Envoyer un livre audio à un(e) ami(e)


Envoyez le livre audio 'BABEL, Isaac - Le Passage du Zbroutch - L'Église de Novograd - La Lettre' à un(e) ami(e)


* Champ obligatoire






Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)



Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)


E-Mail Image Verification

Envoi en cours ... Envoi en cours ...

2 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Adrien Le Bihan le 27 novembre 2016

    Vous avez choisi trois des plus étonnants récits de « Cavalerie rouge ». J’ai moi-même lu le premier à la radio dans une traduction meilleure que celle de Parijanine, mais que j’ai également un peu retouchée. Il est capital, mais pas assez souligné, que ce recueil s’ouvre sur « Le Passage du Zbroutch ».
    Très cordialement,
    Adrien Le Bihan
    (auteur de « Issac Babel. L’écrivain condamné par Staline », dont je vous remercie de citer un extrait)

  2. Ahikar le 30 novembre 2016

    Bonjour monsieur et merci pour votre commentaire.

    J’aimerais, si vous le voulez bien, vous poser quelques questions. Dans l’édition parue en 1959, dans la collection « Du monde entier », aux éditions Gallimard, il est écrit : « Nous réimprimons Cavalerie Rouge. La traduction de M. Parijanine a été faite avec la collaboration de I. Babel. Elle a été publiée en 1930 par les Editions Rieder. » Or cette édition contient beaucoup de lourdeurs et d’incohérences. On trouve par exemple : « Krasnodar : les gens y sont très beaux, la rivière est capable pour le bain. » (Version 1928) qui sera corrigé en 1983 par Andrée Robel pour l’édition Folio (Et non en 1959 comme je l’avais d’abord cru. Merci à Xavier Mottez de la Bibliothèque russe et slave pour cette précision.) Des lourdeurs, on en trouve à la pelle : « Sémion Timoféitch le cherchait partout, sur toutes les lignes, parce qu’il avait un grand ennui au sujet du frère Fédia. » (Version 1928) qui devient en 1983 : « Sémion Timoféitch le cherchait sur toutes les positions, parce que mon frère Fiodor leur manquait rudement. »

    Alors, ma question est la suivante : faut-il attribuer à Isaac Babel lui-même ces lourdeurs, même si je sais qu’il lisait Rabelais, Flaubert et Maupassant en français ? Car Maurice Parijanine était plutôt un bon traducteur et fut quand même rédacteur et critique à la rubrique littéraire de L’Humanité de 1921 à 1928. Il y a là un point qu’il serait intéressant de clarifier.

    Pourquoi ce point me paraît important ? Parce que si les « lourdeurs » de la traduction sont dues à l’auteur lui-même, elles peuvent être aussi révélatrices de sens. Par exemple, dans « Vie et aventures de Pavlitchenko Rodionytch », il est écrit : « Nikitinsky était assis dans une chambre, le vieux bonhomme, et il débrouillait trois selles : une anglaise, une de dragon et une de Cosaque. » Eh bien, ne peut-on penser qu’en employant le mot « débrouiller », Babel avait dans l’idée « nettoyer », plutôt que simplement examiner comme j’ai pu lire dans certaines traductions. La traduction de Sophie Benech est certainement la meilleure, mais est-elle parfaite ? Un exemple, toujours pris dans « Vie et aventures de Pavlitchenko Rodionytch ». Je cite : « Je suis resté planté devant sa porte comme de la bardane, une heure entière je suis resté là, et ça donnait rien. Mais après il m’a regardé. « Qu’est-ce que tu veux ? qu’il a dit. –Je veux mon compte. –T’as quelque chose contre moi ? –J’ai rien contre vous, mais je veux mon compte. » Là, il a détourné les yeux, il est passé de la grande-rue à la ruelle, il a étalé par terre des tapis de selle pourpres… » Eh bien, il me semble qu’il aurait été juste de trouver un équivalent en français à l’expression « passer de la grande-rue à la ruelle », même si, bien sûr, on devine ce qui sous-tend cette expression. Pour ma part, j’ai préféré rendre le texte ainsi : « Alors il a détourné le regard, et prit un chemin de traverse en étalant sur le plancher des chabraques de couleur pourpre, encore plus rouges que les drapeaux du tsar ; et il est monté sur ses grands chevaux, le vieux… »

    Sans doute ai-je commis des contresens en essayant de « réécrire » le récit de la vie de Pavlitchenko Rodionytch, mais j’y ai mis tout mon cœur et toute mon ardeur, et toutes mes nuits pendant une semaine ! ;)

    Je vous l’envoie. Libre à vous de critiquer !

    Sinon, j’ai une immense admiration pour le style de Babel, sa concision et la richesse de son vocabulaire. C’est peu dire que je le tiens pour un des plus grands écrivains du XXe siècle. Je le préfère même à Maupassant, qu’il admirait tant !

    P.-S. – Si vous vous demandez pourquoi j’ai travaillé à partir de la version de Parijanine, eh bien c’est tout simplement parce que c’est la seule traduction qui soit libre de droits.

    J’ai aussi lu tout ce qui concernait Isaac Babel sur votre blog, et écouté l’émission « Répliques » de Finkielkraut. Ce que je trouve fascinant, et pertubant à la fois, c’est que devant les écrits d’un homme, on puisse avoir des positions si différentes. Décidément, les études littéraires sont loin d’être une science exacte !

    Avec toute mon amitié,

    Ahikar

    Vie et aventures de Pavlitchenko Rodionytch
    http://www.aht.li/2989827/Vie_et_aventures_de_Pavlitchenko_Rodionytch.pdf

    Vous pouvez aussi me contacter à cette adresse : ahikar@sfr.fr

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.