Page complète du livre audio gratuit :


CHEVALIER DE LORIMIER, François-Marie-Thomas – Dernières Lettres d’un condamné

Donneur de voix : Félix Tanguay | Durée : 1h 18min | Genre : Correspondance


François-Marie-Thomas Chevalier de Lorimier

Dans le cadre des rébellions de 1837-1838 qui sévissent dans les colonies britanniques du Haut-Canada (l’Ontario actuel) et surtout du Bas-Canada (le Québec actuel), qui mène alors un combat pour l’indépendance de la colonie, plusieurs patriotes sont arrêtés. Certains sont condamnés à l’exil (d’où le choix de chanson Un Canadien errant, le terme « Canadien » étant à cette époque l’appellation des Québécois), d’autres sont condamnés à mort, parmi ceux-là, François-Marie-Thomas Chevalier de Lorimier (1803-1839), notaire de profession, qui a alors 35 ans.

Il apprend le 13 février 1839 qu’il sera pendu le vendredi suivant. Il ne lui reste que deux jours à vivre. À Montréal, dans sa cellule de la prison du Pied-du-Courant (appelée à l’époque la « prison neuve »), il rédige plusieurs lettres émouvantes à sa famille, notamment à sa femme et à ses trois enfants en bas âge, à ses amis et à ses compatriotes. Il y rédige également une magnifique déclaration politique.

La postérité de ces lettres est énorme. L’historien de la littérature Laurent Mailhot considère que les dernières lettres de de Lorimier ne constituent ni plus ni moins qu’un « chef-d’œuvre épistolaire du XIXe siècle ». Plusieurs œuvres contemporaines en sont inspirées, notamment les films 15 Février 1839 de Pierre Falardeau (2001) et Quand je serai parti… vous vivrez encore (1999), réalisé par Michel Brault et dont le titre est tiré des lettres du Chevalier.

> Écouter un extrait : Lettres 01 à 05.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Dernières Lettres d’un condamné.zip


> Télécharger ce livre audio par chapitres [Aide] :

Lettres 01 à 05.mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)
Déclaration et Lettres 07 à 12.mp3
Annexe et dernières lettres.mp3



> Références musicales :

Antoine Gérin-Lajoie, Un Canadien errant, interprétée par Félix Tanguay et Éric Morel (paroles et musique, domaine public).


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Biographies, Correspondance, , ,

 

Page vue 1 218 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

4 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Francine du Québec le 21 avril 2018

    Ah ça m’intéresse énormément étant donné que mon arrière arrière oncle était un patriote. Merci Félix Tanguay.

  2. Félix Tanguay le 21 avril 2018

    Merci et salutations Francine ! Quel était son nom à votre vieil oncle ?

  3. Francine du Québec le 22 avril 2018

    Joseph Guitard je pense qu’il a été tué dans une bataille. En tous cas c’est parent de très loin car mac grand-mère maternelle était une Guitard.

  4. Félix Tanguay le 22 avril 2018

    J’ai cherché : il était subalterne de Jean-Olivier Chénier (le chef militaire et médecin dont on trouve une statue à Montréal). Ils sont tous deux morts alors que l’église de Saint-Eustache où les patriotes avaient trouvé refuge était assiégée.

    http://www.jonathanlemire.com/articles/histoire-de-1837-1838-recueil-2007/le-cimetiere-des-patriotes-de-saint-eustache/

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.