Page complète du livre audio gratuit :


COURTELINE, Georges – Messieurs les ronds-de-cuir

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 4h 25min | Genre : Nouvelles


Georges Courteline - Messieurs les ronds-de-cuir

Georges Courteline a été employé au Ministère des Cultes. Il sait qu’il s’en passe de belles dans les Administrations !
Les six tableaux de Messieurs les ronds-de-cuir (1893) nous présentent de drôles de fonctionnaires, grisés par leur statut, qui suscitent le rire… mais aussi la désapprobation.

« La cigarette jaillit des dessous de la moustache et les cuisses baignées de pénombre, celui-ci semait des signatures, pour ampliations conformes, au bas d’arrêtés ministériels.
De sa dextre bien soignée, il les étendait, griffes d’empereur, sur la demi-largeur du papier, puis immédiatement, les séchait, le bloc-buvard secoué, en sa main gauche, du tangage précipité d’un petit bateau qui va sur l’eau. Le chef entra, vint droit à lui (…) et posa cette question bien simple : – Je viens savoir de vous, monsieur, si la Direction des Dons et Legs est une administration de l’État ou une maison de tolérance. »

> Écouter un extrait : Tableau 01


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Messieurs les ronds de cuir.zip


> Télécharger ce livre audio par chapitres [Aide] :

Tableau 01.mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)
Tableau 02.mp3
Tableau 03.mp3
Tableau 04.mp3
Tableau 05.mp3
Tableau 06.mp3


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Humour, Nouvelles, ,

 

Page vue 21 200 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

8 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Roberto le 2 mars 2010

    Très bien lu, comme d’habitude. Merci.
    A signaler dans le premier fichier (tableau 01) à 32 min 19 s : sonnerie de téléphone portable.

  2. René Depasse le 2 mars 2010

    Merci ,Roberto, du renseignement Je pense que c’était un appel du cabinet du ministre Je vais voir comment le rendre silencieux!!

  3. Roberto le 2 mars 2010

    A moins que ce ne soit l’employé Letondu qui voulait récupérer les haltères que vous lui aviez empruntés pour piler les 50 kilos de sel de Guérande que cet ami retour de Loire-Atlantique a eu la bonne idée de vous offrir.
    Cela dit, merci encore, René Depasse, pour ce très bon texte et pour cette véritable performance physique de 4 h 30 de lecture. Courteline est largement sous-estimé.
    Bonne continuation et merci de votre fidélité à la cause de ce site.

  4. hervé le 3 mars 2010

    Excellent
    Monsieur Courteline est un auteur majeur de la littérature française
    Vous avez une trés bonne intonation de voix
    On vit sous cette III° République, grâce à votre lecture on remonte le temps, on voit le vacillement verdâtre des lampes de gaz et les piétinements des fiacres dans Paris la superbe critiquée car jalousée mais dont le décot est identique aux géants de la littérature et des Arts français
    En fait les employés sont désormais féminins pour la plupart, les ordinateurs sont présents, mais la mentalité des  » ronds de cuir est absolument identique »
    Bonne continuation et vive les Arts dont l’Art majeur reste la Littérature
    ps; J’abuse mais pourriez vous faire connaître le plus grand chef d’oeuvre de Flaubert Salambo bien sur!!!! Hervé

  5. Gilles le 6 mars 2011

    J’ai passé un bon moment dans les bureaux des dons et legs,merci Monsieur Depasse.

  6. Didier Guislain Pilette le 17 octobre 2011

    Merci M. Depasse.

  7. François Defranoux le 25 février 2012

    Merci à Mr Depasse pour le choix de ses textes et pour la clarté de sa diction.L’écoute de « Mrs les ronds de cuir » est un régal mieux que du théatre radiophonique.On attend « Les gaietés de l’escadron ». Merci d’avance. Dans un autre ordre d’idée je regrette l’interdiction de reproduire Une oeuvre avant 70 ans, 20 ans suffiraient. Voir le Boléro de Ravel, une personne qui n’a rien à voir avec avec l’auteur ni l’oeuvre touche des droits .

  8. Okram le 8 juillet 2012

    Merci M. Depasse,

    J’ai ri aux larmes à certains passages de cette œuvre que vous arrivez à rendre si vivante. Qui a dit que la littérature était ennuyeuse ?

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.