Page complète du livre audio gratuit :


CIM, Albert – Un dangereux prisonnier – La Jarretière de la mariée – La Rue des trois belles

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 20min | Genre : Nouvelles


« Attention Monsieur Beauvisage ! » dit M. Vincenzo à son singe.

Deuxième sélection d’Albert Cim.
« Une drôle de petite bête que vous avez là, et qui a l’air bien intelligent ! remarqua l’aubergiste.
- Et qui l’est, monsieur, qui l’est plus qu’on ne saurait dire, répliqua M. Vincenzo. J’ai déjà dressé beaucoup de singes dans ma vie, je n’en ai jamais eu d’aussi adroit, d’aussi futé, de meilleur que celui-ci. » (Un dangereux prisonnier, extrait des Contes et souvenirs de mon pays)

« Saturnin d’Hattonville, un jouvenceau de quinze ou seize ans, se glissa mystérieusement sous la table pour aller, selon l’antique coutume, dénouer et cueillir la jarretière de Clotide la mariée. Mais soudain, en même temps que Clotilde se reculait en jetant un cri strident, Saturnin surgit tout défait, blême, effaré. » (La Jarretière de la mariée)

La Rue des trois belles, ou Une sœur « marieuse » et ses deux sœurs difficiles à marier !

La Jarretière de la mariée et La Rue des trois belles sont extraits du recueil Histoire d’un baiser (1894).

> Écouter un extrait : Un dangereux prisonnier.


> Télécharger ce livre audio par chapitres [Aide] :

Un dangereux prisonnier.mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)
La Jarretière de la mariée.mp3
La Rue des trois belles.mp3


> Consulter les versions textes de ce livre audio : Un dangereux prisonnier, La Jarretière de la mariée, La Rue des trois belles.

> Rechercher : 7. XXe siècle, Nouvelles, ,

 

Page vue 6 953 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

2 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. gaumondie pascale le 27 février 2012

    SUPERBE. MERCI MONSIEUR DEPASSE PASCALE GAUMONDIE

  2. Yves FERNANDEZ le 12 mai 2012

    Merci Monsieur DEPASSE pour vos merveilleuses lectures qui enchantent toutes mes nuits ( d’insomniaque ) :)

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.