Livres audio gratuits publiés en août 2018 :


CONAN DOYLE, Arthur – La Défense du capitaine

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 37min | Genre : Nouvelles


La Défense du capitaine

« La mort de la belle miss Ena Garnier, ou, du moins, les circonstances de cette mort telles qu’on les connut dans le public, et le fait que son meurtrier, le capitaine John Fowler, s’était refusé à toute défense devant la cour de police, avaient provoqué l’émotion générale. L’accusé y avait ajouté en déclarant que, s’il réservait sa défense, c’était avec la certitude qu’au moment où elle se produirait elle revêtirait un caractère imprévu et décisif. »

Ainsi commence le procès d’espionnage La Défense du capitaine clairement écrit par Conan Doyle et traduit par Louis Labat (1867-1947) en 1925.

Illustration : The Prisoner’s Defence, par Graham Simmons (1916).

La Défense du capitaine.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 924 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GEFFROY, Gustave – Degas

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 15min | Genre : Essais


Degas

Cette subtile chronique sur le peintre Edgar Degas par le critique d’art Gustave Geffroy (1855-1926) a été publiée dans la revue L’Art et les artistes en 1906.

« L’entrée de la danseuse, dans les œuvres de Degas, c’est vraiment le surgissement de la beauté animée, de la vie en mouvement. Le peintre a donné à la ballerine une souplesse nerveuse, une grâce délicieuse et forte. Sur les fonds riches et assourdis, où des étincelles courent dans la trame des couleurs, où les ombres légères et les lumières scintillantes se mêlent, la fille d’opéra se dresse et sourit avec un charme solennel de divinité. »

Degas.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 168 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MAC-NAB, Maurice – Cinq Chansons du Chat Noir

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 14min | Genre : Poésie


Chansons du Chat Noir

Maurice Mac-Nab, poète et chansonnier mort à 33 ans en 1886 est sur notre site illustré par une douzaine de Poèmes incongrus, mais il doit surtout sa renommée à ses Chansons du Chat Noir dont nous vous offrohs cinq, sans musique hélas !, pour vous divertir quelques minutes.

Væ soli

« Qu’il est doux d’être deux, de sentir dans sa main
Frissonner une main que l’amour a bénie !
Qu’il est doux d’être deux, deux hier, deux demain,
Deux toujours au banquet d’amour et d’harmonie !

S’il est vrai qu’ici-bas l’on ne puisse être heureux
Sans qu’on se soit donné le plaisir d’être deux,
Il faut bien l’avouer, dans la nature entière,
L’être le plus à plaindre est… le ver solitaire. »

Illustration : Chansons du Chat Noir (18?).

> Écouter un extrait : Elle a son brevet supérieur.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 858 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DES ESSARTS, Alfred – Antonia, histoire allemande

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 52min | Genre : Nouvelles


Antonia

Cette haletante nouvelle d’Alfred Des Essarts (1811-1893) est parue dans la revue La Presse littéraire en 1856.

«« Antonia, votre meilleur ami emprunte le langage et l’écriture des mortels pour se mettre en communication avec vous. Longtemps invisible à vos regards, il vous a contemplée tendrement, et cette tendresse fraternelle eût voulu écarter de votre jeune cœur jusqu’au plus léger souci. Aujourd’hui, si je me fais connaître, c’est qu’il faut que vous me compreniez ; il faut que vous secondiez mes efforts pour vous. Antonia, Antonia, ne soyez pas effrayée ; car celui qui vous parle ici est votre protecteur. Habitant du monde idéal, il veut travailler ici-bas à votre bonheur. Secondez-le ; soyez forte comme il est dévoué ! Votre Ariel. »
Antonia relut lentement, une à une, ces lignes qui tout à la fois la charmaient et l’effrayaient. Ariel… que signifiait ce nom ? Elle dut attendre un second billet qui lui expliquât le sens du premier ; intérieurement, elle le désirait. Aussi sembla-t-il qu’Ariel eût deviné ce vœu : le lendemain, nouvelle lettre. Antonia regarda autour d’elle avec une certaine terreur ; puis, se rassurant par un signe de croix, elle prit, ouvrit et lut la lettre qui la mettait en garde contre un mariage avec le marquis. »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 858 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VIDOCQ, François – Mémoires (Chapitre 60)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 43min | Genre : Biographies


Cristóbal Rojas - La Misère

Problème posé dans le chapitre LX : Vaut-il mieux, pour un quatuor non secourable d’anciens détenus au bord de la famine totale, un suicide collectif ou la reprise de rapines pour ne pas mourir de faim ?

Étapes successives de ce chapitre 60 :

La tête perdue. – Le désespoir. – L’auvergnate. – Une surprise. – Chacun pour soi. – Il n’y a plus de dieu. – Résolution extrême. – La porte fermée. – Les précautions. – Le chenet de fonte. – L’unanimité. – Gare la bombe. – La conscience. – C’est de bouche, le cœur n’y touche. – Une affaire. – La vie des saints.

Intéressant de faire un rapprochement entre ces candidats à la mort et celui des voyageurs du Train des suicidés de Gaston Vassy…

Illustration : Cristóbal Rojas, La Misère (1886).

Chapitre 60.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 840 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

CURIE, Marie – Lettres de Marie Curie et ses filles (Extraits, 1919-1926)

Donneuse de voix : Gaëlle | Durée : 2h 2min | Genre : Correspondance


Lettres de Marie Curie et ses filles (1919-1926)

Après la 1ère guerre mondiale, Marie Curie et sa fille Irène travaillent ensemble au laboratoire de radiologie, tandis qu’Ève, la cadette, poursuit ses études. Marie est très sollicitée et voyage souvent, mais écrit presque quotidiennement à ses filles et s’agace des retards de leurs courriers. Son amour maternel est sensible dans chaque lettre. Elle y décrit ses rencontres et les paysages de ses différentes villégiatures, à Cavalaire, Genève, Alger ou Rio. Mais c’est à Varsovie, au bord de la Vistule – « son » fleuve – que l’émotion que lui inspirent les paysages de son enfance est la plus vive : « J’éprouve un besoin irrésistible d’aller flâner sur une de ces plages lumineuses magnifiques ».

Ce sont quelques unes des lettres échangées pendant la période 1919-1926 qui sont regroupées ici, et qui font suite aux lettres de la période 1904-1918 déjà disponibles.

L’enregistrement de ces lettres a été rendu possible grâce au soutien de Natalie Pigeard-Micault, du Musée Curie, et d’Hélène Langevin-Joliot, avec l’aimable autorisation des éditions Flammarion.
La lecture est proposée en deux versions, avec et sans bruitage.

Texte : Marie Curie et ses filles, Lettres (Éditions Pygmalion, 2011)

Illustration : Marie Curie entourée de ses filles Irène et Eve, en Amérique (1921) (Original : Musée Curie).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Lettres, 1919-1920.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 532 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LEMAÎTRE, Jules – Saint Jean et la duchesse Anne

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 7min | Genre : Contes


Saint Jean et la duchesse Anne

Cette édifiante nouvelle/conte de Jules Lemaître (1853-1914) est parue dans la revue Magasin littéraire – Contes choisis en 1894.

« En ce temps-la, la duchesse Anne de Bretagne se trouvait, malgré sa puissance et ses immenses richesses, dans l’état le plus piteux du monde, étant rongée d’un ulcère qui lui faisait souffrir mille morts et ne lui laissait de repos ni le jour ni la nuit. En vain avait-elle appelé les plus célèbres mires de Padoue et de Ravenne : leur science n’avait fait que blanchir contre le mal dévorateur.
Alors, elle pensa que le Doigt de saint Jean pourrait sans doute la guérir, et elle commanda aux prêtres de lui amener dans son château la bienveillante relique. Elle promettait, si elle était guérie, de donner aux pauvres dix mille écus d’or, et dix mille autres écus pour l’embellissement du sanctuaire miraculeux. »

Saint Jean et la duchesse Anne.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 002 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MORTIER, Arnold – L’Homme à la mer

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Contes


Gustav Wertheimer - Le Baiser de la sirène

Arnold Mortier, librettiste français (1843-1885), nous présente, traduit par un ami, le manuscrit d’un conte non signé vraisemblablement composé par E.T.A. Hoffmann en 1813 à Dresde.

L’Homme à la mer
« Ce qu’il avait aperçu dans l’onde n’eût pas fait fuir un habitant de Vienne, de Dresde ou de Paris.
C’était une baigneuse, une femme nue, traçant un sillon rose dans mer sombre.
Quel éblouissement satanique, quel sortilège redoutable pour cet homme chaste et robuste !
L’aspect de ce corps aux contours voluptueux l’affola et le sourire de la jolie nageuse lui resta gravé dans les yeux et dans le cœur.
Car il avait eu, malgré la rapidité de sa retraite, le temps de voir que cette femme lui souriait. Elle lui avait souri, en effet, béatement, impudiquement, sans gêne et sans souci apparent de son invraisemblable nudité. »

Illustration : Gustav Wertheimer, Le Baiser de la sirène (XIXe).

L’Homme à la mer.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 755 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour :