Page complète du livre audio gratuit :


CHAMPAGNAC, Jean-Baptiste-Joseph – Henri IV et ses assassins

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 27min | Genre : Histoire


Henri IV et Ravaillac

Chacun sait que Ravaillac assassina Henri IV en 1610, mais La Chronique du crime et de l’innocence nous donne des détails historiques précieux sur cet attentat et l’article est enrichi d’un jugement de Voltaire valable en 2015, hélas !, comme en 1610.

« Le propre du fanatisme est d’échauffer les têtes. Quand le feu qui fait bouillir les cervelles superstitieuses a fait tomber quelques flammèches dans une âme insensée et atroce ; quand un ignorant furieux croit imiter saintement Phinée, Aod, Judith et leurs semblables, cet ignorant a plus de complices qu’il ne pense. Bien des gens l’ont excité au parricide sans le savoir. Quelques personnes profèrent des paroles indiscrètes et violentes ; un Chastel, un Ravaillac, un Damiens les recueillent : ceux qui les ont prononcées ne se doutent pas du mal qu’ils ont fait ; ils sont complices involontaires ; mais il n’y a eu ni complot ni instigation. En un mot, on connaît bien mal l’esprit humain, si l’on ignore que le fanatisme rend la populace capable de tout. »

Ajoutons la réflexion, sur le même sujet, de Chateaubriand :

« Ravaillac était bien près de Jacques Clément : c’est un fait unique dans l’histoire, que le dernier roi d’une race et le premier roi d’une autre aient été assassinés de la même façon, chacun d’eux par un seul homme, au milieu de leurs gardes et de leur cour, dans l’espace de vingt-un ans. Le même fanatisme anima les deux assassins ; mais l’un immola un prince catholique, l’autre un prince qu’il croyait protestant. »

Henri IV et ses assassins.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Biographies, Histoire, ,

 

Page vue 2 591 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

Aucun commentaire pour le moment. Ajoutez le vôtre !

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.