Page complète du livre audio gratuit :


BOVE, Emmanuel – Armand

Donneur de voix : Christian Dousset | Durée : 3h 36min | Genre : Romans


Galet Armand

« Il était midi. À cause du froid, le soleil semblait plus petit. Les vitres et les glaces ne renvoyaient pas ses rayons. Mon attention, comme celle des enfants, se portait sur tout ce qui bougeait. Parfois je caressais la tête d’un cheval, sur le front pour qu’il ne me mordît pas.
Je suivais une rue si étroite que les fouets des voitures me touchaient en passant, lorsqu’une main se posa sur mon épaule. »
Ainsi commence ce roman intimiste d’Emmanuel Bove. Quatre personnages se côtoient dans un récit à la première personne où art du détail, observations psychologiques et analyse des tourments du narrateur créent un univers propre à l’auteur.

Illustration : Galet Armand (cliché personnel).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Armand.zip




> Références musicales :

Pandora Selfridge, Three Dramatic Etudes (domaine public).


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 7. XXe siècle, Romans, Romans (Complets), ,

 

Page vue 2 369 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

12 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Lyse le 27 octobre 2017

    Cher monsieur Dousset,
    Quel bon choix de lecture !
    Cet auteur, tout comme vous, a le sens du détail, alors votre voix lui convient parfaitement !
    Merci beaucoup de nous offrir ce roman 🙂

  2. Christian Dousset le 27 octobre 2017

    Chère Lyse,
    Vos commentaires constituent toujours un magnifique encouragement. Dans quelque temps, j’enregistrerai « Un homme singulier ».
    Merci à vous.
    Christian

  3. Thomas le 27 octobre 2017

    Bonsoir Monsieur Dousset,
    Grand merci pour cette nouvelle lecture de Bove. J’espère que vous n’allez pas mal le prendre mais je me permets de vous faire une suggestion: avez-vous déjà pensé à faire une lecture d’un roman d’Henri Calet? Je trouve que votre voix et votre ton, conviendraient à merveille à l’atmosphère et aux personnages d’oeuvres comme Le Mérinos ou Monsieur Paul… Quoiqu’il en soit, encore bravo pour votre travail!

  4. Christian Dousset le 29 octobre 2017

    Cher Thomas,
    Merci de prendre le temps du commentaire et de la suggestion; non seulement je ne le prends pas mal, mais je trouve tout à fait enrichissants ces échanges entres les donneurs de voix et les auditeurs qui contribuent à la vie du site. Pour l’instant, j’ai encore des heures de lectures programmées mais je vais examiner votre proposition avec intérêt.
    Bien cordialement.
    Christian D.

  5. Christian Dousset le 29 octobre 2017

    Cher Thomas,
    Un rapide calcul montre que Henri Calet étant décédé en 1956, les droits qui couvrent son oeuvre ne seront ouverts qu’en 2026 (70 ans après).
    J’en suis désolé et je suis aussi désolé pour l’énorme faute d’orthographe qui figure dans mon message précédent: ENTRE est un mot invariable et ne supporte donc pas le « s »!
    Bonne journée et merci encore de votre collaboration.
    C.D.

  6. Dominique le 30 octobre 2017

    Superbe texte magnifiquement lu. Merci beaucoup.

  7. Christian Dousset le 29 novembre 2017

    Merci de votre fidélité, Dominique, et au plaisir de vous retrouver entre de nouvelles pages.

  8. suzen le 7 décembre 2017

    Délicieux moments de lecture que ce roman de Bove. Et votre voix pour le servir …Que du bonheur ! Merci Christian

  9. Christian Dousset le 7 décembre 2017

    Merci Suzen ; c’est aussi très agréable de constater qu’une lecture suscite un si bel accueil.

  10. Nestor Plasma le 8 décembre 2017

    Merci, Christian Dousset.
    Nestor Plasma a du mal à le définir, à le mettre dans une case, cet Armand qu’avait plus d’ maîtresse, qu’était plus l’amant.
    Lui Armand en revanche passe son temps à définir ou, plus exactement, à tout décrire, presque maniaquement à tout analyser, à tout interpréter, à tout expliquer de ses gestes, de ses sentiments, de ses réactions et de ceux des gens qu’il côtoie.
    Un drôle de pistolet.
    Armand analyse tellement qu’on se demande s’il n’y a pas une contradiction entre sa sentimentalité, sa sensibilité, sa spontanéité et tout le temps qu’il passe à tout expliquer par le menu.
    En tout cas, ici l’auditeur se retrouve dans un univers dont il n’a pas l’habitude. Il est un peu déconcerté, et se demande si c’est de la part de Bove un exercice littéraire, voire un pari ou si c’est naturel.
    Il y a une énumération vers la fin qui est très originale et inattendue.

    Nestor Plasma, c’est pour ça qu’on l’aime

  11. Christian Dousset le 9 décembre 2017

    Bonjour Nestor Plasma,
    Je comprends votre perplexité. Il m’arrive moi aussi de m’interroger sur le ton à prendre pendant la lecture parce que le personnage ne me semble pas simple mais peut-être est-ce là son intérêt. Une autre observation: cette lecture de « Armand »s’ajoutant à celle de « Mes amis »et précédant celle de « Un homme singulier », j’ai la sensation de retrouver un peu le même type de personnage et je me demande où se situe la frontière entre auteur et narrateur d’autant qu’il s’agit chaque fois de récits à la 1ére personne.
    Merci pour votre remarque très enrichissante.

  12. Nestor Plasma le 10 décembre 2017

    @ Christian Dousset
    Nestor Plasma s’est dit aussi que ce devait être très auto-biographique, et jusqu’aux réactions des personnages féminins.
    En effet aussi, difficile pour ce roman de trouver le bon ton (Nestor Plasma note que vous l’avez très bien trouvé dans l’Assassinat du courrier de Lyon).
    C’est le genre de livre qu’on pourra écouter une deuxième fois sans s’ennuyer.

    Nestor Plasma, c’est pour ça qu’on l’aime

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.