Page complète du livre audio gratuit :


DEGANDT, Alain – Le Cercle magique de la nuit (Poème)

Donneur de voix : Alain Degandt | Durée : 4min | Genre : Poésie


Le Cercle magique de la nuit

« Le Cercle Magique de la Nuit :
Vous y dormiez nue
Sous le froid couteau de la Lune rousse
Et
Je vous regardais
Forçant les étoiles au silence
[...]
Vous y dormiez telle un mystère
[...]
Je vous aimais
Vous dont la grâce était le pouvoir
[...] »

© Alain Degandt – Tous droits réservés

Le Cercle magique de la nuit.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


Le Cercle magique de la nuit, avec accompagnement musical.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)




> Références musicales :

Gustav Mahler, Le Chant de la Terre, 2ème mouvement, Der Einsame im Herbst, interprété par l’ensemble Wiener Philharmoniker, dirigé par Bruno Walter (1952, domaine public).


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 8. XXIe siècle, Contemporains, Poésie, ,

 

Page vue 7 062 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

4 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Cocotte le 17 mars 2014

    Cher Alain

    Bravo pour ce très beau poème, très émouvant!
    Et bravo aussi pour votre interprétation parfaite, comme d’habitude. Votre voix prend vraiment aux tripes. J’ai beaucoup aimé.
    Merci, Alain
    Cocotte

  2. Alain Degandt le 18 mars 2014

    Merci Cocotte pour votre sympathique appréciation. Je suis très content que ce poème vous plaise.
    Alain D.

  3. David le 26 avril 2014

    J’ai dû l’écouter plusieurs fois pour bien comprendre, et ai finalement bien aimé votre travail sur le langage, votre choix de mots auréolés de mystère qui se répondent les uns aux autres pour former le cercle magique de la nuit…
    Merci à vous

  4. Alain Degandt le 6 mai 2014

    Merci David pour votre appréciation très encourageante. Merci d’avoir fait l’effort d’entrer dans le mystère de ce poème, dont une part échappe encore à la compréhension même de son auteur ! … Il serait présomptueux de parler « d’inspiration », pourtant force est de constater ce sentiment que j’éprouve et qui perdure de n’avoir été, dans la conception du texte, qu’un instrument, le vecteur de mots qui « me venaient » tout seuls, ne me permettant qu’une maîtrise très relative des choses, limitée à la seule « technique » d’écriture. Le lecteur ou l’auditeur qui entrera dans ce cercle magique pourra à son tour participer à loisir de ce mystère.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.