Page complète du livre audio gratuit :


BOCCACE, Jean – Le Rossignol – L’Esclave ingénieux

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 31min | Genre : Contes


L'Esclave  ingénieux

La deuxième et la quatrième nouvelles de la cinquième Journée du Décaméron.

L’Esclave ingénieux commence mal :

« Vous n’ignorez pas qu’au nord, et tout auprès de la Sicile, il y a une île qu’on appelle Lipari. Vous saurez donc qu’il y eut autrefois, dans la capitale de cette petite île, une jeune fille nommée Constance, qui joignait à une naissance honnête une figure très-intéressante. Un jeune homme, à peu près de son âge, nommé Martucio Gomito, qui ne manquait ni d’esprit ni de bonne mine, en devint amoureux. La demoiselle, qui lui trouvait des agréments infinis, se fit un devoir de répondre à son amour, et n’était jamais plus contente que lorsqu’elle le voyait ou qu’elle pouvait s’entretenir avec lui. Martucio, encouragé par ce tendre retour, se hasarda de la faire demander en mariage à son père, qui la lui refusa net, parce qu’il le trouvait trop pauvre. »

mais Le Rossignol finit bien :

« Quelques jours après, les noces se firent publiquement en présence des parents et des amis des nouveaux mariés, selon toutes les formalités requises. La fête, qui fut brillante et magnifique, se fit chez le père de la demoiselle, qui eut tout sujet de se féliciter de l’avoir si bien mariée. On assure que le rossignol dont elle avait fait choix chanta longtemps au gré de ses désirs. »

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : L’Esclave ingénieux, Le Décaméron (1846, éditions Barbier).

Le Rossignol.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


L’Esclave ingénieux.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



> Consulter les versions textes de ce livre audio : Le Rossignol, L’Esclave  ingénieux.

> Rechercher : 2. Moyen-Âge, Contes, , ,

 

Page vue 3 825 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

Aucun commentaire pour le moment. Ajoutez le vôtre !

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.