Page complète du livre audio gratuit :


DOSTOÏEVSKI, Fedor – Souvenirs de la maison des morts

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 11h 23min | Genre : Romans


Fedor Dostoïevski

Souvenirs de la maison des morts est un roman-reportage dans lequel Dostoïevski décrit la vie des forçats dans un bagne de Sibérie, où il avait lui-même purgé une peine de quatre ans. Le narrateur, Alexandre Pétrovitch Goryanchikov, a été condamné à dix ans de travaux forcés pour avoir tué sa femme. Après sa libération, il a consigné ses souvenirs de captivité dans un cahier, prétendument retrouvé et édité par l’auteur après sa mort, mais il est clair que Goryanchikov se confond avec Dostoïevski.
Le roman relate plusieurs expériences dont ce dernier fut le témoin horrifié. Le narrateur se dit « ému, épouvanté » par le supplice cruel dit de « la rue verte », ou des « baguettes », mais il précise que le pire de tous est celui des « verges ». « Cinq cents verges […] suffisent pour tuer un homme ; au-dessus de cinq cents la mort est presque certaine. » Il insiste souvent sur l’hostilité dont, en tant que « noble », il eut à souffrir de la part des autres forçats, ainsi que sur le tourment d’une promiscuité de tous les instants.
Pour rigoureuses que fussent les conditions dans les bagnes des Tsars, il semble pourtant qu’elles aient été moins inhumaines que celles décrites par Soljenitsyne dans L’Archipel du Goulag et Une journée d’Ivan Denissovitch. En dépit de son titre, ce roman est loin d’être uniformément triste.

Traduction : Charles Neyroud (1863-1913).

> Écouter un extrait : Chapitres 00 et 01.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Livre 01.zip
Livre 02.zip



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Romans, Romans (Complets), , ,

 

Page vue 10 794 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

17 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Cyprien le 3 juin 2016

    Cher André Rannou, un grand merci pour cet audio-livre qui vient combler une lacune majeure du site ! Votre lecture sera pour moi l’occasion de me plonger enfin dans ce chef-d’oeuvre de la littérature russe.
    Une petite remarque d’ordre technique, si vous me le permettez : il semblerait que vous ayez eu la main un petit peu lourde sur le filtre anti-bruit. Celui d’Audacity, si c’est le logiciel que vous utilisez, ne fait pas partie des points forts du logiciel, et provoque assez rapidement ce que l’on appelle des artefacts (les petits sons métalliques que l’on entend ici dans certains silences). Si vous avez un bruit de fond important sur votre prise de son, il est parfois bon de doser le filtre anti-bruit de manière moins drastique, et de laisser ainsi un léger bruit ambiant, plus naturel et qui évitera les artefacts.
    A nouveau, merci du fond du coeur pour cette très belle lecture que je suis impatient d’écouter en entier !

  2. André Rannou le 4 juin 2016

    Je vous remercie chaudement, cher Cyprien, et vais essayer de tenir compte de votre judicieux conseil.

  3. Nestor Plasma le 6 juin 2016

    @ Cyprien
    Ce qu’Audacity a fait, Audacity peut le défaire, je suppose ?

    Nestor Plasma, c’est pour ça qu’on l’aime

  4. Francine du Québec le 7 juin 2016

    Merci André. J’aime beaucoup ce roman. Et vous le lisez tellement avec charme !
    Mes amitiés sincères !

  5. André Rannou le 7 juin 2016

    Merci infiniment, chère Francine, de votre fidélité et de votre amitié.
    Bien à vous.
    André

  6. Nestor Plasma le 10 juin 2016

    « A. fut condamné à cinq cents coups de baguettes ; sa conduite antérieure lui valut les circonstances atténuantes, et puis, c’était son premier délit. Koulikof reçut, je crois, mille cinq cents coups. Comme on voit, la punition fut assez bénigne. En gens de bon sens, ils n’impliquèrent personne dans leur affaire et déclarèrent nettement qu’ils s’étaient enfuis de la forteresse sans entrer nulle part. J’avais surtout pitié de Koulikof : il avait perdu sa dernière espérance, sans compter les deux mille verges qu’il reçut » (chap. IX).

    Contradicion apparente.
    — Le châtiment par les baguettes est moins douloureux que celui par les verges, nous dit Dostoïevski dans un chapitre antérieur.
    — Dans l’extrait de texte ci-dessus, Dostoïevski nous dit que Koulikof reçut mille cinq cents coups de baguettes (« punition assez bénigne »), puis il parle de « deux mille verges » (fini les baguettes, qui deviennent des verges, et 1 500 devient 2 000).
    Ces deux châtiments ne semblent pas s’être additionnés, j’y vois plutôt une contradiction.

    Quoi qu’il en soit, merci pour cette intéressante lecture.

    Nestor Plasma, c’est pour ça qu’on l’aime

  7. André Rannou le 10 juin 2016

    Merci, Nestor Plasma. Dostoïevski – à moins que ce ne soit le narrateur, Gorianchikov – n’est pas à une contradiction près, et j’en ai noté d’autres dans ce roman.

  8. colin le 11 juin 2016

    Bonjour,
    Lecture parfaite , votre voix monsieur sied à merveille à ce texte , car elle est toute en sobriété;

  9. André Rannou le 11 juin 2016

    Grand merci à vous, Colin.

  10. Nestor Plasma le 14 juin 2016

    @ André Rannou
    En effet, Nestor Plasma a remarqué d’autres petites incohérences.

    Nestor Plasma, c’est pour ça qu’on l’aime

  11. emiliemilie le 11 août 2016

    Encore un roman que j’ai écouté en me forçant « sait-on jamais peut-être moins ennuyeux qu’il ne parait »… Et encore une belle surprise! Merci mille fois Mr Ranou pour cette merveille.

    J’ai vu que vous aviez enregistré un nouveau roman de Tourgueniev. J’hésite pour les mêmes raisons.
    En attendant j’ai emprunté Don Quichotte à la médiathèque, j’en pouvais plus de l’attendre sur le site.;)

  12. André Rannou le 11 août 2016

    Merci, chère emiliemilie! Certes le titre du roman n’est guère engageant, et vous avez eu raison d’insister.J’ai enregistré « Pères et enfants », de Tourgueniev, un peu par devoir, parce que c’est un grand classique.

  13. Mostafa le 27 mars 2017

    Merci M. René, vous faites un travail colossal.

  14. Agathe le 19 juin 2018

    Merci pour votre belle lecture, André Rannou. Si je joins mes félicitations à celles des autres internautes sur le texte de Dostoïevski et votre lecture, je déplore les impropriétés, pléonasmes, et même solécismes (dont l’irritant : « ce dont je me rappelle « ) de la traduction. N’y en aurait-il pas eu une meilleure, libre de droits ? Ces remarques ne diminuent en rien mon admiration pour ce que vous avez fait. Au contraire. Car (et non « car en effet « , il doit être désagréable de noter des imperfections de traduction dans un tel chef-d’oeuvre.

  15. André le 19 juin 2018

    Pour les traductions de l’anglais, il m’est arrivé de corriger certaines impropriétés et autres imperfections, car j’étais dans mon domaine de compétence! Je doute qu’il existe une meilleure traduction, libre de droits, mais j’ai sans doute choisi celle-ci parce qu’elle était disponible sur Wikisource.
    A mon tour de vous remercier, Agathe. votre appréciation me fait très plaisir.

  16. Marjolaine le 13 avril 2020

    Cher André Rannou, encore une oeuvre majeure que je découvre grâce à vous. Comment Dostoïevski réussit-il l’exploit de gonfler le coeur, d’aiguiser l’esprit, de rendre l’âme unie aux autres humains avec un tel sujet ? Votre lecture est toujours parfaite, votre travail si fécond, je ne sais comment vous remercier. Bravo pour la mine de trésors qui sont à lire sur le site grâce à vous.

  17. André Rannou le 13 avril 2020

    Merci à vous, chère Marjolaine. En cette période de confinement, votre commentaire me réchauffe le coeur.Toutes mes amitiés.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.