Page complète du livre audio gratuit :


FLAUBERT, Gustave – Correspondance : 1851-1858, les années Bovary (Extraits)

Donneur de voix : Guy Marcy | Durée : 6h 57min | Genre : Correspondance


Gustave Flaubert par Giraud

L’écriture de Madame Bovary, que de nombreux auditeurs de notre site ont pu découvrir grâce à la lecture exemplaire de Victoria, fut pour Flaubert un véritable tourment.

Le 23 mai 1852 il écrit à Louise Colet : « Je suis aussi découragé que toi pour le moment. Mon roman m’ennuie ; je suis stérile comme un caillou. Cette première partie qui devait être finie d’abord à la fin de février, puis en avril, puis en mai, ira jusqu’à la fin de juillet. À chaque page je découvre dix obstacles. Le commencement de la deuxième partie m’inquiète beaucoup. Je me donne un mal de chien pour des misères ; les phrases les plus simples me torturent ».

Ajoutons à cela les intermittences de l’amour, jusqu’à la rupture avec celle qu’il appelait sa « chère muse » ; les difficultés matérielles, l’argent qu’il faut compter . Et le corps, « cette guenille », avec ses souffrances, les maux de tête, les crises de nerfs, les dents qu’il faut extraire, les abcès, les « clous », les rhumatismes à l’épaule , le pouce creusé par les efforts de l’écriture…

À fréquenter l’auteur dans sa correspondance c’est un homme, souvent inattendu, que l’on découvre. Un Flaubert « torturé » qui « souffre atrocement quelquefois du mal qu’[il] se donne et des doutes qui [lui] viennent. »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Correspondance : 1851 1858, les années Bovary (Extraits).zip



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Correspondance, ,

 

Page vue 14 503 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

13 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. L'Huître moderne le 1 septembre 2014

    Excellente idée, merci !

  2. Erick le 2 septembre 2014

    Merci pour cette lecture très bien faite…

  3. Pauline Pucciano le 3 septembre 2014

    Voilà qui complète admirablement la sublime lecture de Victoria… Merci pour ce choix !

  4. Françoise Campech le 3 septembre 2014

    Quelle belle idée !
    C’est la voix du  » solitaire de Croisset » qu’on écoute et qui nourrit.
    On la quitte à regret… Alors, plus riche, et plus sensible sans doute, on a le désir de relire ou d’écouter à nouveau Madame Bovary.

  5. sigrid le 3 septembre 2014

    Votre voix me semble parfaite pour cette lecture; Il faut, après l’avoir terminée, que je relise Madame Bovary. Merci, Merci

  6. Haikel le 7 octobre 2014

    Merci pour ce travail.
    Mais est ce que vous avez fait attention à la lettre de 16 Janvier 1852? La lecture n’est pas complète.. Hélas!! La partie que j’attendais n’a pas été enregistré. (La partie dans laquelle Flaubert disait: Sonde-toi bien : y a-t-il un sentiment que tu aies eu qui soit disparu ? Non, tout reste, n’est-ce pas ? ..)
    Est ce quelqu’un de vous peut m’indiquer une piste audio qui nous fournit la leture complète?
    Merci d’avance

  7. Guy Marcy le 8 octobre 2014

    Guy Marcy à Haikel.
    Je ne suis pas en mesure de vous indiquer une piste audio qui répondrait à votre demande. Je vous propose ceci : enregistrer la partie de la lettre que vous désireriez entendre et vous la faire parvenir en pièce jointe à un courriel à votre adresse. Encore me faudrait-il connaître celle-ci. Si cette solution vous agrée faites moi signe..

  8. Haikel le 8 octobre 2014

    Cher Guy,
    Merci pour la délicatesse de votre demande, et l’élégance de votre réponse.
    Voilà l’extrait de la lettre que je voudrais entendre:

    Tu me rappelles dans ta lettre que je t’en ai promis une pleine de tendresses. Je vais t’envoyer la vérité ou, si tu aimes mieux, je vais faire vis-à-vis de toi ma liquidation sentimentale non pour cause de faillite (Ah ! il est joli celui-là), au sens élevé du mot, à ce sens merveilleux et rêvé qui rend les coeurs béants après cette manne impossible. Eh bien non, ce n’est pas de l’amour. J’ai tant sondé ces matières-là dans ma jeunesse que j’en ai la tête étourdie pour le reste de mes jours.
    J’éprouve pour toi un mélange d’amitié, d’attrait, d’estime, d’attendrissement de coeur et d’entraînement de sens qui fait un tout complexe, dont je ne sais pas le nom mais qui me paraît solide. Il y a pour toi, en mon âme, des bénédictions mouillées. Tu y es en un coin, dans une petite place douce, à toi seule. Si j’en aime d’autres, tu y resteras néanmoins (il me semble) ; tu seras comme l’épouse, la préférée, celle à qui l’on retourne ; et puis n’est-ce pas en vertu d’un sophisme que l’on nierait le contraire ? Sonde-toi bien : y a-t-il un sentiment que tu aies eu qui soit disparu ? Non, tout reste, n’est-ce pas ? Tout. Les momies que l’on a dans le coeur ne tombent jamais en poussière et, quand on penche la tête par le soupirail, on les voit en bas, qui vous regardent avec leurs yeux ouverts, immobiles.
    Les sens, un jour, vous mènent ailleurs ; le caprice s’éprend à des chatoiements nouveaux. Qu’est-ce que cela fait ? Si je t’avais aimée dans le temps comme tu le voulais alors, je ne t’aimerais plus autant maintenant. Les affections qui suintent goutte à goutte de votre coeur finissent par y faire des stalactites. Cela vaut mieux que les grands torrents qui l’emportent. Voilà le vrai et je m’y tiens.
    Oui je t’aime, ma pauvre Louise, je voudrais que ta vie fût douce de toute façon, et sablée, bordée de fleurs et de joies. J’aime ton beau et bon visage franc, la pression de ta main, le contact de ta peau sous mes lèvres. Si je suis dur pour toi, pense que c’est le contre-coup des tristesses, des nervosités âcres et des langueurs mortuaires qui me harcèlent ou me submergent. J’ai toujours au fond de moi comme l’arrière-saveur des mélancolies moyen âge de mon pays. ça sent le brouillard, la peste rapportée d’Orient, et ça tombe de côté avec ses ciselures, ses vitraux et ses pignons de plomb, comme les vieilles maisons de bois de Rouen. C’est dans cette niche que vous demeurez, ma belle ; il y a beaucoup de punaises, grattez-vous.
    Encore un baiser sur ta bouche rose.
    À toi.

    Cher Guy,
    cet extrait me tue:
    « Sonde-toi bien : y a-t-il un sentiment que tu aies eu qui soit disparu ? Non, tout reste, n’est-ce pas ? Tout. Les momies que l’on a dans le coeur ne tombent jamais en poussière et, quand on penche la tête par le soupirail, on les voit en bas, qui vous regardent avec leurs yeux ouverts, immobiles. »
    Ah si vous pouviez le mettre en valeur lors de la lecture. Je tiens énormément à l’écouter, et le faire écouter à quelqu’un de très cher.

    Mes salutations les plus distinguées.
    Cordialement
    Haikel

  9. Haikel le 11 octobre 2014

    Alors cher Guy,
    J’attends toujours la pièce flaubarienne ..

  10. colin le 19 décembre 2014

    BONJOUR,
    Lecture ,parfaite je ne pensais pas qu’écrire fût si douloureux aussi longtemps .Je n’ai qu’un dernier mot à dire ENCORE! Et merci .

  11. Vero le 27 février 2016

    Excellente lecture.
    Parmi les lecteurs de livres, il y en a plusieurs
    dont la lecture est plutot monotone, plate et sans
    expression, je trouve Guy Marcy admirable pour l’expressivitè de l’intonation de sa voix.
    Je me rappelle aussi de « Le discours de la methode (Descartes) »: Bravo!

    Vero

  12. Vero le 16 mars 2016

    Toutefois j’ai un petit probléme.
    Il me semble que le texte lu par Guy n’est pas le meme du texte indiqué dans cette page. (??)
    Vero

  13. [...] le site Littérature audio.com, vous pouvez écouter des lectures de la correspondance de Flaubert pendant la rédaction de Madame [...]

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.