Page complète du livre audio gratuit :


DICKENS, Charles – Les Temps difficiles

Donneur de voix : Christian Dousset | Durée : 14h 38min | Genre : Romans


Les Temps difficiles

« Or ce que je veux, ce sont des faits, rien que des faits. Enseignez des faits à ces garçons et à ces filles, rien que des faits. Les faits sont la seule chose dont on ait besoin ici-bas. Ne plantez rien autre chose et déracinez-moi tout le reste ! »

C’est par ces propos, porteurs d’une vision particulière de la formation de l’individu que commence le roman. Plongés en pleine ère victorienne, nous allons suivre l’évolution d’une famille bourgeoise – les Gradgrind – laquelle croisera le destin de gens du peuple : ouvriers (Etienne, Rachel) et saltimbanques (Sissy, Sleary).
La plume de Charles Dickens se montre particulièrement acide envers l’hypocrisie, la bêtise, la cupidité dominantes. Son humour et son ironie deviennent impitoyables quand il s’agit de brocarder le chef d’entreprise parvenu (Bounderby). Les victimes, quant à elles, suscitent toute notre compassion et l’on retrouve ainsi l’un des thèmes favoris de l’auteur : l’enfance malheureuse.
Condamnation sans appel de l’exploitation, de la rapacité et de la démagogie, cette œuvre moins connue du grand romancier britannique, écrite en 1854, n’en résonne pas moins étrangement à nos oreilles modernes…

N.B.: L’édition anglaise en ma possession divise l’œuvre en 3 livres (L1 : Les Semailles ; L2 : La Moisson ; L3 : L’Engrangement). J’ai donc respecté cette structure en gardant la numérotation de 1 à 37 sur l’ensemble de l’œuvre. En outre j’ai apporté quelques légères retouches à la traduction de référence ce qui occasionnera quelques petites différences entre texte lu et texte entendu.

Traduction : William Little Hughes (1822-1887).

Illustration : Gravure représentant un événement dramatique de l’œuvre, par Fred Walker (1868).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Livre 01.zip
Livre 02.zip
Livre 03.zip




> Références musicales :

En ouverture d’œuvre et de chapitre :
Edward Elgar, Concerto pour violoncelle, opus 85, interprété par le Skidmore College Orchestra.

En fin de chapitre :
Bruitage machine (n°7, mp3 573), extrait de Universal soundbank.


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Romans, Romans (Complets), , ,

 

Page vue 8 895 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

35 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Jean-Pierre Baillot le 9 novembre 2015

    Pour m’en tenir aux faits : Vous lisez fort bien Dickens qui était, lui-même, un donneur de voix plein d’humour.

  2. grattepanche marie le 17 novembre 2015

    Cher Monsieur Dousset,

    j’attends avec impatience la suite de cette histoire, vous lisez bien, très bien, c’est un plaisir de vous écouter, chapitres très courts, agréables pour revenir en arrière, écouter encore Dickens.

  3. Aicha le 30 novembre 2015

    Très Cher Christian,

    Votre lecture est merveilleuse. Vous vous demultipliez pour nous figurer avec enchantement chaque personnage. Vous etes un acteur hors pair, avec un super sens de l’humour. Je ris comme pour les monologues de Cros. Apres maintes tentatives d’approcher Dickens, grace a vous c’et arrive. Merci

    Aicha

  4. Christian Dousset le 30 novembre 2015

    Chère Marie, cher Jean-Pierre,
    Merci pour vos chaleureux messages. Je viens juste de terminer l’enregistrement des livres 2 et 3 mais il vous faudra encore patienter car le « produit brut » comporte beaucoup de scories et je tiens à livrer un travail le plus propre possible. En outre et comme je l’ai déjà écrit, je suis parfois gêné par une traduction qui ne me convient pas et que je retouche de temps en temps (somme d’argent en francs, par exemple!). De tels faits m’amènent à consacrer encore plus de temps à la confection du produit définitif.
    Au plaisir de vous retrouver bientôt.
    Christian

  5. Christian Dousset le 30 novembre 2015

    Chère Aïcha,
    Vous me voyez très touché par votre message et presque intimidé par la force du vocabulaire que vous employez. Je ne sais comment vous remercier sinon en continuant mes enregistrements et en essayant de servir les auteurs de mon mieux.
    Au plaisir de vous retrouver entre les pages.
    Christian

  6. Lily le 9 décembre 2015

    Merci beaucoup, je ne connaissais pas du tout cette oeuvre de Dickens et vous lisez (même si jouez serait le mot qui convient mieux) admirablement bien. C’est un plaisir de vous écouter et de découvrir cette histoire.

  7. Christian Dousset le 9 décembre 2015

    Chère Lily,
    Merci de votre gentil commentaire. Il est vrai que cette oeuvre de Dickens n’est pas des plus connues; je l’avais découverte lors de mes études universitaires, ce qui me plonge dans d’immémoriaux abîmes! En fait, mon choix a été grandement dicté par l’envie de lire un texte qui puisse résonner avec notre époque pétrie par les forces grandissantes de l’inhumanité.
    D’ ailleurs, si l’on remplace le mot « fait », par le mot « chiffre » dans la tirade inaugurale de Gradgrind, on peut être saisi d’étonnement.
    Encore merci à vous et au plaisir de vous retrouver au fil des pages.
    Christian

  8. Olive le 18 décembre 2015

    Merci pour cette lecture, c’est un plaisir d’ écouter ce texte, et c’est très bien interprété. J’ai häte de connaitre la suite.

  9. Trollus le 23 décembre 2015

    Comme toujours, la qualité de lecture est impeccable.
    Quel plaisir que de vous écouter…
    Un grand MERCI et au plaisir.

  10. Christian Dousset le 4 janvier 2016

    Celles et ceux qui attendaient le livre 2 de « Les temps difficiles » vont pouvoir étancher leur soif: il est désormais en ligne.
    En espérant qu’il comblera leurs attentes…

  11. MAGDA HOCHMANOVA le 12 janvier 2016

    Merci pour votre excellent lecture! c’est un bonheur de vous écouter lire Dickens. En vous écoutant, j’ai oublié le temps autour de moi…telle est la puissance de votre merveilles voix! Merci

  12. Christian Dousset le 1 février 2016

    Chère Magda,
    Je suis très heureux de partager avec vous cette oeuvre de C. Dickens et vous remercie de votre chaleureux message.
    Je pense que d’ici une semaine environ le livre 3 sera en ligne.
    Bien cordialement
    Christian

  13. Christian Dousset le 4 février 2016

    A celles et ceux qui attendaient le livre 3, j’annonce que l’intégralité du roman est désormais en ligne.
    Christian

  14. Michelle le 9 février 2016

    quelle bonne surprise : c’est rare d’entendre Dickens aussi bien lu ! Merci beaucoup et au plaisir de vous entendre avec d’autres oeuvres de lui ! Michelle

  15. Sans-Dents le 10 février 2016

    Je crois que je vais vous mettre à côté des meilleurs, comme André Rannou. Merci.

    Sans dents, mais avec des oneilles.

  16. Thomas S le 11 février 2016

    À Sans-Dents:
    D’accord avec vous pour la cote *1
    Surveiller aussi le « petit nouveau »: Ricou.

    De belles voix sans fioritures encombrantes.

  17. Sans-Dents le 11 février 2016

    Merci, Thomas S., pour l’information, je ne le connais pas.

    Sans dents, mais avec des oneilles.

  18. Sans-Dents le 11 février 2016

    @ Christian Dousset
    A propos de « fil d’archal », un détail au passage : les lecteurs professionnels et amateurs prononcent archal [arcal], mais la bonne prononciation est [arshal].
    Si le mot « archal » n’est pas rare du tout dans la littérature du XIXe siècle, on ne l’entend presque jamais, d’où l’erreur.

    Sans dents, mais avec des oneilles.

  19. Marion le 14 février 2016

    Merveilleuse lecture. Vibrante ou froide ou comique, harmonieuse, lente et triste : tout y est.
    Merci infiniment !

  20. Christian Dousset le 14 février 2016

    Cher Thomas et Sans dents,
    Merci pour vos commentaires et la remarque érudite concernant « le fil d’archal ».

  21. Christian Dousset le 14 février 2016

    Chère Marion,
    je suis vraiment touché par les qualificatifs que vous attribuez à ma lecture.
    Un grand merci à vous et… au plaisir de vous retrouver entre d’autres pages.

  22. Sans-Dents le 22 février 2016

    Bon sang de bois ! j’ai presque tout écouté. Diction remarquable de Christian Dousset, ton très adapté, remarquable parfois, Christian Dousset a lu ce livre avant de nous le lire, c’est sûr. Bref, excellente lecture.
    En plus, ce Dickens est excellent (comme presque toujours) et son traducteur aussi. Je réécouterai ce texte et je le recommanderai sans hésiter une seconde.

    Sans dents, mais avec des oneilles.

  23. Christian Dousset le 23 février 2016

    Merci cher Sans-Dents. En effet, Dickens me semble malheureusement assez actuel à bien des égards.
    A bientôt entre d’autres pages.

  24. grattepanche marie le 10 mars 2016

    lecture impeccable, comme j’aimerais posséder votre talent, Monsieur Dousset, quelle diction fluide, merci de partager votre temps
    , d’offrir vote belle voix à tous ceux et celles qui aiment la littérature.

  25. Sans-Dents le 10 mars 2016

    « A bientôt entre d’autres pages. »

    @ Christian Dousset

    Je l’espère aussi. Encore merci.

    Sans dents, mais avec des oneilles.

  26. Thierry le 15 mars 2016

    En attendant que le deuxième tome de « Guerre et paix » se façonne, j’ai commencé Hard Times. Merci Christian pour cette excellente diction. Je rigole bien dès les premiers moments. Vous lisez aussi l’anglais, non?
    Dickens, j’aime beaucoup. Avec vous c’est encore mieux. Je vais aller fouiller un peu dans votre bibliothèque quand j’aurai terminé celui-ci.
    Thierry en Nouvelle-Ecosse

  27. CharlotteG le 6 avril 2016

    Monsieur Dousset,
    C’est la première fois que je vous écoute.
    Vous avec une diction et un ton impeccables très agréables à écouter.
    Merci pour cette belle lecture.
    À la prochaine écoute!

  28. Thierry le 7 avril 2016

    Merci Christian,

    j’abonde dans le sens de Charlotte. Vous faites vraiment vivre ce texte qui n’est pas parmi les meilleurs de Dickens et se termine un peu en queue de poisson. Il a des longueurs que vous faites très bien passer.
    Je trouve aussi que votre lecture s’est améliorée depuis « Les Gardiennes » où je me rappelle avoir été un tout petit peu gêné par les pauses de virgules un peu longues. Je l’écoute cependant de nouveau parce que ce livre me touche et parce que j’aime votre façon de lire.
    Merci et félicitations pour votre excellent travail.

  29. Dominique le 17 avril 2016

    Cher Monsieur,
    Merci. J’ai beaucoup aimé ce livre et apprécie votre talent de lecteur.

  30. Christian Dousset le 22 avril 2016

    Merci à vous tous -Charlotte, Dominique, Thierry et Marie- pour vos élogieux commentaires qui constituent un encouragement inestimable. La remarque de Thierry m’intéresse beaucoup; en effet je suis très attentif au débit de la lecture (on ne lit pas vraiment comme on parle)et parfois je me demande si je dois accélérer ou ralentir, en fonction de l’ambiance liée à la narration et au type de texte. C’est une véritable préoccupation qui se concrétise lors du montage.
    Ravi de vous retrouver entre d’autres pages.

  31. dominique le 25 avril 2016

    Bonjour de nouveau
    Je ressens le besoin d’exprimer que pour moi, le rythme est parfait. Ayant quelques difficultés pour lire et n’étant plus toute jeune j’apprécie une lecture qui sans être lente ni ennuyeuse (loin s’en faut) me détend et me permet une parfaite compréhension. Donc vraiment encore mille mercis.

  32. Eric le 10 août 2016

    Quelle lecture ! Bravo et merci !

  33. Séverine le 22 novembre 2016

    Il suffit que le serveur tombe en rade au milieu d’une écoute pour qu’on prenne conscience qu’on l’appréciait vraiment! Merci pour cette lecture !!!

  34. Same le 6 mars 2018

    Bonjour, super moment mais la musique à la fin des
    Chapitres me fait fliper, j’ai peur peur pour mon coeur.

  35. Christian Dousset le 25 mars 2018

    Merci à vous Eric et Séverine pour vos commentaires encourageants.
    Dominique, j’espère que le rythme de mes autres lectures vous convient toujours.
    Same, je suis désolé pour votre rythme cardiaque mais j’ai souhaité confectionner un bruitage qui évoque la domination mécanique de la société sur l’homme. Au plaisir de vous retrouver toutes et tous entre de nouvelles pages.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.