Page complète du livre audio gratuit :


BAUDELAIRE, Charles – L’Aube spirituelle (Poème, Version 2)

Donneur de voix : Gilles-Claude Thériault | Durée : 3min | Genre : Poésie


Red sunrise 01

Seule ‘la chère Déesse’,
à la fois ‘fantôme’ et ‘souvenir’,
est capable d’exorciser
la fatalité de la débauche
et de triompher de cette lutte
entre la brute et l’ange,
entre le gouffre et l’azur.

Ambiance musicale :

Prélude de ‘Also sprach Zarathustra’,
poème symphonique, op. 30, de Richard Strauss,
librement inspiré du poème philosophique
Ainsi parlait Zarathoustra’ de Friedrich Nietzsche.

Évocation d’un lever de soleil (Sonnenaufgang)
où, en quelques mesures,
la musique nous fait passer du néant à la lumière.
Ici, l’unisson, l’octave, la quarte et la quinte
représentent, selon les théories de Pythagore,
la perfection de l’Univers.

De 1973 à 1977, Elvis Presley ouvrait ses concerts avec ce prélude,
rendu célèbre par le film ‘2001 : l’Odyssée de l’espace’ de Stanley Kubrick.

Interprète : ‘The Frazier Horn Choir’,
dans un arrangement pour douze cors d’harmonie (French horns)
de David Baptist.
Avec leur aimable autorisation.

Dans cet enregistrement, Todd K. Frazier joue les douze partitions.
Il est, à lui seul, ‘The Frazier Horn Choir’.

Illustration :
Red Sunrise’, une photographie de Fr0002 (septembre 2004).
Sous licence CC BY-SA 3.0.

L’Aube spirituelle.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)




> Remarque
La mention « (Version 2) » à la suite du titre indique qu’il existe sur notre site un autre enregistrement de ce même texte, effectué par un donneur de voix différent. Voir aussi : Version 1.


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Poésie, , ,

 

Page vue 9 817 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

2 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. BARGEMOOG le 11 février 2013

    pretention absolue

  2. Ishtar le 8 janvier 2016

    Pas d’accord du tout !

    Cette voix monsieur !!!
    Superbe lecture !

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.