⚠️ Le site est en lecture seule le temps d'une maintenance. Vous ne pouvez plus poster ni commentaires ni messages sur le forum.
Pour plus d'informations, veuillez lire le message explicatif. Patience nous revenons très bientôt !

Envoyer un livre audio à un(e) ami(e)


Envoyez le livre audio 'GAUTIER, Théophile - L'Enfant aux souliers de pain' à un(e) ami(e)


* Champ obligatoire






Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)



Merci de séparer chaque entrée par une virgule (10 max.)


E-Mail Image Verification

Envoi en cours ... Envoi en cours ...

4 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Patty le 30 juillet 2020

    c’est évidemment une histoire bien triste mais racontée avec toujours délicatesse et poèsie.
    Pour donner un peu d’espoir après cette lecture, voici un court poème de Sergueï Essénine:
     » Au revoir, mon ami, au revoir,
    Mon tendre ami que je garde en mon coeur,
    Cette séparation prédestinée
    est promesse d’un revoir prochain.

    Au revoir, mon ami, sans geste, sans mot,
    Ne sois ni triste, ni chagrin
    Mourir en cette vie n’est pas nouveau,
    Mais vivre, assurément, n’est pas neuf.

  2. Ahikar le 30 juillet 2020

    Chère Patty,

    Le 27 décembre 1925, Essénine se suicide en s’ouvrant une veine, et, avant de mourir, écrit avec son sang le poème que vous citez. Alors, je ne suis pas sûr que l’on puisse parler d’espoir. Ne trouvez-vous pas ?

    « Mourir en cette vie n’est pas nouveau, mais vivre ne l’est pas davantage. »

    Bonne journée !

    Amitiés, :)

    Ahikar

  3. Jean-Pierre Baillot le 30 juillet 2020

    Merci pour ces deux commentaires très réconfortants.

  4. Ahikar le 31 juillet 2020

    Bon… allez, Jean-Pierre, pour vous redonner le sourire :) :

    « Selon les Évangiles, le Christ est né quand Hérode était roi. Comme Hérode est mort quatre années avant l’ère chrétienne, le Christ est né au moins quatre années avant le Christ.

    Quand George W. Bush proposa de détruire les forêts pour mettre un terme aux incendies de forêts, il n’a pas été compris. Le président paraissait un peu plus incohérent que de coutume. Mais il était conséquent avec ses idées. Ce sont ces saints remèdes : pour mettre un terme au mal de tête, il faut décapiter ce qui fait mal ; pour sauver le peuple d’Irak, nous allons le bombarder jusqu’à en faire de la purée.

    C’est avec des tonnerres de guerre qu’on célèbre, dans beaucoup de pays, le réveillon. Nuit de paix, nuit d’amour : les pétards affolent les chiens et rendent sourds les femmes et hommes de bonne volonté. »

    Extraits de « Paradoxes » d’Eduardo Galeano

Ajouter un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.