Envoyer un livre audio à un(e) ami(e)


Envoyez le livre audio 'CHAMISSO, Adelbert (von) - L'Homme qui a perdu son ombre (Version 2)' à un(e) ami(e)


* Champ obligatoire






Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)



Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)


E-Mail Image Verification

Envoi en cours ... Envoi en cours ...

6 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. gaumondie le 6 juin 2010

    magnifique ! MERCI pour la lecture de ce trés beau texte… PASCALE

  2. fedydurke le 12 août 2010

    Merci pascale de votre gentillesse. Mais je ne suis pas du tout satisfait de ma lecture. Merci de votre grande bienveillance !
    eric

  3. Vincent le 28 juillet 2011

    Après avoir eu le plaisir d’écouter plusieurs de vos lecture tout en travaillant, je guette votre nom car je suis sure d’être satisfait a la fois du livre choisit et de la performance de narrateur.

  4. koukoumani le 12 février 2012

    la lecture a bien commencé , mais , hélas , votre ouuuuuf m’a ecorché les oreilles( je commencçais à m’endormir)

  5. emilie le 27 avril 2014

    Dommage que vous vous vous énerviez quand vous écorchez un mot. Franchement les petits dérapages ne sont pas génants et passeraient inaperçus si vous n’y faisiez pas attention.
    J’ai bien aimé la lecture mais j’ai moins apprécié les passages où le diable parle. Je trouve que le ton sonne faux. En tous les cas merci pour cette lecture et pour m’avoir fait découvrir un si beau texte

  6. Skap le 2 mars 2015

    Bonjour, en écoutant cette narration, plusieurs fois, j’ai regardé autour de moi si ce n’était pas une caméra cachée ☺
    J’ai eu l’impression d’entendre Michel Rocard sous prozac, je me suis endormi et votre Pffff suivit du silence mon permis de me réveiller et de continuer à travailler. Ouf !
    Je vais tout de même essayer de continuer à écouter cette sympathique histoire.
    J’espère que vous ne voudrez pas trop de ce trait d’humour, mais là…quand le surréalisme devient concret…

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.