Page complète du livre audio gratuit :


AHIKAR – La Grande Guerre des émeus

Donneur de voix : Ahikar | Durée : 2h 37min | Genre : Contemporains


Emeu

Ce court roman écologique retrace un fait historique bien connu des Australiens, celui qui opposa en 1932 des soldats de l’armée australienne aux émeus.

Les émeus, présents depuis des temps immémoriaux, doivent-ils disparaître au profit des humains toujours plus nombreux et de leur agriculture intensive ? « Ils sont incompatibles avec l’époque actuelle » a déclaré encore récemment un ministre australien à la Chambre des représentants.

Romain Gary écrivait en 1968 dans la Lettre à l’éléphant : « Si le monde ne peut plus s’offrir le luxe de cette beauté, c’est qu’il ne tardera pas à succomber à sa propre laideur et qu’elle le détruira… Pour moi, je sens profondément que le sort de l’homme, et sa dignité, sont en jeu chaque fois que nos splendeurs naturelles, océans, forêts ou éléphants, sont menacés de destruction… Dans un monde entièrement fait pour l’homme, il se pourrait bien qu’il n’y eût pas non plus place pour l’homme. »

Merci à Christine Sétrin pour ses encouragements.

Illustration : Émeu d’Australie (Wikipédia).

Complétez l’écoute de La Grande Guerre des émeus en feuilletant le dossier complémentaire que vous trouverez à cette adresse

> Écouter un extrait : Chapitre 01.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

La Grande Guerre des émeus.zip


> Télécharger ce livre audio par chapitres [Aide] :

Chapitre 01.mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)
Chapitre 02.mp3
Chapitre 03.mp3
Chapitre 04.mp3
Chapitre 05.mp3
Chapitre 06.mp3
Chapitre 07.mp3
Chapitre 08.mp3



> Choix bibliographique :

Les journaux australiens de l’époque sur le remarquable site de la National Library of Australia,

Murray Johnson, ‘Feathered foes’: Soldier settlers and Western Australia’s ‘Emu War’ of 1932 in Journal of Australian Studies, Volume 30, Issue 88, 2006, pp. 147-157.

Libby Robin, Emu: National Symbols and Ecological Limits in Boom and Bust: Bird Stories for a Dry Country, CSIRO Publishing, Melbourne, 2009, pp. 241-66.



> Références musicales :

Bruitages extraits de freesound.org.


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 8. XXIe siècle, Contemporains, Romans, Romans (Complets), , ,

 

Page vue 33 536 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

72 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Shmuel R le 2 novembre 2014

    Merci Ahikar pour ce document. Les émeutes des emeus nous ont émus.

  2. Anton Ego le 3 novembre 2014

    Surprenant et magnifique texte contemporain !
    Personnages touchants, scènes drôles, écriture très moderne : aucune phrase inutile, on ne perd pas son temps et les pieds restent sur terre.

    Merci Ahikar

    Anton Ego

  3. JanSheng le 3 novembre 2014

    Magnifique. Je présenterais cette lecture et ce roman sur mon blog prochainement.

  4. Sans-Dents le 3 novembre 2014

    @ Ahikar
    En tant que sans-dents et en tant que membre des petits peuples fragiles et sans défenseur, je me reconnais dans et je m’identifie naturellement aux émeus.
    Merci.

  5. Sans-Dents le 3 novembre 2014

    Précision pour les distraits : merci à l’auteur et DDV Ahikar, à double casquette en l’occurrence.

  6. Ahikar le 4 novembre 2014

    Merci à tous pour vos chaleureux commentaires.

    @ Sans-Dents

    Je remercie le ciel qu’hier vous ayez égaré votre dentier. :)

    Anton Ego, l’horrible critique de Ratatouille, ne semblait pas non plus au mieux de sa forme. :)

    Tant mieux pour moi !!! :)

    Amitiés,

    Ahikar

  7. delph le 5 novembre 2014

    je vaisl’envoyer à une amie. ça devrait lui plaire et elle vous mettera un comentaire mieux que le mien

  8. delph le 5 novembre 2014

    j’ai oublié de dire que c’était trèsbien de l’avoir écrit.Il faut protégé la planète au lieu de la détruire.Je préférai l’étudier plûtot que le père Goriot qui est chiant à mourir.

  9. Lionel le 6 novembre 2014

    C’est un goût amer qui me reste après avoir terminé l’écoute de cette étonnante histoire, ou l’humanité « civilisée » se distingue une fois encore, par sa bestialité sans borne jusqu’à overdose.
    Merci pour ce texte et cette lecture Ahikar, et merci pour tous les autres que je n’ai pas encore écoutés.

  10. Sans-Dents le 6 novembre 2014

    @ Ahikar
    «Egaré mon dentier», non.
    En revanche, à certaines heures, je prête mon dentier à mon épouse, qui me prête ses jambes de bois.
    On ne mange jamais en tête à tête; pendant qu’elle grignote ce qu’elle a pu rapporter du Resto du cœur, moi je vais me promener.

  11. Anton Ago le 6 novembre 2014

    @ Ahikar,
    « La difficulté du critique est de trouver de nouveaux talents! »
    Votre ratatouille est comme celle que j’ai découverte chez Gusteau : authentique et pleine de saveurs.
    Vous vous trompez : j’étais en pleine forme lorsque j’ai mis ma critique :-)
    Anton Ego

  12. Béa le 7 novembre 2014

    Delph t’exagères, 3 fautes en 2 lignes. On est quand même sur un site littéraire! Je dirai plus tard si j’ai aimé.
    Bisous
    Béa

  13. colin le 8 novembre 2014

    Bonjour,
    Personnellement ,j’ai beaucoup aimé le texte et la voix qui me l’a conté ,merci

  14. jean michel le 9 novembre 2014

    histoire très intéressante et très bien contée.j’ai decouvert a cette occasion plusieurs animaux que je ne connaissais pas, il y a pas mal de détails qui ont du vous prendre beaucoup de temps de recherche. vivement votre prochaine histoire.

  15. béru le 10 novembre 2014

    Merci pour ce livre d’une grande lucidité.

  16. Adem le 11 novembre 2014

    Salut à tous.Le contenu est toujours d’actualité. Pour ceux qui défendent la nature, écologistes entre autres, Il vaut mieux penser à les protéger une fois pour toute dans leur propre milieux et territoire naturel,légiféré (acte de propriété d’espèce) comme celui des hommes afin que plus personne ne les approche comme envahisseur. Si non, je ne vois aucune solution pour eux, les pauvres bêtes. Sensibiliser l’homme, ne suffit pas et montrer ses limites…
    Merci pour votre belle lecture Ahika. Portez vous bien

  17. Ahikar le 12 novembre 2014

    Merci à Delph, Béa, Colin, Jean-Michel, béru et Adem pour vos commentaires.

    @Anton Ego

    Je suis très heureux que vous ayez aimé ma ratatouille. J’ai essayé de varier les ingrédients pour la rendre la plus digeste possible, craignant toutefois qu’elle ne soit un peu trop pimentée. Peut-être aussi ai-je eu de la chance que vous n’ayez croqué dans un piment ! :) Quant à Sans-Dents, ma foi, il a dû les avaler ! :)

    Amitiés,

    Ahikar

  18. MERCI le 14 novembre 2014

    merci beaucoup, j’ai adoré; au début je craignais que ça fasse un peu boucherie comme le débâcle de Zola que j’avais abandonné; mais comme ils en tuent pas beaucoup, alors ça va, et puis c’est tellement bien raconté; je conseillerai juste à ceux qui sont très sensibles de ne pas écouter l’épilogue, tout le reste ça va.j’ai été ébahi de voir que les fourmis pot-de-miel existaient; la nature est tellement fabuleuse, dire qu’on détruit de pareilles merveilles.je conseille vraiment à tout le monde d’écouter ce texte car c’est vraiment un grand texte. encore merci MONSIEUR AHIKAR :) :) :)

  19. Chang le 15 novembre 2014

    peux-t-on le trouver en livre?

    je voudrais l’offrir

    ,

  20. Hirondelle le 19 novembre 2014

    Merci, monsieur Ahikar, pour ce texte très sympa et pour cette formidable lecture !

  21. Jimmy le 21 novembre 2014

    Le prof nous a demandé: après avoir écouté ce texte, que faut-il penser de l’humanité?
    Quelqu’un peut-il m’aider, car les personnages ne sont pas si noirs que ça, du moins je trouve. Pourtant Lionnel a écrit au-dessus que l’humanité civilisé se distingue se distingue une fois encore par sa bestialité sans borne.
    Répondre avant mardi SVP
    Jimmy

  22. Hirondelle le 21 novembre 2014

    Bonjour Jimmy,

    Que penser d’une espèce humaine qui interdirait (ou qui interdit !) aux autres espèces d’exister, ou de subvenir à ses besoins ?

    D’une espèce humaine qui interdirait à certaines parties d’elle-même (les Aborigènes, par exemple) de vivre, ou de vivre à leur façon ?

    Au nom de quoi l’être humain « civilisé » serait-il supérieur aux autres et aurait le droit d’imposer à tout le reste de la planète (voire même plus loin !) sa vision de la vie ?

    Toi, que penses-tu de l’idée d’essayer d’éradiquer les émeus ?

    Bonne chance !

  23. Lionel le 21 novembre 2014

    Bonjour Jimmy, je pense que l’humanité ou l’être humain donne une assez bonne définition de lui même par le large étendu des contrastes de ses actes : toute la bonté, la candeur, la grandeur ; mais parfois aussi la noirceur, l’ignorance et l’ignominie qui le caractérise.

    Cette page d’histoire australienne, écrite et racontée avec talent par Ahikar laisse à réfléchir sur cette humanité, non pour ce qu’elle est, mais pour ce qu’elle fait à des êtres qui n’ont pas d’autre défense que leurs plumes, leur bec, avec pour seule motivation leur instinct.

    L’instinct de l’homme doit-il le pousser aussi loin dans la cruauté avec pour seule justification sa propre survie ? Je ne pense pas.

    Je rejoins et je remercie Hirondelle pour son commentaire.

  24. Jimmy le 22 novembre 2014

    Tout d’abord merci beaucoup pour les réponses. Mais j’ai un peu de mal à comprendre ce que vous voulez dire quand vous écrivez que cette page d’histoire laisse à réfléchir sur l’humanité, non pour ce qu’elle est mais pour ce qu’elle fait. C’est quoi la différence entre être et faire. L’humanité peut-elle être bonne et faire quand même le mal?
    Jimmy

  25. Lionel le 22 novembre 2014

    Si l’humanité désigne l’être humain, oui, elle peut être bonne, et faire le mal.

    Les pages du livre de l’histoire de l’humanité sont parfois très sombres et parfois très lumineuses. Cela dépend de l’encre qui nourrit la plume, et de la main qui tient cette dernière.

  26. Bruissement le 22 novembre 2014

    Mon petit grain de sel.
    Si l’on considère que l’humanité désigne non l’être humain mais LES êtres humains, lesquels sont tous différents, il est plus aisé de comprendre que les uns peuvent être meilleurs que les autres et cela à toutes les époques.
    A mon avis « être » et « faire » peuvent aller de pair, ainsi celui qui EST plutôt bon FAIT des choses plutôt bonnes. Même s’il est vrai que personne n’est parfait.
    Pour moi l’être « civilisé » est plutôt celui qui n’impose pas aux autres « sa vision de la vie » et donc se transforme en « barbare » s’il le fait.
    Ne pas faire de mal aux animaux est important, ne pas faire de mal aux hommes encore plus.
    Grand merci Ahikar, pour ce travail d’érudit fort bien conté.

  27. Lionel le 23 novembre 2014

    Bonjour Bruissement,
    J’apprécie votre commentaire.

    Je me rends compte que ma première intervention n’exprime rien d’autre que mon état d’esprit après l’écoute. Sans doute formulée un peu rapidement, et soulignant une idée vague, avec la volonté de résumer cette idée par un commentaire que je n’ai pas voulu trop long.
    Il serait sans doute inopportun d’expliquer et développer mon point de vue ici. Le propos serait sans doute long, et fort mal rédigé de ma main, surtout, il n’apporterait rien de plus au formidable travail d’Ahikar, qui par lui seul pose les bonnes questions auxquelles nous devons apporter nos propres réponses.

    J’ajouterais seulement, que selon moi, «être» et «faire» sont dissociable.
    Tuer un enfant, une femme, un vieillard, un homme, par ce qu’il est d’une couleur de peau, d’une religion, d’une tribu différent, par ce qu’il ne partage pas les mêmes idées…, est, toujours de mon point de vue, tuer un être pour ce qu’il est plutôt que pour ce qu’il fait.

    L’histoire raconte aussi que dans leur grande majorité, les criminels (de guerre et autres) sont, de bon père de famille, aimant leur femme, et chérissant leurs enfants, ou de bons voisins…
    On peut être bon et faire le mal.

    J’aurai sans doute dû écrire « ou l’humanité >dite< « civilisée » se distingue une fois encore…»
    Par opposition à votre « être « civilisé » qui n’impose pas aux autres ».
    Nous ne parlons pas des mêmes «civilisés».

    Faire acte de cruauté à un animal, n’est-ce pas le premier pas vers l’acte de cruauté pour l’homme ?

    Tout cela est sans doute un peu confus, et je ne suis pas certain d’aider Jimmy dans sa recherche de réponses.

  28. Rodica le 23 novembre 2014

    Je ne crois pas qu’on puisse faire du mal à un animal qui est déjà mort.
    Vous qualifier de cruel parce que vous mettez en morceaux un poulet que vous dans unavez acheter dans supermarché c’est absurde.

  29. Brutus le 23 novembre 2014

    Jim O’Halloran ou la banalité du mal: voir Hannah Arendt.

  30. Meryem le 23 novembre 2014

    Rodica je crois que t’as pas compris grand chose au texte. Il parle pas d’émeus dans les supermarchés. Mais de ceux qui courent dans le bush. T’aurais dû l’écouter avant de mettre ton commentaire.
    Bravo à l’auteur et à la personne qui l’a lu.

  31. Hirondelle le 24 novembre 2014

    Et n’oublions pas que l’être humain « dit civilisé » recherche toujours la solution la plus facile et uniquement à court terme !
    Gagner beaucoup d’argent, sans se soucier des conséquences écologiques et sociales (y compris si elles sont dramatiques pour ses propres descendants !), par exemple.
    Ou encore… abattre des émeus !

    Et n’oublions pas non plus que les autres, les « dits non civilisés », font aussi partie de l’humanité :) )))

  32. Ahikar le 24 novembre 2014

    Merci à tous pour vos chaleureux commentaires qui sont comme une myriade de lucioles qui viennent éclairer les pages de ce récit. :) :) :) :) :) :) :)

    Amitiés,

    Ahikar

  33. Annemarie le 26 novembre 2014

    Jimmy,
    Il y a dans le roman un personnage qui illustre la réponse à ta question : Jim O’Halloran. C’est un être que l’on peut fondamentalement trouver bon. Toutefois, il fait partie des militaires recrutés pour éliminer les émeus. Il participe donc à l’éradication des émeus tout simplement en obéissant à des ordres. On peut donc considérer qu’il fait le mal, peut-être même sans en avoir conscience, tout en étant bon.

  34. Une petite luciole le 28 novembre 2014

    GRAND MERCI

  35. alextutu le 2 décembre 2014

    J’aimé passer un bon moment avec cette lecture
    mieux qu’un film mais trop court merci quand meme
    et j’éspère à d’autre lecture.

  36. Ahikar le 6 décembre 2014

    Merci Annemarie, Une petite luciole et Alextutu pour vos commentaires qui m’ont fait grand plaisir.

    Ça y est, j’ai craqué ! À force de voir la publicité qui s’affiche sur cette page, je viens de commander le bel ours blanc de Pompon ! Que voulez-vous, je suis comme tout le monde !

    Bien malin celui qui croit pouvoir échapper à la publicité. Au moins, c’était pour Pompon ! :)

    Amitiés,

    Ahikar

  37. bibi le 7 décembre 2014

    Encore une belle histoire ! Est-ce qu’il y a un film comme pour les périophtalmes ?

  38. Tom le 9 décembre 2014

    Trop fort ces emeus qui ont ridiculisé l’armé! Comment s’ecrit malifel, l’oiseau qui fait un nid de 10m? existe-il vraiment?

  39. Ahikar le 13 décembre 2014

    Merci bibi, fidèle auditeur, pour ton appréciation. Merci également à Tom pour l’intérêt porté à cette histoire.

    Pour répondre à la première question, il n’y a pas vraiment de film qui fasse autorité sur la question. Du moins je n’en ai pas trouvé. La plupart sont de petits films amateurs tournés par des étudiants grimés.

    On écrit malleefowl que les Australiens prononcent [malifεl]. Bien sûr que cet oiseau existe !

    Suite à de nombreuses questions qui m’ont été posées lors d’une lecture publique, j’ai d’ailleurs réalisé un dossier assez complet accompagné de nombreuses photographies d’époque. Il est presque terminé et je le mettrai bientôt en ligne. Je l’ai réalisé à l’aide de Powerpoint et il fait 96 Mo. Quelqu’un saurait-il me conseiller sur la meilleure façon de le mettre en ligne pour qu’il soit facilement accessible ?

    En vous remerciant par avance.

    Bien amicalement,

    Ahikar

  40. Hirondelle le 15 décembre 2014

    Bonjour,

    Je suis loin d’être experte mais quand j’ai de gros fichiers à partager je les mets sur Dropbox et je donne le lien à ceux qui doivent voir les fichiers en question.

    Bonne continuation… et en attente du prochain !

  41. Ahikar le 16 décembre 2014

    Merci beaucoup chère Hirondelle d’avoir pris le temps de me répondre. Mais je me méfie un peu de Dropbox : je l’avais installé il y a quelques mois sur mon ordinateur, et il l’avait considérablement ralenti. Une donneuse de voix m’ayant conseillé Slideshare, je vais l’essayer.

    @Lionel

    J’ai découvert que vous êtes un maître origamiste. J’ai vu vos pliages de bupreste, goliath et autres insectes : je comprends mieux maintenant ce qui vous avait séduit dans La métamorphose. ;) J’ai lu aussi que vous étiez parfois en manque d’inspiration. Alors, pourquoi ne pas essayer de réaliser un émeu ? :)

    Amitiés,

    Ahikar

  42. Lionel le 17 décembre 2014

    Bonjour à vous tous.

    Si je peux vous donner quelques conseils, puisque je travaille dans cette partie du monde du numérique…

    Pour l’échange de gros fichiers, jusqu’à 2 Go, il est possible d’utiliser un service gratuit sur internet : 
    https://www.wetransfer.com/
    L’avantage est qu’il est gratuit, l’inconvénient, dans une certaine mesure, est qu’il fait disparaître le document après 15 jours.
    Les autres solutions, sont simplement des clouds, comme dropbox, Google Drive, Orange… qui permettent sur un dossier public, de partager un document de façon permanente.

    Le format PowerPoint est intéressant pour les animations qu’il embarque, mais si ce dossier n’en contient pas, je vous conseille le format PDF, que vous pouvez générer à partir du PowerPoint (enregistrer sous), pour diverses raisons techniques que je ne vais pas étaler ici, il est préférable d’utiliser le PDF comme format de fichier d’échange, à partir du moment où l’intérêt est justement l’échange sans but de modification du document après téléchargement.

    En ce qui concerne l’origami, discipline que j’ai pratiquée avec passion durant une trentaine d’années, je ne la pratique plus guerre par faute de temps, et aussi parce que la flamme, bien que toujours présente, s’est bien atténuée, mais d’autres passions m’animent et m’enflamme aussi.

    L’émeu est un animal qui est très simple dans sa forme, il ne devrait pas poser trop de problèmes dans sa conception. Il en existe d’ailleurs quelques modèles, mais je dois reconnaitre qu’avant le pliage, il serait sans doute bénéfique pour le plieur d’écouter votre histoire afin de cerner avec plus de précision l’animal.

    Pour la métamorphose, je n’y avais pas pensé, il est vrai que faire naitre entre ses doits des petites créatures en papier est sans doute aussi une métamorphose de la pensée du « créateur », qui devient créature le temps du pliage.

  43. Ahikar le 18 décembre 2014

    Merci beaucoup cher Lionel pour tous ces renseignements fort utiles. Il est vrai qu’avec Slideshare j’ai rencontré des problèmes techniques qui m’ont fait passer plusieurs nuits blanches : quelques liens hypertextes qui s’obstinent à ne pas vouloir fonctionner, et comme fait exprès le plus important, celui de Litterature audio.com. En revanche, on accède à des statistiques intéressantes, telle par exemple une carte du monde avec le nombre de connexions par pays. J’ai ainsi pu voir que ma présentation avait été vue 55 fois hier aux États-Unis et quels liens avaient été cliqués.

    Toutefois, pour suivre votre conseil, je l’ai tout de suite exportée en PDF, et là, miracle, tous les liens fonctionnent ! :) Je risque fort à l’avenir d’être tenté d’utiliser vos lumières ! ;) J’ai horreur de perdre du temps, et pourtant j’ai toujours l’impression de perdre un temps infini à des choses qui ne m’apportent rien, et que finalement le temps où je travaille vraiment est bien moindre que le temps que je perds.

    J’ai vu que vous avez réédité L’école engloutie de Mme Eugénie Sie. Est-il toujours disponible ?

    A propos de métamorphose, j’avais été très marqué étant jeune par La modification de Butor. Je l’avais lue dans le train qui m’emmenait à Rome. C’était un de mes premiers voyages, c’était la première fois que je découvrais l’Italie, et tout à coup j’avais compris que la modification qu’il décrivait était celle qui s’opérait en moi : je m’étais effondré en larmes devant le Moïse de Michel-Ange à San Pietro in Vincoli, à une époque où on pouvait encore le toucher. Les fresques de Raphaël au Vatican et à la villa Farnesina m’avaient émerveillé : j’avais eu tout à coup la révélation qu’une humanité plus grande était possible, Raphaël en étant le témoin toujours vivant par ses œuvres.

    A mon retour d’Italie, je n’étais plus le même.

    Amitiés,

    Ahikar

  44. Tashi le 19 décembre 2014

    Cette histoire me avoir très touchée. J’étais vraiment heureux témoigner une conscience universelle de son auteur. D’autres fois Ahikar a choisi tao tö king, d’autres fois Xie Lingyung. Je souhaite le mieux dans la création pour Ahikar inspiré et plein sagesse. C’est si important car j’ai besoin de hauteur intérieure.

    Tashi, réfugié tibétain

    [Je suis comme émeu auquel on a pris son terre.]

  45. Lionel le 21 décembre 2014

    Bonjour à tous,
    Très cher Ahikar, je ne connaissais pas le service Slideshare.
    C’est intéressant, je vais regarder cela avec plus d’attention.
    Les liens hypertextes sont souvent soumis au moteur qui les interprètes et il n’est pas rare que d’un support à un autre, il fonctionne, ou ne fonctionne plus.
    Personnellement, je trouve votre travail en ligne très complet, très abouti, et très maitrisé.

    Je pense qu’il est possible de connaitre les spécificités de connexion et de téléchargement d’un fichier à partir d’un code tag du programme Google analytique, si votre document est déposé dans un article sur un site qui dispose d’un tag approprié pour suivre cette analyse.

    Le format PDF, est sans doute la plus grande révolution en matière de média embarqué dans un document. Il est capable de lire et d’encapsuler presque tout ce qui existe en terme de fichiers normalisé multimédia. Considéré très souvent à tort comme « une simple liseuse », ce format est capable de prouesses souvent étonnantes et méconnues.

    Naturellement, je suis à votre disposition pour vous apporter mon aide, dans la mesure de mes compétences pour ces questions et leurs applications techniques.

    Il me reste une dizaine de livres « l’École engloutie », je serai très en peine que vous le savoir acheté, mais très heureux de vous le savoir offert en cette période de fêtes de fin d’année. Vous pouvez me transmettre vos coordonnées postales en passant par la rubrique « contact » du site de mon village en hyperlien dans ma signature, comme vous le devinez.

    Je ne connais pas « La modification », mais par votre texte, je sais qu’il va rejoindre le rayonnage des livres que je dois lire dans le courant de l’année 2015.

    Et à la question un livre peut-il changer une vie, la réponse est incontestablement oui. Affirmer le contraire serait me mentir à moi-même.

    Je vous dis à bientôt.

  46. Stanley Cox le 23 décembre 2014

    Très bon livre. Je recommande.
    Stanley

  47. Stanley Cox le 23 décembre 2014

    Petite correction à faire, le lien pour venir ici par SlideShare ne fonctionne pas. Tout le reste est OK. Excellent travail.

  48. Asticot le 28 décembre 2014

    Histoire extra-ordinaire !
    J’ai regardé le dossier complémentaire. Génial.
    Le lien sur la chasse au boomerang par les aborigènes m’a impressionné (page 69) et je ne savais pas que du pdf pouvait contenir des liens !
    Merci litterature audio et merci ahikar.

  49. Ahikar le 8 janvier 2015

    Merci beaucoup Tashi pour votre commentaire. Si je peux faire quelque chose pour vous, n’hésitez pas à me contacter par l’intermédiaire du site à l’adresse ci-dessous : contact@litteratureaudio.com

    Je serais ravi de vous aider.

    Que tous mes vœux de bonheur vous accompagnent pour 2015 !

    Amitiés,

    Ahikar

  50. Tanbesan le 12 janvier 2015

    Conte didactique à visée écologique à l’écriture simple, et très bien raconté par son auteur, je ferais circuler cet ouvrage audio au amis des émeus et à mes connaissances encore en âge à se dire.. « ch** la lecture ! ».

    Merci Ahikar !

  51. Luther le 16 janvier 2015

    J’aimerai ce livre en anglais

  52. danilo le 28 janvier 2015

    merci pour le livre et Dusan qui m a envoye le lien. c est tres bien pour l expose que je dois faire. formidable le dossier pdf. danilo

  53. danilo le 30 janvier 2015

    j aimerai bien emigre en australie. j adore se pays. mais si j ai pas le bac se sera dur. vous m avez donne encor plus envi de aller.
    salut dusan. danilo

  54. Ahikar le 20 février 2015

    Merci à tous pour vos chaleureux commentaires.

    Je répondrai dans l’ordre.

    @ Stanley Cox :

    Concernant le problème que vous me signalez, à savoir que le lien pour venir ici par SlideShare ne fonctionne pas, vous avez tout à fait raison, mais je n’ai jamais réussi à solutionner le problème. Toutefois, j’ai remarqué que si le lien ne fonctionne ni sur mon PC ni sur mon portable, en revanche il est parfaitement fonctionnel sur mon iPad. Ah ! les mystères de l’informatique !

    @ Asticot :

    Je suis très heureux que le dossier photos vous ait plu. A propos du petit film sur la chasse au boomerang, une personne m’a demandé récemment si je ne m’étais pas inspiré de cette scène pour le récit. Elle a tout à fait raison : il m’est arrivé plusieurs fois de décrire les documents que j’avais sous les yeux. Je n’aime guère inventer. J’aime autant que possible coller à la réalité. Écrire c’est avant tout pour moi essayer de comprendre le monde. Je me méfie beaucoup de l’imagination, et la ressens souvent comme une démission face au réel, une incapacité à saisir toutes les données du monde qui nous entoure.

    @ Tanbesan :

    Merci beaucoup de faire circuler cet ouvrage autour de vous. C’est très gentil ! :)

    N’oubliez pas de me dire s’ils ont trouvé ça « chiant », ou s’ils se sont laissé séduire.

    @ Luther :

    « J’aimerais ce livre en anglais » : un jour peut-être, mais je ne saurais vous dire quand, étant pour ma part bien incapable de cette tâche.

    @Danilo :

    Je vous souhaite très sincèrement de réussir au baccalauréat. J’espère également que vous pourrez réaliser votre souhait de vous installer en Australie. À vingt ans, j’avais la même envie que vous, mais celle-ci ne s’est jamais concrétisée. Il ne faut jamais trop attendre pour réaliser ses rêves.

    Très bonne soirée à tous,

    Ahikar

  55. Franck le 24 février 2015

    Ce livre mériterait un prix.

  56. Ahikar le 7 mars 2015

    Merci Franck. Je suis sensible à votre appréciation.

  57. Babakar Doucouré le 24 mars 2015

    J’ai mis mes élèves à entendre ce livre ; après nous avons bien débattu. Pourquoi pas plus de livres qui raconte des histoires de maintenant ?

    MERCI BEAUCOUP

    Babakar Doucouré, du Sénégal

  58. Ahikar le 6 avril 2015

    Merci beaucoup Babakar Doucouré pour votre commentaire. La réponse à votre question est simple : nous ne pouvons lire que des ouvrages libres de droits, ce qui n’est pas le cas des auteurs contemporains. Ceux présents sur le site ont donné leur autorisation ou cédé leurs droits.

    Vous en trouverez la liste ci-dessous :

    http://www.litteratureaudio.com/livres-audio-gratuits-mp3/categorie/contemporains

    Un grand bonjour à tous ceux qui nous écoutent du Sénégal.

    Amitiés, :)

    Ahikar

  59. Papa Tango le 10 avril 2015

    Comme j’aurais aimé connaître votre récit plus tôt ! Je rentre d’un voyage en Australie et aurais sûrement eu plaisir à en discuter avec les locaux. Il y a tant de choses extraordinaires là-bas ! Votre récit est prenant et si vivant. Votre lecture m’y emporte à nouveau. Rien que pour cela je vous remercie.
    Vous devriez le traduire en anglais si ce n’est déjà fait ;-)

  60. Ivann le 10 mai 2015

    Beau récit, belles images, belle leçon…
    Merci beaucoup

  61. Papa Tango le 16 juillet 2015

    Ahikar, des amis franco-australiens m’ont chargé de vous remercier pour votre récit que j’ai partagé avec eux. Je voulais du coup en profiter pour vous remercier pour les devinettes. Dommage que vous ayez arrêté car j’aimais bien. Peut-être en vacances ? J’espère qu’il y en aura d’autres à la rentrée !!

  62. Ahikar le 17 juillet 2015

    Merci beaucoup Ivann pour votre appréciation. :)

    Amitiés,

    Ahikar

  63. Ahikar le 17 juillet 2015

    Bonjour Papa Tango, merci pour vos commentaires. Serais-je indiscret de vous demander de quelle région de l’Australie sont vos amis ? Des commentaires de leur part me seraient également très précieux ? Comment ont-ils perçu le texte ? Connaissaient-ils déjà cette histoire ? À quel élément du récit ont-ils été le plus sensible ?

    En vous remerciant par avance :)

    Concernant la devinette, elle est toujours présente sur le forum ; il faut juste cliquer sur l’onglet « Le bar » pour y accéder. C’est vrai que j’ai remarqué qu’elle est regardée un certain nombre de fois tant qu’elle est affichée dans les « Messages les plus récents ». Après elle n’est pratiquement plus regardée. Mon but était d’apporter un peu d’animation sur le forum, de se cultiver en s’amusant. Le succès étant bien mitigé, je vous invite tous à participer, aussi bien en répondant qu’en posant vous-même une devinette. Cet espace est ouvert à tous.

    Si vous n’osez pas poster directement une devinette, vous pouvez me l’envoyer par l’intermédiaire du forum, et je la posterai pour vous, un peu comme aux Grosses Têtes. ;) Toute devinette est la bienvenue, dès l’instant qu’elle est d’ordre culturel.

    Bonne après-midi à tous, :)

    Ahikar

  64. Papa Tango le 17 juillet 2015

    Mes amis sont d’origine française, installés dans la région de Sydney depuis 2 décennies maintenant.
    Ils ne connaissaient pas l’histoire mais celle-ci est visiblement très connue en Australie, notamment du côté Ouest.
    Cette histoire est la risée des militaires :-)
    Le paradoxe: ils n’ont jamais vu de vrais émeus ! :-)

    Pour la devinette, je n’avais en effet pas vu qu’elle était dans « Le Bar » de l’espace visiteur !
    Dommage qu’elle ne soit pas plus visible avec un intitulé « Devinette », mais je comprends qu’elles sont assez récentes ; peut-être une amélioration à venir ?

    Dans tous les cas, bravo pour ce beau site.

  65. Malik le 22 juillet 2015

    Quelqu’un s’est inpiré de votre bouquin pour faire une chouette video. Vous devriez regardé !

    La guerre des emeus – Castor Mother #4 – YouTube

    Merci pour le beau livre plein de bruit et de fureur comme on dit

    Malik

  66. Ahikar le 22 juillet 2015

    Merci Malik pour le lien. J’ai regardé la vidéo. Elle est plutôt bien faite et fidèle à l’histoire. Je ne sais pas si elle s’est inspirée de mon livre, elle ne le précise pas. En tout cas, la vidéo a beaucoup de succès, plus que mon livre. Nous vivons au siècle de l’image, et les mots ont bien du mal à rivaliser avec son pouvoir. :(

    https://www.youtube.com/watch?v=2_UV18yY3DE

    Bonne soirée,

    Ahikar

    Merci également à Papa Tango pour toutes vos réponses.

  67. Une tigresse le 30 août 2015

    Bonjour, je viens de finir d’écouter cette oeuvre. Vraiment génial je tiens à vous remercier pour le travail conséquent j’imagine que vous avez fourni. Je suis une écologiste convaincue et non seulement vous m’avez appris ces faits historiques que j’ignorais, mais en plus vous m’avez fait découvrir ces êtres extraordinaires que sont les émeus extrêmement intelligents et vraiment j’étais suspendue à chaque mot j’ai beaucoup aimé et je trouve ce document vraiment instructif et très intéressant. Des personnages très attachants, mieux qu’un film. Chaque créature que porte la Terre a un rôle à jouer dans le fonctionnement du monde tous interdépendant, l’être humain est lui aussi une composante de la nature et s’il l’oublie il va droit vers sa destruction. Encore merci Ahikar. pour cette belle oeuvre que je diffuse autour de moi et qui je pense m’aidera bien pour trouver un sujet pour mes exposés car je passe un bac littéraire.

  68. Ahikar le 1 septembre 2015

    Merci chère Tigresse pour ces rugissements bien agréables.

    Amitiés, :)

    Ahikar

  69. Lisel le 22 mars 2016

    Cela fait la troisième fois que je l’écoute. Je suis étonnée comme vous avez su glisser du merveilleux à côté de la barbarie. Vous avez beaucoup de talent. Un grand merci très sincère.

    Lisel

  70. Moi le 7 avril 2016

    oui c:;

  71. Cillian le 20 janvier 2017

    C’est le livre contemporain que je préfère. Je me suis permis de faire des impressions du dossier que je compte distribuer pour faire connaitre votre livre. Avez-vous d’autre projet écologique? J’ai lu vos autres livres sur le site mais ils ressemblent plus à des confessions et j’aime moins.
    Cillian

  72. Mansoor le 12 mai 2017

    Tres heureux d’avoir fait votre connaissance. Vous etes une bibliotheque vivante.
    J’espere que vous ecrirez un livre sur notre beau pays.
    Mansoor
    Shiraz

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.