Page complète du livre audio gratuit :


GRIMM, Frères – La Table, l’Âne et le Bâton merveilleux

Donneurs de voix : Carole B.-A. & Jean-Luc F. | Durée : 21min | Genre : Contes


Chèvre (Max Libermann, 1890)

« Il était une fois un tailleur qui avait trois fils et une chèvre. Comme la chèvre nourrissait toute la famille de son lait, il fallait lui donner de bon fourrage et la mener paître dehors tous les jours. C’était la besogne des fils, chacun à son tour. Un jour l’aîné la mena au cimetière, où il y avait de l’herbe magnifique, qu’elle brouta à son aise avec force gambades. Le soir, quand il fut temps de rentrer, il lui demanda : – « La bique, es-tu repue ? » [...] »

Traduction : Frédéric Baudry (1818-1885).

La Table, l’Âne et le Bâton merveilleux.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



> Références musicales :

Antonin Dvorak, Danses slaves Op. 46, interprétées par Chris Breemer et Evelina Vorontsova.


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Contes, Jeunesse, , , , , ,

 

Page vue 20 932 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

17 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. zhore le 8 décembre 2009

    Merci c’est un cite cadeau

  2. Pomme le 8 décembre 2009

    Très agréable à entendre! Jean-Luc a de nombreuses cordes à … sa voix, bravo!
    Pomme

  3. La Vérité le 8 décembre 2009

    Interprétation magnifique, hélas beaucoup d’écrêtage.

  4. Jean-Luc Fischer le 9 décembre 2009

    Le problème d’écrêtage relevé par la vérité à été règlé.
    Merci pour votre remarque.
    Jean-Luc

  5. La Vérité le 9 décembre 2009

    Désolée, toujours beaucoup d’écrêtage.

  6. Acacia Araujo le 9 décembre 2009

    C’est génial! Continuez svp… Vous faites parti des gens qui se mouille et non de ceux qui critique du haut de leur perchoir!
    Acacia

  7. Jean-Luc Fischer le 9 décembre 2009

    La qualité est notre affaire ;-)

    Nous passons Carole et moi beaucoup de temps à peaufiner nos enregistrements, aussi bien pendant les enregistrements qu’en post-production. Nous traquons les bruits, souffles, clics et autres résonnances du mieux que nous pouvons de façon à vous offrir la meilleure qualité d’écoute possible.
    Il est cependant possible que nous laissions passer des imperfections ici ou là.
    Nous nous emploierons à les corriger et à ne plus les reproduire.

    Jean-Luc

  8. La Vérité le 9 décembre 2009

    « Cher » M. Fischer. Votre interprétations à vous et à Mme Carole sont vraiment magnifiques, mais les enregistrements résonnent à cause d’écrêtage. Si vous ne me croyez pas, visualisez les avec un logiciel quelconque. Les examples de M. Depasse, de Mme Lo Bello et d’autres prouvent, qu’on puisse faire des enregistrements sans qu’ils résonnent. Un niveau d’entré plus bas et un peu moins de post-production serait peut-être mieux. Mais il me semble, que le critique constructif ne soit pas le bienvenu. Est-ce donc à prendre ou à laisser? Soit: Merci bien! C’est genial! Continuez! Alléluia …

  9. Cécile le 9 décembre 2009

    J’ai écouté ce conte avec des écouteurs (donc ça ne pardonne pas, on entend le moindre hic) et je n’ai remarqué aucun défaut _tant du point de vue technique qu’au niveau de l’interprétation. Je ne sais pas ce que c’est qu’un écrêtage (j’imagine Carole et Jean-Luc couper les Pyrénées avec de petits ciseaux, ou plutôt les Alpes, pour rester dans l’ambiance germanique…), mais je sais qu’ils sont autant l’un que l’autre très soucieux d’éradiquer bruits de fonds, saturations et autres parasites. A la vérité, je trouve votre critique sur un enregistrement de cette qualité très exagérée, pour ne pas dire assez malvenue.

  10. La Vérité le 9 décembre 2009

    @Celice: Très interessant! Vous ne savez pas, qu’est-ce que je critique (« Je ne sais pas ce que c’est qu’un écrêtage »), mais malgré tout vous savez que c’est exagéré …

  11. Pierre le 10 décembre 2009

    Moi je trouve ça excellent. On croirait un enregistrement à la radio. Bravo à tous les deux.
    Franchement cette histoire d’écrêtage, c’est un mauvais procès.

  12. Carole Bassani-Adibzadeh le 10 décembre 2009

    Bonjour !!! Merci à tous pour vos remarques, positives ou critiques. Je suis ravie que l’interprétation de ce conte ait plu, j’ai pris pour ma part un grand plaisir à y participer (belle initiative de Jean-Luc pour laquelle je le remercie à nouveau )!!!
    Je me penche sérieusement sur cette histoire d’écrêtage, mais il me semble que la résonance est davantage due à mon modèle de micro utilisé ainsi qu’à l’acoustique du lieu où j’enregistre (et en particulier aux bêlements que je ne suis pas parvenue à assourdir lors de l’enregistrement… !!!)…
    Merci en tous cas à tous pour votre écoute attentive et vos remarques, j’espère que d’autres interprétations de cette série de contes de Grimm vous plairont également !!!

  13. Camille le 13 juillet 2010

    Quelle voix magnifique!

  14. hervé le 15 décembre 2010

    Un beau conte de Noel
    Trés mignon

  15. Patrick le 19 mars 2011

    Excellente interprétation. Bravo! Concernant la saturation qui n’est pas gravissime quelques pistes d’amélioration que j’utilise avec audacity :
    - Régler le gain du micro afin que les pics soient à -4dB maxi (on peut amplifier ensuite Effets/ Amplification)
    - Les cartes sons des PC sont incapables d’échantillonner à mieux que 44,1kHz/16 bits. (Edition/Préférence/Qualité) et avec un temps de calcul élevé (faire des essais avec quelques valeurs (Edition/Préférence/Enregistrement-Latence)
    - Appliquer Effets/Normalisation (0db) avant de bricoler le son. D’une manière générale au moins on ajoute d’effets au mieux c’est
    - Très faible compression sur la voix (Effets/ Compression/ Seuil -19db ;Ratio 2:1 ; Attaque 0,2s; décroissance 2 à 6 s)
    - les problèmes sont aggravés lors de la conversion mp3. Prenez la plus haute résolution compatible, en général 192kbps (Fichier-Exporter –> bouton de la fenêtre qui s’ouvre)

    Voilà quelques trucs à essayer, sinon ne vous démoralisez pas! continuez de nous régaler… même si il y a un peu de saturation.

  16. Lily le 27 juillet 2011

    super

  17. hayane halima le 31 mars 2012

    j’étais à la recherche de ces contes qui ont enchanté mon enfance…
    Je constate que ces contes disent toujours quelque chose de nouveau et de fort à celui ou celle qui les lit ou relit …Mais la pauvre chèvre est maltraitée car en fait, c’est sa mauvaise foi qui a tout provoqué: le bien comme le mal!

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.