenu agent secret, j’ai maintenant des devoirs sacrés. [...] Prévenir les crimes, découvrir les malfaiteurs, et les livrer à l’autorité, c’est à ces points principaux que l’on doit rapporter les fonctions qui m’étaient confiées. La tâche était difficile à remplir. »

Contenu de ce bref chapitre :

Henry surnommé l’Ange malin. — MM. Bertaux et Parisot. — Un mot sur la Police. — Ma première capture. — Bouhin et Terrier sont arrêtés d’après mes indications.

Illustration : A. Bonnard, Vidocq : le roi des voleurs, le roi des policiers (1892).

Accéder à l’œuvre intégrale.

Chapitre 23.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 833 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

THACKERAY, William Makepeace – La Foire aux vanités (Tome 02)

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 16h 21min | Genre : Romans


William Makepeace Thackeray - Self Caricature

Ce second tome de La Foire aux vanités pourrait s’intituler « Ascension et chute de Rebecca ». Au lendemain de Waterloo, le couple Becky-Rawdon mène un temps la grande vie à Paris, mais fuyant leurs créanciers, sont bientôt de retour à Londres. Becky y réalise son vœu le plus cher : être présentée à la cour du roi George IV, mais après la fulgurante ascension viendra l’inévitable chute. À l’issue d’un bal, Rawdon est arrêté et enfermé dans une prison pour débiteurs insolvables. Il écrit à sa femme et la supplie de venir le délivrer, mais elle lui répond qu’elle est souffrante. Ayant adressé une nouvelle supplique à son frère, Sir Pitt Crawley, il a la surprise d’être élargi par Lady Jane, sa belle-sœur. Le destin de Becky bascule lorsque, rentré en toute hâte à son domicile, – c’est la scène la plus dramatique du roman – Rawdon découvre sa liaison coupable avec Lord Steyne, leur soi-disant protecteur et ami. Tombée en disgrâce, Rebecca va mener une vie errante dans les capitales européennes, avant de retrouver des années plus tard Jos et Amélia, qui la sortiront de la misère.
Le prestige posthume de George Osborne, tué à Waterloo, n’a pas suffi à faire rentrer en grâce Amélia auprès de son beau-père, lequel refuse tout net de la voir à son retour en Angleterre. Devenue mère, elle élève seule le petit Georgy dans le modeste logement qu’elle partage avec ses parents ruinés. Persistant à idéaliser la mémoire de son mari, elle repousse les avances de William Dobbin, homme discret mais loyal, qui va vivre éloigné d’elle pendant un très long séjour en Inde. Poussée par la misère, elle finira par céder à l’odieux chantage proposé par son beau-père et lui confier la garde de Georgy, âgé de six ans. Grâce aux subsides versés en échange par l’intraitable Osborne père, la famille Sedley échappe à la misère, d’autant qu’elle est bientôt rejointe par Jos, le frère d’Emmy, rentré de l’Inde en même temps que Dobbin.
Touchés par les malheurs de Becky, leur ancienne amie, Emmy et Jos l’invitent à venir habiter chez eux, décision qui entraîne une douloureuse rupture avec Dobbin. L’intrigante Becky ne tarde pas à séduire derechef le naïf Jos mais, révoltée par la fidélité d’Amélia à la mémoire d’un mari pourtant volage et dissolu, Becky lui démontre – lettre à l’appui – l’absurdité de son aveuglement. All is well that ends well, et Emmy va enfin consentir à épouser William Dobbin !
« Et maintenant, disons-le bien haut : Vanitas vanitatum. [...] Adieu, adieu, ami lecteur ; rentre maintenant dans la vie réelle, où tu verras se dérouler sous tes yeux l’histoire que je viens de te raconter. »

Traduction : Georges Guiffey (1827-1887).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 417 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

NAÏMI, Kadour – Mots d’amour

Donneurs de voix : Projet collectif | Durée : 28min | Genre : Contemporains


Kadour Naïmi - Mots d'amour

Extrait de la préface de la romancière italienne Dacia Maraini, pour la version italienne, parue en 2008 à Rome.
« Dans les poésies de Kadour Naïmi se concentre, en somme, tout un univers d’émotions et désirs qui appartiennent certainement à la tradition lyrique d’argument amoureux, mais qui prennent dans le croisement de deux cultures, celle européenne et celle de matrice arabe, une nouvelle et intense saveur littéraire. Il ne s’agit donc ni de vers de circonstance ni de la froide répétition de clichés sentimentaux, mais de la narration d’un amour toujours et de toute manière indispensable pour donner un sens à l’existence. »

Illustration : Photo prise par Kadour Naïmi.

Mots d’amour.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 749 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TOLSTOÏ, Léon – Ce que j’ai vu en rêve

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 43min | Genre : Nouvelles


Teodor Axentowicz - Le Vieil Homme et un fantôme

Une triste histoire de famille intitulée par Léon Tolstoï Ce que j’ai vu en rêve parue en 1889.

« Ma fille n’existe plus pour moi ! Tu m’entends, elle n’existe plus. Mais je ne puis pas la laisser sur le pavé. Je ferai le nécessaire pour qu’elle puisse vivre à son gré, mais je ne la connais plus. Oui, oui… jamais je n’aurais pu imaginer rien de semblable. C’est affreux, affreux…
[...]
Au nom de Dieu, n’en parlons plus ! J’ai assez souffert. Maintenant je n’ai plus qu’un seul désir : prendre les dispositions nécessaires pour qu’elle ne soit un fardeau pour personne et puisse arranger sa vie à elle ; nous autres, nous resterons de notre côté, sans la connaître. C’est tout ce que je puis faire. »

Traduction : J.-Wladimir Bienstock (1868-1933).

Illustration : Teodor Axentowicz, Le Vieil Homme et un fantôme (190?).

Ce que j’ai vu en rêve.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 752 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BLASCO IBÁÑEZ, Vicente – Arènes sanglantes

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 8h 36min | Genre : Romans


Sangre y arena

Vicente Blasco Ibáñez, né le 29 janvier 1867 à Valence (Espagne) et mort à Menton le 28 janvier 1928, est un écrivain, journaliste et homme politique espagnol. Il est considéré comme un des plus grands romanciers de langue espagnole.

Plusieurs titres sont dans la bibliothèque de Littérature Audio : La Pared, Les Quatre Fils d’Ève, Compasión, La Cencerrada et Les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse.

Arènes sanglantes (Sangre y arena) est un de ses romans les plus connus. Trois films ont été tirés de cette histoire, en 1922 (Rudolf Valentino), en 1941 (Tyrone Power) et en 1989 (Christopher Rydell).

Le rêve de tous les jeunes Espagnols est de revêtir un jour le costume de lumière, devenir torero, devenir célèbre, gagner beaucoup d’argent. Juan Gallardo, fils d’une veuve pauvre, est placé comme apprenti chez un cordonnier. Mais le gamin ne rêve que de taureaux et s’échappe pour aller « toréer » dans les villages.

À vingt ans, il reçoit l’alternative, devient riche et célèbre et épouse son amie d’enfance, Carmen. Son audace, son mépris du danger, lui apportent la gloire. Il rencontre une noble dame, Doña Sol, en devient éperdument amoureux, alors qu’il n’est, pour elle, qu’un agréable et éphémère divertissement. Et le drame va se jouer.

Traduction : Georges Hérelle (1848-1935).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 577 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour :