Page complète du livre audio gratuit :


BERNANOS, Georges – Journal d’un curé de campagne

Donneur de voix : Ricou | Durée : 10h 21min | Genre : Romans


Journal d'un curé de campagne

Un jeune prêtre vient d’être nommé curé d’Ambricourt, dans le nord de la France. Sa foi, sincère et profonde, son enthousiasme, se heurtent rapidement à l’indifférence, à la lâcheté de ses paroissiens.
Son désespoir, ses doutes, sa foi, ses tourments, ses problèmes de santé, c’est sur un cahier d’écolier qu’il va les écrire.
Grand prix du roman de l’Académie française en 1936, l’année de sa parution, Journal d’un curé de campagne est considéré comme l’un des chefs-d’œuvre de la littérature française du XXe siècle.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Journal d’un curé de campagne.zip


> Télécharger ce livre audio par chapitres [Aide] :

Chapitre 01.mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)
Chapitre 02.mp3
Chapitre 03.mp3
Chapitre 04.mp3
Chapitre 05.mp3
Chapitre 06.mp3
Chapitre 07.mp3
Chapitre 08.mp3
Chapitre 09.mp3



> Références musicales :

Gabriel Fauré, Pavane pour orchestre et flûte, Op. 50, interprété par l’ensemble Detroit Symphony Orchestra, dirigé par Paul Paray (1954, domaine public).


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 7. XXe siècle, Romans, Romans (Complets), ,

 

Page vue 1 787 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

13 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Pomme le 8 janvier 2019

    Cher Ricou, votre voix, aux inflexions si douces, s’adapte à merveille à l’intimité de ce texte. On croit entendre se confier ce jeune prêtre. C’est très émouvant. Un immense bravo.
    Pomme

  2. Francine du Québec le 9 janvier 2019

    Cher Ricou
    Merci de tout coeur pour cette belle lecture.
    J’aimé beaucoup.

  3. Pascalette le 9 janvier 2019

    Cher Ricou, quel plaisir de vous retrouver ! Je ne doute pas un instant qu avec vous j irai enfin jusqu’au bout de cette lecture trop souvent abandonnée.

  4. Ricou le 10 janvier 2019

    Bonjour Pomme,
    Vous avez été si prompte!
    Vous savez que je suis très reconnaissant de vous lire.
    Je suis tellement heureux en plus si ma lecture vous plaît! Les vôtres (si nombreuses) me transportent toujours et me font en plus découvrir beaucoup d’œuvres qui m’étaient encore inconnues.
    Peut-être un jour nous retrouverons-nous pour un nouveau duo?
    Ricou

  5. Ricou le 10 janvier 2019

    Bonjour Francine,
    Merci pour votre commentaire.
    J’ose le comprendre à la fois comme un compliment à l’auteur (du texte) et un encouragement à l’auteur (de la lecture)…
    Ricou

  6. Ricou le 10 janvier 2019

    Bonjour Pascalette,

    Vous avez donc déjà essayé de lire ce livre à plusieurs reprises? Oh!
    Je suis déjà heureux que je vous donne l’envie d’un nouvel essai, oui.
    Mais voulez-vous me faire encore plus plaisir que vous ne l’avez fait avec votre commentaire?
    Si vous arrivez effectivement au bout de la « lecture », cette fois, alors dites-le moi!
    Dans le cas contraire… dites-le moi aussi…
    Je suis un peu curieux, c’est vrai.
    C’est que j’ai beaucoup apprécié cet ouvrage, à mon avis l’un des plus beaux de Bernanos.
    Et secrètement, je voudrais que les lecteurs partagent (au moins en partie) ce goût.
    Sentez-vous pourtant libre, Pascalette, n’est-ce pas?
    Si ce n’est pas trop tard, je vous souhaite une bonne nouvelle année.
    Il reste tout de même à peu près 355 jours, et pour vous je suis sûr que ce sera l’occasion de nombreuses découvertes sur le site LA!
    Ricou

  7. Pascalette le 10 janvier 2019

    Bonjour Ricou, j’ai en effet tenté plusieurs fois cette lecture, il y a très longtemps. En tous cas, je suis ravie de la reprendre avec vous. Je n’hésiterai pas à vous dire si cela m’a plu ou non mais je suis sûre que ce sera le cas. Beaucoup de choses changent ou évoluent dans la vie… Je vous souhaite également une très belle année et je vous redis le plaisir de vous retrouver.
    Dès que j’ai fini d’écouter E Pradez que j’ai découvert avec Pomme, je me lance!
    A bientôt!

  8. Le Barbon le 17 janvier 2019

    Monsieur,

    Idem pour moi : je vais essayer de l’écouter, mais je ne l’aurais probablement jamais lu, comme je n’ai jamais réussi à lire Monsieur Ouine et Un crime, qui m’attendent toujours sur une étagère.
    J’ai vu le film il y a longtemps, il ne m’a laissé quasi aucun souvenir.
    A dieu vat !

  9. Ricou le 18 janvier 2019

    Bonjour monsieur Le Barbon,

    J’espère que vous arrivez effectivement au bout… et je voudrais sincèrement penser que dans le cas contraire, ce sera de la faute du lecteur et non de l’auteur!

    Quant à « Un Crime », je crois qu’il est en gestation sur le site. Patience. Monsieur Ouine me semble plus difficile à aborder que « le Journal ». Mais qui sait, un jour peut-être?
    Si ce « Journal » ne vous a pas découragé, je crois pouvoir mettre bientôt à votre disposition « Sous le Soleil de Satan »…

    Bon courage,
    Ricou

  10. jean.marc Delforge le 18 janvier 2019

    Bonsoir Ricou
    Le Curé de campagne m était inaccessible. Votre voix a su le mettre en valeur. J ai de l admiration pour ceux qui se dévouent pour le bien des autres.
    Tchuss JMD

  11. Pascalette le 21 janvier 2019

    Bonsoir Ricou, voilà c’est fait, je suis allée jusqu’au bout ! Je trouve que ce livre gagne vraiment à être écouté et votre modestie dut elle en souffrir, votre voix et votre lecture sont parfaites pour ce texte. C’est vrai que c’est sombre, triste mais quelle richesse d’écriture !Certains passages m’ont parus difficiles… Il a fallu que j’y revienne plusieurs fois… mais je ne regrette vraiment pas de m’être lancée car il y a aussi des passages magnifiques, vraiment bouleversants (sur la misère, les enfants…) et la volonté de ce curé à vouloir sauver des âmes malgré elles alors qu’il doit faire face au rejet de tous est poignante. Merci Ricou et à bientôt avec « Sous le Soleil de Satan ». Pascalette

  12. Ricou le 22 janvier 2019

    Bonjour monsieur Delforge,

    Merci d’avoir exprimé votre admiration pour ceux qui se dévouent pour le bien des autres. Je ne vous dis pas cela parce que je semble en faire partie, mais parce que j’ai longuement partagé cette admiration avant de me décider à essayer de participer, selon mes possibilités, à ce partage du bien commun que représente le patrimoine littéraire.

    J’ai infiniment plus bénéficié de ce qu’ont offert les autres que je ne pourrai jamais leur rendre!

    Je crois que ce constat peut s’étendre à tous les domaines de la vie…

    Je suis heureux de vous avoir rendu accessible un livre que je considère comme un petit trésor.

  13. Ricou le 22 janvier 2019

    Ah oui, Pascalette, ma modestie a bien souffert en vous lisant. Mais je ne me crois pas encore comme la grenouille de la fable, prête à éclater, toute gonflée et bouffie d’orgueil. Je devrais vérifier de temps en temps devant mon miroir pour ne pas me tromper!

    Oui, c’est vrai qu’en vous lisant j’ai presque poussé un petit cri de victoire. Les efforts pour offrir cette lecture (ici, une fois n’est pas coutume, efforts et plaisir se fondent) sont largement récompensés par le simple fait que j’ai réussi à vous faire aller jusqu’au bout, cette fois!!!

    Négatif ou positif, vous m’aviez promis de me faire part du résultat de votre essai d’écoute. Merci d’avoir tenu parole, Pascalette… et quelle joie de découvrir que vous avez été jusqu’au bout!!!

    Sombre, oui. Bien des passages le sont. Triste? Je n’ai pas eu la même impression. Ou du moins la tristesse ne domine jamais, n’a jamais le dernier mot. Et je pense que c’est comme cela dans toute l’oeuvre de Bernanos, pour autant que je la connaisse en tout cas. La tristesse n’a jamais le dernier mot, le désespoir n’est jamais vainqueur. C’est un peu cela qui « me tient » quand je lis Bernanos: même au plus sombre du récit, il y a toujours une petite lueur qui scintille quelque part. Je crois que c’était la façon de l’auteur de nous faire partager son espérance contre toute espérance.

    Oui, il y a des passages vraiment magnifiques, bouleversants dans ce livre. Si je ne les ai pas éteints par ma lecture, j’en suis content… et même un peu fier figurez-vous. Si, si.

    A bientôt… pour une autre étincelle d’espérance…?

    Je suis touché de votre fidélité, Pascalette!

    Ricou

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.