Page complète du livre audio gratuit :


BARBEY D’AUREVILLY, Jules – Une page d’histoire

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Histoire


Barbey d Aurevilly

« La ville que j’habite en ces contrées de l’Ouest, – veuve de tout ce qui la fit si brillante dans ma prime jeunesse, mais vide et triste maintenant comme un sarcophage abandonné, – je l’ai, depuis bien longtemps, appelée : « la ville de mes spectres », pour justifier un amour incompréhensible au regard de mes amis qui me reprochent de l’habiter et qui s’en étonnent. C’est, en effet, les spectres de mon passé évanoui qui m’attachent si étrangement à elle. Sans ses revenants, je n’y reviendrais pas ! »
Dans cette ville normande Barbey d’Aurevilly évoque le souvenir de l’ amour incestueux d’un frère et d’une soeur, criminels aux yeux de la loi et des moeurs, qui périrent sur l’échafaud.

Une page d’histoire.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Nouvelles, ,

 

Page vue 9 004 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

3 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Amalia le 12 janvier 2011

    Très belle et triste l’histoire des deux frères incestuosos.

    Merci beaucoup à Réne Depasse pour lire cet tragedie avec une entonation special, a la fin de lui donner toute le forçe pour refléter ce drame avec une grande profondeur de sentiments.

    Je demande pardon pour m’esprimer tellement mal, car je suis espagnole et je suis étudient ce langage que je tellement aime: « la langue française ».

    Merci beaucoup à tout l’équipement par ce travail tellement extraordinaire de partager la beauté de la littérature française avec tout le monde, de manière totalement désintéressée

    Amalia

  2. Didier Guislain Pilette le 28 janvier 2011

    Merci M. Depasse.

  3. [...] Ecouter un livre audio gratuit Partager :TwitterFacebookGoogleWordPress:J'aime chargement… [...]

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.