⚠️ Le site est en lecture seule le temps d'une maintenance. Vous ne pouvez plus poster ni commentaires ni messages sur le forum.
Pour plus d'informations, veuillez lire le message explicatif. Patience nous revenons très bientôt !

Page complète du livre audio gratuit :


HAWTHORNE, Nathaniel – La Maison aux sept pignons

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 10h 23min | Genre : Romans


Hawthorne

Ce roman, qui a fortement influencé H.P. Lovecraft et souvent été adapté au cinéma et à la télévision, est un des grands classiques de la littérature américaine. Publié en 1851, il fut sans doute inspiré par un fait réel survenu à Salem lors du fameux procès pour sorcellerie de 1692.

L’action se passe au milieu du XIXe siècle dans une petite ville de la Nouvelle Angleterre. Près de deux siècles plus tôt, Matthew Maule avait lancé une malédiction contre le colonel Pyncheon et ses descendants avant d’être pendu pour sorcellerie. Le colonel – puritain austère, dont les ancêtres avaient émigré d’Angleterre en Amérique à partir de 1620 pour y pratiquer un protestantisme plus rigoureux que celui de l’Église anglicane -, s’était alors emparé d’un terrain ayant appartenu à Maule et y avait bâti une immense maison à sept pignons, avant de mourir subitement dans des conditions suspectes. L’actuel propriétaire est l’hypocrite Juge Pyncheon, qui n’y vit pas mais permet à sa cousine Hepzibah, femme très pauvre, d’y habiter. Elle y est rejointe par une jeune parente, la sémillante Phoebe, puis par un frère bien-aimé, Clifford, qui vient de purger une peine de trente années de prison pour un crime qu’il n’a pas commis, et qui est moralement et physiquement très affaibli. Loge aussi dans la maison le daguerréotypiste Holgrave, qui se révélera être un descendant de Maule. Persuadé que Clifford sait où se trouvent les titres de propriété de l’oncle qu’il a prétendument assassiné, le méprisable Juge Pyncheon, déjà responsable de tous les malheurs de son cousin, menace de le faire interner dans un asile de fous s’il ne révèle le lieu de la cachette.

La sombre Maison éponyme, « espèce de cœur aux proportions gigantesques, ayant sa vie propre » est un des protagonistes d’une action qui touche parfois au surnaturel et au fantastique. Les thèmes principaux en sont la culpabilité qui se transmet inexorablement de génération en génération et l’impossible expiation d’une sorte de « péché originel ».

Traduction : Paul-Émile Daurand-Forgues (1813-1883)

> Écouter un extrait : Chapitre 01.




> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Romans, Romans (Complets), , ,

 

Page vue 13 948 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

23 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Sans-Dents le 2 février 2015

    Merci, André Rannou.

  2. Philippe le 3 février 2015

    Excellent André

  3. émilieémilie le 12 mars 2015

    merci Mr Rannou pour cette lecture.

  4. Bianca le 18 mai 2016

    Génial!! Je voulais justement lire ce roman et je l’ai commencé en version papier. Maintenant je vais pouvoir écouter la version audio avec grand plaisir. Merci Monsieur Rannou, continuez à enregistrer des romans de cette même qualité!

  5. André le 18 mai 2016

    Grand merci à vous, Sans-Dents, Philippe, émilieémilie, et Bianca. Tant mieux si ce roman et ma lecture vous ont plu.
    André

  6. [...] RANNOU, André, Nathaniel Hawthorne et la maison aux sept pignons, 28 janvier 2015 http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/hawthorne-nathaniel-la-maison-aux-sept-pigno... (Consulté le 5 mai [...]

  7. veronique le 27 avril 2018

    grand merci Monsieur Rannou!
    Je n’aurais jamais pu m’accrocher à la version papier!
    Merci pour votre belle lecture!
    Vous avez bien su rendre l’ambiance de cette mystérieuse demeure.
    Très bonne continuation et au plaisir d’une prochaine écoute Monsieur Rannou

  8. André le 27 avril 2018

    Cette lecture ne semble pas avoir eu la faveur des auditeurs de LA, et je suis très heureux de constater, véronique, que vous êtes l’une des exceptions à la règle. Merci infiniment.

  9. ShmuelR le 27 avril 2018

    Merci M. Rannou. Mais si, mais si, nous aimons tous beaucoup votre lecture, comme celle de cet extraordinaire M. Depasse. Seulement, nous oublions de le dire. Bonne continuation. Au plaisir de vous entendre.

  10. André le 27 avril 2018

    Bonjour et merci, cher Shmuel! Oser me hisser au rang de l’ »incomparable » M. Depasse, c’est vraiment me faire trop d’honneur!

  11. Marie le 3 juin 2018

    Merci pour cette lecture. Le texte est d’une remarquable qualité littéraire et votre voix s’y prête parfaitement.

  12. André le 4 juin 2018

    A mon tour de vous remercier, Marie.

  13. Marjolaine le 9 juillet 2019

    Quelle belle lecture, sobre et si égale,mesurée à point entre attention et discrétion, sans aucune monotonie. J’admire le donneur de voix et son choix pour un roman très inventif quant aux modes narratifs, frisant délicatement avec l’irrationnel, sans quitter le « positif » et les explications rationnelles.

  14. Marjolaine le 9 juillet 2019

    Je complète mon commentaire: quel délice de vous entendre prononcer les noms en langue anglaise ! Heureusement, je ne lis pas entièrement la présentation du roman avant de commencer à écouter, car vous y dévoilez des faits que j’ai été si contente de découvrir en cours de lecture. Merci de tout coeur,cher André Rannou, de votre travail !

  15. André Rannou le 9 juillet 2019

    A mon tour de vous remercier, bien chère Marjolaine. Vos commentaires révèlent un grande finesse littéraire et me font beaucoup de bien. Merci du fond du coeur.
    André

  16. André le 9 juillet 2019

    J’ai particulièrement été sensible à votre « sans aucune monotonie », car c’est ce défaut que je crains par-dessus tout!

  17. Marjolaine le 9 juillet 2019

    Peut-être y a t-il une « loi » psychologique qui poussent certains tempéraments à se remettre en question et à craindre de n’être pas doués de tels ou tels talents.

    Je suis fatiguée d’une trop grande émotivité très expressive, exubérante chez moi, et je trouve très reposant le respect pour le texte que j’entends dans votre voix, la possibilité de projeter mes sentiments sans que vous fassiez écran.

    D’autant que sous le pas tranquille de votre phrasé, de votre respiration, on perçoit votre intérêt profond pour le texte et votre désir de le partager avec les lecteurs.

    Ce qui me rassure, c’est que je suis sûre que vous ne nous lâcherez pas en route, au moins pendant le roman enregistré, car j’ai lu que vous songiez à ne plus être donneur de voix (malheureusement, dis-je égoïstement)

    Quand je lis des histoires à des enfants, j’en fais des tonnes, je vis et j’exprime passionnément ce que je lis. Quelle plaie ! A la fin du livre, c’est moi qu’il faut mettre au lit tandis que les enfants sautent partout !

  18. André Rannou le 10 juillet 2019

    Bien reçu votre dernier long message,Marjolaine, mais au moment d’y répondre, je découvre qu’il n’est plus affiché.Peut-être a-t-il été effacé parce que trop long. Je ne sais. En tout cas, un grand merci.

  19. Sautillant le 10 mars 2021

    André RANNOU… Bonjour…

    Une histoire que j ‘ ai lue il n’ y a deux ans…
    une période HAWTHORNE pendant laquelle j ‘ ai lu ses romans et aussi ses contes… avec beaucoup de plaisir et d’ intérêt ! Un très bon ecrivain !
    Sa vision de l ‘ existence est sombre… certes… mais son plaisir de raconter est grand… son desir de beauté trouve à s’ y exprimer sinon s ‘ y assouvir… s’ y consoler en tout cas… Et l ‘ humour n’ en est pas exclu !
    Quel regal dans sa longue préface à  » La lettre écarlate  » le portrait des fonctionnaires des douanes… dont il a lui-même fait partie !
    On ne peut s ‘ empecher de rire tant c’ est savoureusement croqué !
    Mais je m ‘ eloigne…
    J’ ai eu envie de me l ‘ entendre raconter cette histoire encore fraîche dans ma mémoire… et mon plaisir a en été renouvelé ! Peut-être ne portiez-vous pas encore la barbe ! 😜 !… si vous voyez à quoi je fais allusion ! Broutilles ! Tout ça pour vous dire … n’ allez pas croire que… ! Non non… je vous apprécie reellement… et petit à petit je compte lire beaucoup de votre beau catalogue… les CONRAD… les DICKENS…
    Ces derniers jours j ‘ ai écouté quelques lectures de FLORENT… je trouve qu’ il y a des parentés dans vos voix…

    À d ‘ autres lectures !… et ne vous laissez pas gagner par la fatigue ! Pourquoi ne pas vous remettre à votre micro ?!

  20. André Rannou le 11 mars 2021

    Bonjour Sautillant et grand merci pour ce long commentaire. Pas question que je reprenne le micro!

  21. Sautillant le 12 mars 2021

    Bonne retraite alors André RANNOU !
    Canne à pêche ou binette du jardinier valent largement le micro !
    À propos de  » La maison aux 7 pignons  » ( que j ‘ ai du mal à visualiser… je sais pas vous… )
    … très dickensien ce personnage d’ HEPZIBAH (je n ‘ ai jamais rencontre ce prenom ailleurs ! Existe-t-il ou est-il une invention de HAWTHORNE ?)… ne trouvez-vous pas ? Beaucoup d’ humour dans son portrait… la distance pleine d ‘ emotion et de compassion de l’ auteur… qui intervient dans le récit qu ‘ il nous fait… une technique narrative que j’ aime bien…

    Portez-vous bien ! Et… si possible… laissez-vous porter ! 🤐…

  22. André Rannou le 12 mars 2021

    Non, le prénom ‘Hepzibah’ est relativement courant dans les pays anglophones. La soeur -pianiste de renom – de Yehudi Menuhin, le grand violoniste, portait ce prénom, qu’on rencontre aussi dans la Bible, surtout dans l’Ancien Testament.

  23. Sautillant le 12 mars 2021

    Aaah ! C ‘ est pour ça ! Ma soeur s’ appelle MARTINE !

    Plus serieusement… merci de ces lumières et… à bientôt !

Ajouter un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.