Page complète du livre audio gratuit :


DOSTOÏEVSKI, Fedor – Le Grand Inquisiteur

Donneur de voix : Ahikar | Durée : 1h 43min | Genre : Contes


Grand Inquisiteur

Dostoïevski a oscillé toute sa vie entre foi et incroyance, entre le cœur et la raison, entre la raison qui le faisait pencher vers l’athéisme et le cœur qui le ramenait toujours vers le Christ qu’il aimait tant.

Un fait m’a toujours marqué – qui le troublait lui aussi profondément : c’est qu’il lui fallait souvent plusieurs jours d’un travail acharné pour construire une argumentation théologique, alors que quelques heures lui suffisaient pour la démolir complètement.

Les pages du Grand Inquisiteur constituent peut-être le summum de l’œuvre de Dostoïevski : elles sont le fruit de plusieurs décennies de réflexion, toutes ses grandes idées sont là et ont fusionné pour donner ce grand conte philosophique.
Pas étonnant qu’il ait marqué des personnalités aussi diverses que Freud, Einstein ou encore Camus.

« Il a désiré se montrer, ne fût-ce qu’un instant, au peuple, à cette multitude malheureuse, souffrante, plongée dans l’infection du péché, mais qui L’aime d’un amour enfantin. L’action se passe en Espagne, à Séville, à l’époque la plus terrible de l’Inquisition, lorsque chaque jour on faisait, pour la plus grande gloire de Dieu : des autodafés magnifiques de ces sacripants d’hérétiques… »

J’ai ajouté à cette lecture l’analyse de Sigmund Freud : Dostoïevski et le parricide.

Je conseillerai en supplément la lecture des Rêves de la louve du très grand écrivain kirghize Tchinguiz Aïtmatov qui nous fait revivre dans la deuxième partie de son livre, chapitre II, la confrontation entre Ponce Pilate et le Christ dans des dialogues hautement philosophiques qui n’ont rien à envier à ceux de Dostoïevski.

Illustration : El Greco, Portrait de Fernando Niño de Guevara, Grand Inquisiteur d’Espagne.

Traductions : Victor Derély (1840-1904, Le Grand Inquisiteur) ; Henri Mongault (1888-1941, Dostoïevski et le parricide).

Le Grand Inquisiteur.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


Dostoïevski et le parricide.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



> Consulter les  versions textes de ce livre audio : Le Grand Inquisiteur, Dostoïevski et le parricide.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Contes, Essais, , , ,

 

Page vue 16 177 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

16 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Sandrine Seyller le 4 juillet 2013

    Cher Ahikar,
    Je suis d’accord avec toi pour reconnaître que Tchinguiz Aïtmatov est un très grand écrivain. J’avais lu Djamilia (traduit par Aragon), qui m’avait beaucoup fait pleurer. Quelques années plus tard, j’avais lu Les Rêves de la louve qui m’avaient aussi laissé une très forte impression. Je trouve ta lecture du Grand Inquisiteur très émouvante. J’avais l’impression d’être Aliocha et d’écouter Ivan me narrer son grand poème théologique.
    Sandrine

  2. André le 5 juillet 2013

    Excellente lecture, dont je ne peux que vous féliciter chaudement. Quelle chance d’avoir une si belle voix, bien posée, qui capte et retient d’emblée l’attention. Dostoïevski était un fin connaisseur des contradictions de l’âme humaine, et ceci trouve une belle illustration dans les propos qu’Ivan prête au Grand Inquisiteur.Je n’ose imaginer l’accueil que recevrait le Christ s’il reparaissait inopinément de nos jours, par exemple lors d’un Conclave ou d’un Synode.Le seul à ne pas être gêné et pris au dépourvu serait sans doute le nouveau pape. Amicalement. André

  3. Ahikar le 12 juillet 2013

    Merci beaucoup Sandrine pour ton commentaire. Concernant Tchinguiz Aïtmatov, je me rappelle avoir entendu à la radio quelques jours après son décès le 10 juin 2008, qu’il aurait certainement eu le Prix Nobel cette année-là, après avoir déjà été pressenti plusieurs fois.

    Au départ, mon intention était d’ailleurs de proposer aux auditeurs La légende du Grand Inquisiteur de Dostoïevski et en parallèle celle d’Aïtmatov, mais je n’ai pas réussi à obtenir les autorisations nécessaires.

    Qui plus est je voulais conclure en proposant le Discours de Stockholm d’Albert Camus où il poursuit la réflexion de Dostoïevski sur la menace que font peser sur notre monde les grands inquisiteurs d’aujourd’hui.

    Mais là encore pas d’autorisation ! C’est pourquoi mon travail ne ressemble finalement pas à grand-chose, ou est du moins très loin de ce que je voulais proposer aux auditeurs. Désolé ! :(

    Bien amicalement,

    Ahikar

  4. Ahikar le 12 juillet 2013

    Un grand merci André pour votre commentaire très généreux. Je vous remercie également d’apprécier ma voix, mais pour ma part je ne l’ai jamais aimée, du moins je ne l’ai jamais trouvée belle. La seule chose que je veux bien accepter c’est de lire à peu près juste, et encore, parce que jusqu’à présent, je n’ai présenté que des textes que je connaissais assez bien.

    Je conseillerai encore une fois à tous ceux qui aiment réfléchir, croyants ou non croyants, d’écouter ce texte de Dostoïevski car il foisonne d’idées et ouvre la porte à de grandes réflexions.

    Très bonne journée à tous,

    Ahikar

  5. fabiandejesusrendonrios le 18 juillet 2013

    Yo personalmente le agradezco no por este solo libro sino por todos los que he leido y escuchado que utds. Tan generosamente han escogido para nosotros que el buen dios los proteja merci beacoup

  6. Ahikar le 19 juillet 2013

    Très heureux d’avoir un auditeur au pays de Gabriel García Márquez. J’espère que vous trouverez sur le site beaucoup d’autres lectures à votre goût qui vous aideront dans votre apprentissage du français.

    Amitiés,

    Ahikar

  7. Anotsu le 22 décembre 2013

    Merci pour cette lecture!
    Etant un élève assez dissipé, la lecture n’est pas mon fort. Il est bon de se cultiver un peu et c’est avec plaisir que j’ai découvert cet auteur. L’argumentation tout du long et la fin sont juste géniales.

  8. Ahikar le 24 janvier 2014

    Merci cher Anotsu pour votre commentaire. Vous devriez peut-être essayer Spinoza. C’est tout aussi impressionnant !

    http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/spinoza-baruch-de-traite-theologico-politique-chapitres-viii-et-ix.html

    Je vous souhaite beaucoup de réussite dans vos études.

    Amitiés,

    Ahikar

  9. mickadotmick le 7 mars 2014

    Bravo! c’est avec plaisir que j’entends votre voix, je la trouve parfaitement adapté aux textes russes, il y a une sorte de majesté, de droiture russe qui me plait beaucoup. encore merci pour votre travail qui me permet d’écouter avec délectation des livres que je n’ai pas le temps de lire.
    Chaleureusement, Michael
    ps: J’ai la chance d’avoir un travail qui me permet d’écouter des livre audio (quand tout va bien ;-) ).

  10. emilie le 20 août 2014

    merci pour cette lecture

  11. marianne le 16 janvier 2015

    Merci Ahikar,

    Vous êtes bon pour devenir Ministre de l’Education
    Nationale
    Vous nous choisissez des textes formidables.
    Vous avez une lecture personnelles et captivante.
    J’ai énormément aimé votre lecture de Tocqueville
    Je vous souhaite beaucoup de bonnes choses.

  12. Ahikar le 1 février 2015

    Merci beaucoup Marianne pour votre commentaire.

    Toutefois je crains que le fauteuil que vous m’offrez ne soit pas pour moi. ;) Je me ferais vite huer, comme cela m’est déjà arrivé une fois, après avoir proposé à des élèves une lecture de Taha Hussein, Adib ou l’aventure occidentale , ainsi que quelques poèmes d’Adonis tirés des Chants de Mihyar le damascène . Les lettres de protestation des parents ne se sont pas fait attendre. Les pauvres, ils ont cru que j’allais « islamiser » leur progéniture. Pourtant je crois que c’est là que l’intégration ne s’est pas faite. Des élèves qui n’écoutaient jamais en classe étaient soudain très fiers qu’on s’intéresse à leur culture et devenaient assidus. Nous ne sommes pas assez ouverts sur le monde. Nous aurions certainement beaucoup à gagner à découvrir la culture de l’autre, à échanger. L’intégration ne doit pas être un anéantissement dans la culture de l’autre. Tout cela mériterait d’être amplement développé et débattu, mais je ne suis pas sûr que ce soit l’endroit approprié…

    Amitiés,

    Ahikar

    Un grand merci également à Mickadotmick et à Émilie pour leurs commentaires.

  13. Dan le 15 juillet 2016

    Texte fantastique… Merci!!!

  14. marie grattepanche le 11 mars 2017

    je resterais libre penseuse jusqu’à la fin de mes jours, bien que « Les frères Karamazov » soit le roman qui m’ai le plus perturbée depuis que je lis.Je pense que la soumission à un concept, quel qu’il soit, ne peut venir que de la conscience intranquille, des remords. Dostoïevski reste pour moi un immense écrivain, peut-être le plus grand après Shakespeare. Merci pour cette très bonne lecture.

  15. marie grattepanche le 11 mars 2017

    j’aurais tant aimé la version de Dostoïevski après une lecture de l’analyse de Sigmund Freud qui hélas, n’avait que 20 ans quand l’immense écrivain est mort. Je ne suis pas trop d’accord avec Freud et sa comparaison avec Stéphane ZWEIG  » 24h de la vie d’une femme » mais alors pas du tout, la fin du texte de Freud ne concerne que lui-même et sa propre
    mère.

  16. Ahikar le 16 mars 2017

    Merci chère Marie pour vos commentaires. Je partage tout à fait votre point de vue. Ce texte de Freud ne figure pas parmi ses œuvres majeures. Je garde un souvenir bien plus marquant de son dernier ouvrage, L’homme Moïse et la religion monothéiste. Toutefois, la traduction de Dostoïevski et le parricide étant à ma connaissance la seule traduction libre de droits d’une œuvre de Freud (Il faudra attendre si je ne me trompe 2021 pour les traductions de Samuel Jankélévitch), il m’a semblé opportun de la proposer aux auditeurs de Litterature audio.com.

    Amitiés, :)

    Ahikar

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.