Page complète du livre audio gratuit :


EBERHARDT, Isabelle – Le Meddah

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 14min | Genre : Nouvelles


Nasreddine Dinet - Meddah aveugle chantant l'épopée du prophète

« C’est El Hadj Abdelkader, le meddah. Il va chanter et tous les autres, à genoux sur les banquettes, se penchent sur les cloisons pour l’écouter.
Alors, tout doucement, en sourdine, les djouak et les gasba commencent à distiller une tristesse lente, douce, infinie, tandis que, discrètement encore, les benadir battent la mesure monotone… Les auditeurs enthousiastes soulignent certains passages par des Allah ! Allah ! admiratifs. »

Poétiquement écrit par Isabelle Eberhardt à Bou Saada en 1903, Le Meddah est un des récits (une dizaine sur notre site) publiés après sa mort présentant la réalité quotidienne de la société algérienne au temps de la colonisation française.

Illustration : Nasreddine Dinet, Meddah aveugle chantant l’épopée du prophète (192?).

Le Meddah.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 7. XXe siècle, Nouvelles, ,

 

Page vue 5 652 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

3 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. simonviollet le 19 juin 2015

    le sahara est aujourd’hui colonisé par l’algérie,ça compense

  2. Sofia le 20 juin 2015

    Et le grand canyon, les rocheuses etc sont colonisés par les USA, ce qui compense, le désert de Gobi colonisé par la Mongolie, ça compense, nous autres français colonisons les Pyrénées, les Alpes, la Sologne et bien d’autres sites naturels….donnons l’indépendance à ces sites , donnons l’exemple à l’Algérie qu’elle se défasse des 3/4 de son territoire……

  3. Derdour Ahmed le 18 mai 2016

    «  »Le Meddah »" une très belle description de la vie avec bonheur et sa fin fatale. En lisant ou en écoutant lire , on n’a pas besoin d’expliquer ou à avoir recours à un dictionnaire, les mots arabes employés, ils ont pris forme et font partie du lexique de la langue employée. Merci René de m’avoir donné l’occasion de connaître encore Isabelle.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.