Page complète du livre audio gratuit :


BOCCACE, Jean – Le Décaméron (Première Nouvelle)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 35min | Genre : Nouvelles


Boccace

Giovanni Boccaccio (1313-1375), est généralement admis comme le créateur de la prose italienne, comme Dante celui de la poésie. Durant la peste qui frappe la ville de Florence en 1348 et dont l’auteur a été témoin, trois jeunes hommes et sept jeunes femmes se réunissent à l’église Santa Maria Novella et prennent la décision de s’isoler dans une villa lointaine pour échapper à la peste. Dans ce lieu, les jeunes gens se racontent pendant dix jours des histoires les uns aux autres. Le titre Décaméron vient donc de ces dix journées de contes. Au total, l’œuvre se compose de cent récits de longueur inégale dont voici le premier : Le Pervers évoqué comme un saint.

Le pervers, « Ce Chappelet était un si galant homme, qu’étant notaire de sa profession, et notaire peu employé, il aurait été très-fâché qu’aucun acte eût passé par ses mains, sans être jugé faux. Il en eût fait plus volontiers de pareils pour rien, que de valides pour un gros salaire. Avait-on besoin d’un faux témoin, il était toujours prêt ; souvent même n’attendait-il pas qu’on l’en priât.
Comme on était alors en France fort religieux pour les serments et que cet homme ne se faisait aucun scrupule de se parjurer, il gagnait toujours son procès, quand le juge était obligé de s’en rapporter à sa bonne foi. »

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Le Pervers évoqué comme un saint.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 2. Moyen-Âge, Nouvelles, , ,

 

Page vue 16 024 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

2 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. [...] billet BOCCACE, Jean – Le Décaméron (Première Nouvelle) présente les cent contes, d’inégale longueur et d’inégale valeur, dont déjà huit [...]

  2. T3coups le 13 juillet 2019

    Dommage pour cette exécrable traduction de Castres qui invente, déplace et et reconstruit à son gré… Il eut fallu préférer celle de Francisque Reynard (1879), certes bien plus difficile à lire
    encore plus à dire, mais tellement plus proche du texte original.
    je ne parle pas de l’enregistrement.
    T3coups.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.