Page complète du livre audio gratuit :


COURTELINE, Georges – Monsieur Badin

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 11min | Genre : Théâtre


Georges Courteline

« — Dites-moi, monsieur Badin, voilà près de quinze jours que vous n’avez pas mis le pied à l’Administration.
— Ne m’en parlez pas !…
— Permettez ! C’est justement pour vous en parler, que je vous ai fait prier de passer à mon cabinet. [...] j’ai envoyé six fois le médecin du ministère prendre chez vous de vos nouvelles. On lui a répondu six fois que vous étiez à la brasserie. »

Monsieur Badin.
> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Humour, Théâtre, ,

 

Page vue 24 048 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

7 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. andré le 26 février 2008

    Quel talent! cela frise l’excellence.

    Bravo et merci de ces grands moment de bonheur que vous avez la gentillesse de nous donner.

    Continuez pour notre plus grand plaisir

  2. Professeur Tournesol le 12 avril 2008

    « Je demande seulement une augmentation »…

    Cette lecture est exceptionnelle. Je n’en peux plus, vous me faîtes décidément toujours rire M. Depasse. Cette histoire était faite pour vous, et je vous remercie d’ en avoir fait profité un (très) large public.

    Et je tire mon chapeau à ce monsieur Badin, le roi de l’esbroufe !

  3. Anne-Lise le 28 avril 2008

    Génial!

    cette lecture est devenue un de nos classiques à la maison!

    Mille merci!

  4. Augustin le 10 novembre 2008

    Magnifique !

    Amitiés,

    Augustin

  5. Nadine le 25 juin 2009

    Bien agréable lecture. Merci !

  6. Didier Guislain Pilette le 27 octobre 2010

    Quelle façon si enthousiaste de lire Courteline! merci de tout coeur!

  7. Claude Bérenger le 15 novembre 2017

    Quel bonheur !! Merci Cher Monsieur Depasse,
    J’ai, à votre lecture, été percutée par un délicieux fou rire…
    J’écoute depuis bientôt 3 ans les pépites que vous nous donnez à entendre.
    Alors un grand, grand merci pour tout cela.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.