Page complète du livre audio gratuit :


BABEL, Isaac – Vie et aventures de Pavlitchenko Rodionytch

Donneur de voix : Ahikar | Durée : 22min | Genre : Nouvelles


Dimitri Moor - Bud' na strazhe ! (Sois sur tes gardes !, 1921)

Isaac Babel (1894-1940)

Ce récit nous conte l’ascension d’un porcher devenu général, et comment ce dernier se vengea de son seigneur et maître qui l’avait jadis humilié.

Encore une fois, Isaac Babel nous donne à voir une facette peu reluisante de l’humanité. Alors que partout on écrit des chants à la gloire de la cavalerie rouge, Babel, faisant preuve d’un immense courage, ose la vérité, ose l’horreur.

Alors que La Marche de Boudienny est sur toutes les lèvres :

« Conduis-nous, Boudienny, plus bravement au combat,
Que le tonnerre gronde,
Que l’incendie nous entoure.
Nous sommes tous des héros sans réserve,
Et toute notre vie est une lutte ! »

… Babel nous décrit le comportement des hommes en temps de guerre, nous décrit les exactions d’une armée en campagne. Et ce n’est pas beau ! vraiment pas beau ! à la limite de l’insoutenable !

Mais n’oublions pas qu’Isaac Babel a payé ses récits au prix fort, puisqu’il fut arrêté, torturé et finalement exécuté le 27 janvier 1940. Babel s’est sacrifié pour la vérité. Alors, le moins que l’on puisse faire, c’est de le lire !

Traduction : Maurice Parijanine (1885-1937) (J’ai amplement retouché la traduction dont certains passages étaient incompréhensibles.)

Illustration : Dimitri Moor, Bud’ na strazhe ! (Sois sur tes gardes !, 1921).

Vie et aventures de Pavlitchenko Rodionytch.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)





> Références musicales :

Alexandre Borodine, Danses polovtsiennes, interprété par l’ensemble Davis High School Symphony Orchestra (domaine public).


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 7. XXe siècle, Nouvelles, , ,

 

Page vue 7 249 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

14 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Shmuel R le 10 décembre 2016

    Extrême merci, cher Ahikar. Cette nouvelle me semble un peu un truc à tiroir secret. Un midrache parle de Caïn en ces termes :  » Et il frappait Abel dans toutes les parties de son corps pour voir par où l’âme sortirait.  » Je suis convaincu que Babel faisait allusion à cette légende.

  2. Ahikar le 11 décembre 2016

    Tout à fait d’accord avec vous, cher Shmuel. Sans vouloir faire d’humour noir, je doute cependant fort que cette méthode ait jamais permis de localiser quoi que ce soit, et surtout pas l’âme. Pour commencer, il faudrait déjà que l’âme ne soit pas juste un mot. ;)

    Amitiés, :)

    Ahikar

  3. Cyprien le 11 décembre 2016

    Oh, enfin du Isaac Babel sur le site ! Et lu par Ahikar, en plus ! Je le télécharge de ce pas et je me le garde au chaud pour ce soir. :-)

  4. Candice le 12 décembre 2016

    Comme c’est cruel de vérité !
    Merci Ahikar pour cette découverte.

  5. Ahikar le 12 décembre 2016

    Chère Candice,

    Merci pour votre commentaire.

    Cher Cyprien,

    J’espère que vous nous direz ce que vous avez pensé de ce récit ! ;)

    -

    Amitiés, :)

    Ahikar

  6. Karamazov le 15 janvier 2017

    Merci pour cette lecture, mais pourquoi avoir retouché la traduction ? N’êtes-vous pas un site de lecture ? Où va-ton si chaque lecteur se permet de retoucher les livres ? A chacun sa tâche.

  7. Ahikar le 17 janvier 2017

    Bonjour cher Karamazov,

    Votre question est tout à fait légitime, et je peux vous assurer que je ne me serais jamais permis d’effectuer des corrections si celles-ci n’étaient pas indispensables. Aussi étonnant que cela puisse paraître, la traduction de Parijanine est bel et bien truffée d’incohérences de toutes sortes. J’avais déjà parlé de ce problème dans un commentaire sur Le passage du Zbroutch (BABEL, Isaac – Le Passage du Zbroutch – L’Église de Novograd – La Lettre : http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/babel-isaac-le-passage-du-zbroutch-leglise-de-novograd-la-lettre.html )

    Un extrait d’un échange de mails que j’ai eu avec Adrien Le Bihan, l’auteur de Isaac Babel, l’écrivain condamné par Staline, achèvera, peut-être, de vous convaincre de l’utilité de ces corrections : « Cher Monsieur, j’ai lu votre traduction de Vie et aventures de Pavlitchenko Rodionytch et (mais je suis loin d’être expert en ce domaine) elle me semble plus proche du ton de Babel que celle de Sophie Benech, très méritoire, certes, mais qui me laissait moi aussi sur ma faim. Pourquoi « pâtre » et pas « berger » ? Et « l’herbe qui croustille » ne donne-t-il pas l’impression que c’est un cheval qui parle ? Si vous avez la patience d’écouter (je crois que c’est toujours possible) une émission de Finkielkraut sur France Culture, de novembre 2015, consacrée à Babel, vous vérifierez que lisant une nouvelle de Babel, je rétablis un mot qu’elle avait écarté… »

    Bien amicalement,

    Ahikar

  8. emilieemilie le 9 juillet 2017

    Outre le contexte politique et historique, on peut dire sans l’ombre d’un complexe qu’un vieux cochon est mort.
    Merci Akhikar
    Dans l’attente de vos prochaines lectures de Babel…;)

  9. Ahikar le 10 juillet 2017

    Merci chère emilieemilie pour votre commentaire. Les bourreaux finissent souvent comme ils ont vécu, en toute inhumanité. L’horrible fin de Pavlitchenko Rodionytch n’est pas sans rappeler celle du dictateur libérien Samuel Doe, supplicié devant les caméras. Ils sont morts comme ils ont vécu, dans l’horreur et la barbarie la plus abjecte. Si vous avez le cœur bien accroché, le livre d’Ahmadou Kourouma, Allah n’est pas obligé, nous tend un miroir glaçant. Difficile après cette lecture de ne pas s’interroger sur ce que nous valons vraiment, sur ce que vaut l’humanité, sur la valeur de notre humanité.

    Amitiés, 😊

    Ahikar

  10. Sirius Ngombet le 10 juillet 2017

    merci

  11. emileemilie le 10 juillet 2017

    Merci pour ce conseil de lecture. Le livre que vous citez a l’air en effet très enrichissant. Quel dommage que vous ne puissiez le lire!

    Malheureusement, les innocents ont souvent des fins tout aussi misérables que les bourreaux. Et c’est pour cela qu’il est bon d’entendre des textes où les oppresseurs ont un retour de bâton.

    Votre choix de musique avait un coté si révolutionnaire que pendant 30 minutes j’ai cru en la rébellion mondiale des oppressées!

  12. Daniel Karolinski le 29 décembre 2017

    Cher Ahikar,
    D’après ce que j’ai cru comprendre vous n’êtes pas russophone et cependant vous semblez avoir compris les intentions de l’auteur mieux que beaucoup d’autres. Vous avez su donner à cette traduction une grande tension et une force inouïe. J’espère que vous ne vous arrêterez pas en si bon chemin !
    Un auditeur comblé

  13. Abel le 4 mars 2019

    La traduction est très belle et très puissante : j’en frémis encore. J’ose espérer que vous en traduirez d’autres avec Parijanine
    Abel

  14. Ahikar le 9 septembre 2019

    Merci emileemilie, Sirius Ngombet, Daniel Karolinski et Abel pour vos commentaires.
    Amitiés, :)
    Ahikar

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.