Envoyer un livre audio à un(e) ami(e)


Envoyez le livre audio 'BOISGOBEY, Fortuné (du) - Rubis sur l'ongle' à un(e) ami(e)


* Champ obligatoire






Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)



Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)


E-Mail Image Verification

Envoi en cours ... Envoi en cours ...

8 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. colin le 17 février 2015

    Bonjour,

    Merci ,j’aime beaucoup cet auteur ,même si parfois il est si prévisible dans les faits et gestes de ses héros.

  2. Marianne le 21 février 2015

    Apres le crime de l omnibus, je suis en train d ecouter ce roman. Merci pour tant de plaisir et tant de travail, M. Depasse.

  3. Shmuel R le 26 février 2015

    Merci M. Depasse pour ce nouveau pré-polard bien divertissant.

  4. EclatDuSoleil le 7 avril 2015

    Merci, une fois de plus, pour les découvertes que vous nous permettez de faire. Je crois que je préfère l’écriture de Boisgobey à celle de Gaboriau, dont les formules sont parfois trop répétitives et la concordance des temps parfois curieuse. Et ma foi, c’est très distrayant d’écouter ces ancêtres du polar… même si certains rebondissements sont un peu « téléphonés ». Il est frappant de constater qu’on retrouve un vocabulaire commun avec celui de… Balzac, et de visiter, une fois de plus, le Paris du XIXème.

  5. Sans-Dents le 12 avril 2015

    C’est pas de mon âge. “Rugby sur l’ongle”, encore un livre de sport.

  6. sébastien le 5 septembre 2015

    Merci M. Dépasse.
    Vous portez bien votre nom, vous êtes à la hauteur voire au delà.
    Votre lecture est au poil. D’une précision, d’une délicatesse et d’une justesse… Si l’écrivain pouvait vous écouter je pense qu’il serait ravi.
    MERCI MERCI MERCI et encore MERCI

  7. dominique le 10 octobre 2017

    Il est toujours bien agréable de vous écouter et pour ce livre ce fut une vraie détente. Merci encore cher Monsier Dépasse.

  8. JM le 20 novembre 2017

    Encore une belle lecture, merci beaucoup.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.