Envoyer un livre audio à un(e) ami(e)


Envoyez le livre audio 'GABORIAU, Émile - Les Maîtresses légendaires' à un(e) ami(e)


* Champ obligatoire






Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)



Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)


E-Mail Image Verification

Envoi en cours ... Envoi en cours ...

4 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Sans-Dents le 3 décembre 2014

    «Les Maîtresses légendaires», hum, hum! une allusion à l’actualité peut-être?

  2. Cocotte le 3 décembre 2014

    Cher Sans Dents
    Aucune allusion, voyons! Comment pouvez-vous penser une pareille chose!
    Si vous avez la curiosité d’écouter les prochaines lectures, vous verrez combien de cadeaux, châteaux, diamants, etc. etc. les maîtresses de nos rois ont reçus de leurs amants et ont donc coûté au pauvre peuple ! Aussi, elles étaient détestées par tous les contribuables!
    Mais c’était au temps des rois! Les choses ont bien changé depuis, heureusement!
    Merci pour votre fidélité et vos remarques pleines d’humour! Vous m’amusez beaucoup! J’ai été ravie de vous retrouver!
    Amicalement
    Cocotte

  3. Joni le 31 octobre 2019

    Cocotte, une autre lecture merveilleuse qui me donne encore beaucoup de plaisir puisque j’écoute ce livre audio pour la deuxième fois. Vraiment incroyable comment les rois abusaint leur pouvoirs! Pauvre peuple souffrant toujours… Heureusement, les choses sont bien différentes maintenant… mais les abus financiers continuent sans les bijoux et l’excess royal d’auparavant. J’aime bien connaître plus des détails à propos des Cotillons, des femmes un peu misérables, n’est ce pas?

  4. Cocotte le 31 octobre 2019

    Cher, chère Joni
    Ah oui, ces Cotillons m’ont beaucoup plu. C’est très intéressant de connaître d’un peu plus près ces maîtresses légendaires, qui n’étaient pas encore des escort girls. Je vais chercher un peu pour voir s’il n’y a pas d’autres textes parlant d’autres dames.
    Quand je pense à la condition misérable du pauvre peuple qui travaillait énormément et souffrait beaucoup, et, à côté, les sommes fabuleuses jetées au vent par les rois pour leurs maîtresses, ça me donne envie de hurler.
    Heureusement, comme vous dites, qu’il n’y a plus de rois, plus de maîtresses, plus d’argent gaspillé, volé ou fraudé. Nous sommes bien d’accord sur ce point!
    Un grand merci pour votre aimable et encourageant commentaire.
    Amicalement
    Cocotte

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.