Envoyer un livre audio à un(e) ami(e)


Envoyez le livre audio 'BERNÈDE, Arthur - Landru' à un(e) ami(e)


* Champ obligatoire






Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)



Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)


E-Mail Image Verification

Envoi en cours ... Envoi en cours ...

8 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Claire-Marie le 16 juin 2014

    C’était sympatiquement effrayant ce texte! On en sort frustré car on voudrait en savoir plus sur la psychologie de ce monstre…un but pour une prochaine lecture peut-être.

    En tout cas, la littérature criminelle fin XIX début XXème convient vraiment à votre talent, M. Depasse!
    Amicalement

  2. L'Huître moderne le 17 juin 2014

    Landru ! Encore une provocation de René Depasse !

    Je télécharge.

  3. colin le 17 juin 2014

    Bonjour,
    Lecture parfaite ,j’ai beaucoup aimé ce texte ,surtout que les images du film se déroulaient avec un Charles Denner plus Landru que Landru lui- même. Merci

  4. René Depasse le 17 juin 2014

    Cher Colin,comme vous je n’ai pas cessé,en lisant, de penser à l’interprétation ,dans les années 60,de Denner dans le rôle de Landru.Merci aussi à Claire-Marie et à L’Huître moderne de juger favorablement cette lecture

  5. gaumondie pascale le 24 juin 2014

    Bonjour, tout cela m’intrigue… Je télécharge et j’écoute… Merci.

  6. gaumondie pascale le 25 juin 2014

    Bonjour, oui parfaite lecture, comme toujours… j’ai trouvé cela insolite comme texte… Cela m’a beaucoup plus avec la voix irremplaçable de monsieur DEPASSE… encore merci. PASCALE

  7. dominique le 11 juillet 2014

    un moment de vérité historique associé à une interprétation savoureuse, merci de nous avoir permis de le connaître et de le partager.

    Dominique

  8. Malmartel le 11 juillet 2014

    Bravo à M. Depasse!

    Ce récit, très bien fait, avec la voix et les intonations de M. Depasse, est inégalable!

    Un pur régal… je n’ose dire un pur bonheur en pensant aux victimes!

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.