Envoyer un livre audio à un(e) ami(e)


Envoyez le livre audio 'CHEVALIER DE LORIMIER, François-Marie-Thomas - Dernières Lettres d'un condamné' à un(e) ami(e)


* Champ obligatoire






Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)



Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)


E-Mail Image Verification

Envoi en cours ... Envoi en cours ...

6 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Francine du Québec le 21 avril 2018

    Ah ça m’intéresse énormément étant donné que mon arrière arrière oncle était un patriote. Merci Félix Tanguay.

  2. Félix Tanguay le 21 avril 2018

    Merci et salutations Francine ! Quel était son nom à votre vieil oncle ?

  3. Francine du Québec le 22 avril 2018

    Joseph Guitard je pense qu’il a été tué dans une bataille. En tous cas c’est parent de très loin car mac grand-mère maternelle était une Guitard.

  4. Félix Tanguay le 22 avril 2018

    J’ai cherché : il était subalterne de Jean-Olivier Chénier (le chef militaire et médecin dont on trouve une statue à Montréal). Ils sont tous deux morts alors que l’église de Saint-Eustache où les patriotes avaient trouvé refuge était assiégée.

    http://www.jonathanlemire.com/articles/histoire-de-1837-1838-recueil-2007/le-cimetiere-des-patriotes-de-saint-eustache/

  5. masque de chair le 23 mars 2021

    Très beaux textes, qui remettent, il faut bien le dire, la littérature à sa place – car nous ne sommes plus en présence d’un héros fictif, mais d’une victime réelle, et quelle victime ! Un chevalier qui porte bien son surnom, et s’emploie à consoler ou à édifier les autres quand c’est lui qui doit mourir. Ses liens si tendres avec sa femme plaident pour l’amour conjugal, et avec Dieu pour la religion chrétienne. On remarque a contrario la dureté des autorités anglaises, qui refusent de surseoir à son exécution pour lui permettre de régler certaines affaires dont dépend l’avenir matériel de sa femme et de ses enfants.
    Merci au lecteur, dont l’empathie rend l’émotion plus palpable, et dont l’accent évoque la patrie de nos cousins canadiens.
    Une petite erreur – sans importance – s’est glissée dans cet enregistrement : la lettre à une dame, qui termine la 3e partie, est déjà lue en seconde partie.

  6. Félix le 21 juin 2021

    Merci M. De Chair. :) Tout le meilleur.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.