Envoyer un livre audio à un(e) ami(e)


Envoyez le livre audio 'CONAN DOYLE, Arthur - Les Médecins de Hoyland (Version 2)' à un(e) ami(e)


* Champ obligatoire






Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)



Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)


E-Mail Image Verification

Envoi en cours ... Envoi en cours ...

6 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. jd le 19 novembre 2018

    Bonjour
    pourquoi une version 2 ?

  2. DanielLuttringer le 19 novembre 2018

    A question courte, réponse longue.
    Je considère qu’un DDV est l’interprète du texte choisi. Sa sensibilité, la singularité de son timbre, son intonation, la scansion de sa phrase sont des critères particuliers qui le distinguent d’un autre.
    Je suis amateur, entre autres passions, de musique classique et ma discothèque fourmille d’oeuvres interprétées par des musiciens différents. A titre d’exemple, je possède sept versions du Requiem de Gabriel Fauré. Le « Pie Jesu », point culminant de l’oeuvre, y est à chaque fois (très) différent.
    Je suppose que personne ne peut être contre la pluralité et des choix alternatifs ?

  3. Adri le 19 novembre 2018

    Merci de cette deuxième version

  4. Lyse ❄️ le 20 novembre 2018

    V1,V2, V3…

    Chaque voix porte sa richesse !

    Quel privilège de pouvoir choisir selon ses «affinités vibratoires» !

    🎧😊♪♬.•*¨*•.¸¸.•*♪•♬•♪*•.¸.•*¨*•.¸♬♪😊🎧

  5. Claryssandre le 20 novembre 2018

    La possibilité et la liberté de choisir ? Un PRIVILÈGE et un LUXE incommensurable !!! Merci et bonne journée à vous cher Daniel… Ainsi qu’à tous les autres DDV et aux auditeurs.

  6. ShmuelR le 20 novembre 2018

    Un Conan Doyle bien moderne dans sa façon de pensée. Merci. L’observation de Daniel Luttringer sur le Requiem de Fauré me semble judicieuse. Si les amateurs de musique classique se formalisaient chaque fois qu’un orchestre enregistre une symphonie, un concerto ou quelque suite, les salles se videraient, les musiciens mourraient de faim, les instruments se déssècheraient, et, finalement, la musique en crèverait de tristesse. Vivent les Xèmes versions.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.