Page complète du livre audio gratuit :


BOCCACE – Le Décaméron (Sélection)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 43min | Genre : Contes


Le Vieillard amoureux

Suite à la première nouvelle du Décaméron, voici cinq autres contes de Boccace, réputé gaillard auteur. La soif de l’argent, les amours faciles et la religion sont ici ses thèmes préférés (nous sommes au XIVème siècle).

« Le père abbé, qui n’était pas sot, comprit tout de suite que le moine en savait plus long que lui, et qu’il devait avoir vu tout ce qu’il avait fait avec la fille. C’est pourquoi, tout honteux de sa propre faute, il n’osa lui faire subir une punition qu’il méritait aussi bien que lui. Il lui pardonna donc de bon cœur, et lui imposa silence sur tout ce qui s’était passé. Ils prirent ensemble des mesures pour faire sortir la fille secrètement du monastère, et vraisemblablement pour l’y faire rentrer plusieurs autres fois. » (La Punition esquivée)

« Ces mœurs déréglées des prêtres de Rome étaient bien capables de révolter le juif, dont les principes et la conduite avaient pour base la décence, la modération et la vertu. » (Motifs singuliers de la conversion d’un juif à la religion chrétienne)

« Il n’y a pas longtemps que dans notre ville vivait un cordelier qui avait la charge d’inquisiteur de la foi. Quoiqu’il s’efforçât de passer pour un homme plein de sainteté et de zèle pour la religion chrétienne, comme c’est assez l’usage parmi ces messieurs, il était néanmoins beaucoup plus ardent à rechercher ceux qui avaient la bourse pleine que ceux qui sentaient le poison de l’hérésie. » (Cent pour un)

Traduction : Antoine Sabatier de Castres (1742-1817).

Illustration : Le Vieillard amoureux, par H. Baron, dans l’édition du Décaméron de 1846, aux éditions Barbier.



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 2. Moyen-Âge, Nouvelles, , ,

 

Page vue 11 972 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

Aucun commentaire pour le moment. Ajoutez le vôtre !

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.