Page complète du livre audio gratuit :


BLASCO IBÁÑEZ, Vicente – Les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 8h 53min | Genre : Romans


Albert Dürer - Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse

Ce roman, publié en 1916, nous offre un magnifique portrait des premiers mois de la Première Guerre mondiale. Il nous montre une France héroïque tenant vaillamment tête à une Allemagne cruelle et arrogante. Le récit, très bien mené, nous introduit dans le Paris quelque peu décadent de l’immédiat avant-guerre, avant de nous plonger au cœur du conflit lui-même, dont la pièce de résistance est la Bataille de la Marne. Celle-ci débute le 6 septembre 1914, et l’un des protagonistes y assiste bien malgré lui.
Les protagonistes appartiennent à une famille argentine de souche franco-allemande déchirée par la guerre. Marcel Desnoyers, émigré en Argentine pour échapper à la guerre franco-prussienne de 1870, est rentré à Paris en 1910, fortune faite, avec son épouse argentine Luisa et toute sa famille, tandis que Karl Hartrott, citoyen allemand marié à Héléna, la sœur de Luisa, est lui retourné en Allemagne avec les siens. Les rencontres entre cousins, dont chacun ne jure que par son pays, à la veille du conflit ou au cours de la guerre, ne pourront qu’être orageuses à souhait.
Le titre du roman est emprunté au chapitre 6 du dernier Livre de la Bible, L’Apocalypse de Saint Jean. La conflagration, désormais imminente, déclare un des personnages, ne pourra que déclencher les quatre fléaux présentés par saint Jean sous les traits de quatre cavaliers et de leurs montures, qui symbolisent la Peste, la Guerre, la Famine et la Mort. Ils sont brillamment dépeints dans la gravure d’Albert Dürer (voir illustration ci-contre).
L’auteur espagnol Vicente Blasco Ibáñez (1867-1928), est surtout connu pour ses romans réalistes et régionalistes, tels Cañas y barro (Boue et roseaux) et La Barraca (Terres maudites), dont l’action se déroule dans la région de Valencia, et pour ses romans qui traitent de la Guerre de 14-18. Républicain, il s’exila en France en 1923 pour échapper à la dictature militaire de Miguel Primo de Rivera et mourut à Menton cinq ans plus tard.
Vincente Minnelli a réalisé en 1962 une brillante adaptation cinématographique du roman, avec Glenn Ford, Ingrid Thulin et Charles Boyer dans les principaux rôles, mais il situe l’action au début de la Deuxième Guerre mondiale.

Traducteur : Georges Hérelle (1848-1935).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse.zip



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 7. XXe siècle, Romans, Romans (Complets), , ,

 

Page vue 10 324 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

6 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. simonviollet le 2 août 2014

    france héroique,allemagne cruelle et arrogante,le roman n’a pas l’air très impartial de prime abord

  2. André Rannou le 3 août 2014

    Il ne l’est effectivement pas et prend nettement le parti de la France.

  3. L'Huître moderne le 3 août 2014

    « Il [...] prend nettement le parti de la France. »
    Eh bien, mille fois tant mieux ! ça nous changera un peu du discours dominant, autoflagellant et repentiste des politiques et des médias.
    Merci à l’auteur et au lecteur.

  4. L'Huître moderne le 3 août 2014

    J’ajoute : un beau cadeau en cette année de centenaire. Merci pour l’intention, André Rannou.

  5. van den bogaert le 25 novembre 2014

    Merci pour cette belle lecture et cet excellent choix de Roman !! Très intéressant, n’oublions pas que la paix et la liberté sont les richesses essentielles. Fragiles, il faut les chérir et garder en mémoire le don de ceux qui tombèrent pour elles.

  6. Apikin le 4 décembre 2014

    Merci, André Rannou, pour cette prenante lecture !
    Et je pense, comme l’Huitre moderne qu’en cette année du centenaire de la Grande Guerre , ce choix convient encore plus !
    Le livre me paraît introuvable sur le marché (?)

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.