Envoyer un livre audio à un(e) ami(e)


Envoyez le livre audio 'AHIKAR – Le Sable' à un(e) ami(e)


* Champ obligatoire






Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)



Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)


E-Mail Image Verification

Envoi en cours ... Envoi en cours ...

14 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Alex le 14 juillet 2018

    Vous avez de la chance si vous habiter la-bas, vous avez du voir le départ du tour de France.Mais c’était moins bien qu’en 2011 où ils avaient passé par le gois.Pourquoi pas avoir choisi d’écrire une histoire sur le tour.C’aurait été plus intéressant que le sable.Vous auriez eu plus de lecteurs. Vous croyez pas?
    Alex

  2. Bruissement le 14 juillet 2018

    Ah? J’ai bien aimé l’histoire du sable, moi.

  3. Auroreboreale le 15 juillet 2018

    Ce problème de pénurie de sable (sur toute la planète) est une des préoccupations majeure du XXIe.

  4. Ahikar le 15 juillet 2018

    Merci chères Bruissement et Auroreboreale pour vos appréciations.

    Amitiés :)

    Ahikar

  5. strongman le 18 juillet 2018

    Tu racontes bien l’ami mais je crois que l’écrivain a une imagition trop fertile. On manquera jamais de sable! Il ne faut pas croire tout ce qu’on raconte ; c’est les lobystes du sable qui font croire ça pour levendre plus chere comme je me rappelle ils avaient déjà fait avant avec le sucre

  6. Bernard le 18 juillet 2018

    Un texte qui illustre parfaitement la fragilité de l’île de Noirmoutier!Et j’ai d’autant plus apprécié cette lecture que je l’ai écoutée… sur cette île !
    Merci Ahikar

  7. Ahikar le 19 juillet 2018

    Merci beaucoup Bernard pour votre commentaire. J’espère qu’en cette période la circulation n’est pas trop intense, et que cela ne vous gâte pas la découverte de l’île. En août, j’ai souvent l’impression que les Parisiens ont déménagé sur l’île, tant la circulation y est intense. La départementale qui traverse l’île est devenue aussi encombrée que le périphérique aux heures de pointe !

    @ strongman

    On trouve tout et n’importe quoi sur Internet, mais si vous vous donnez la peine de consulter des revues scientifiques, vous comprendrez très vite que le problème est réel et que je n’ai rien exagéré. Le portail de revues scientifiques Persée offre, par exemple, en accès libre, quantité de publications scientifiques qui vous le confirmeront :

    https://www.persee.fr/

    Amitiés, :)

    Ahikar

  8. Gaëlle Carlier le 26 juillet 2018

    Livre très enrichissant! Je trouve ce livre très intéressant, il donne à réfléchir sur notre planète. Audition agréable.

    Merci à l’auteur!

    Gaëlle Carlier

  9. Ahikar le 30 juillet 2018

    Merci chère Gaëlle pour ce sympathique retour !

    Amitiés, :)

    Ahikar

  10. jean michel le 3 août 2018

    une belle histoire bien enrichissante pour quelqu’un comme moi, qui ne connait rien a la mer ni a ses alentours

  11. Erwan le 15 août 2018

    Bientôt un grand nombre de fleuves ne rejoindront plus la mer et donc le sable non plus, c’est à peine croyable ! Heureusement qu’il y a la loi littoral !
    Ahikar c’est breton ?
    Kenavo’
    Erwan

  12. Georje le 15 janvier 2019

    Je ne savais pas pourquoi Ahikar était si connu au sein de L.A. J’ai compris en écoutant le sable:  » C’est vivant tout simplement »

  13. Jean-Pierre Baillot le 15 janvier 2019

    Oui Georje, Ahikar est une pointure. Cela dit, j’ai moins aimé ce texte que d’autres. L’atmosphère m’a semblé plus rupine qu’ailleurs, moins conforme au monde selon Ahikar tel que je l’avais perçu au fil de ses lectures. Un Ahikar plus bourgeois ? ;-)

  14. Ahikar le 18 janvier 2019

    Une pointure, dites-vous ? Bof ! Juste du 44. Pensez donc au général de Gaulle qui chaussait du 48, ça c’était une pointure ! Ou encore à Charlemagne qui faisait lui aussi du 48, et dont la taille du pied devint d’ailleurs une unité de mesure jusqu’à l’adoption du système métrique en 1795 ! ;)

    Merci cher Georje pour votre touchant commentaire.

    Amitiés, 😊

    Ahikar

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.