Page complète du livre audio gratuit :


ASSELINEAU, Charles – L’Enfer des bibliophiles

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 50min | Genre : Nouvelles


Fritz Westendorp - Les Bouquinistes parisiens

Des thèmes voisins de L’Enfer des bibliophiles sont abordés dans La Fin des livres d’Uzanne, L’Amateur de livres de Nodier et Les Diverses Façons d’aimer les livres de Meray.
Charles Asselineau crée le néologisme « libricité » pour exprimer la sensualité littéraire qu’il connaît bien et justifie dans ce rappel onirique de 1860, au temps où les bibliophiles de tout poil s’arrachaient les livres plus ou moins rares dans les ventes aux enchères ou furetaient dans les cases des bouquinistes des quais :

« En général, l’amateur des quais est celui dont les manies sont les plus curieuses et les plus folâtres. Le client des ventes publiques et des libraires recherche et paie fort cher des livres parfaitement accrédités et cotés, de bonnes éditions des classiques, les Barbou, les Elzévirs, etc., etc. Le client des quais s’est buté à une spécialité encore inconnue et qui fera fureur plus tard.
Là se collectionnent les journaux, les revues, les brochures, les mémoires, les bribes négligées et qui, au bout d’un certain temps, deviennent introuvables. Essayez de chercher telle gazette d’il y a seulement vingt ans ! La Bibliothèque Impériale ne l’a pas ou ne l’a qu’incomplète. Si vous persistez dans vos recherches, un libraire vous dira quelque jour qu’il n’en existe qu’un exemplaire complet chez M. un tel, qui l’a acheté numéro par numéro sur les quais pendant dix ans. »
Amusante et ruineuse promenade, en compagnie de l’auteur du Paradis des gens de lettres et de son démon infernal…

L’Enfer des bibliophiles.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Nouvelles, ,

 

Page vue 4 993 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

Aucun commentaire pour le moment. Ajoutez le vôtre !

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.