Page complète du livre audio gratuit :


HUGO, Victor – Détruire la misère

Donneur de voix : Iamnot | Durée : 6min | Genre : Discours


Victor Hugo Buste heroique par Auguste Rodin 1897

« Je ne suis pas, messieurs, de ceux qui croient qu’on peut supprimer la souffrance en ce monde ; la souffrance est une loi divine ; mais je suis de ceux qui pensent et qui affirment qu’on peut détruire la misère.

Remarquez-le bien, messieurs, je ne dis pas diminuer, amoindrir, limiter, circonscrire, je dis détruire. La misère est une maladie du corps social comme la lèpre était une maladie du corps humain ; la misère peut disparaître comme la lèpre a disparu. Détruire la misère ! Oui, cela est possible ! Les législateurs et les gouvernants doivent y songer sans cesse ; car, en pareille matière, tant que le possible n’est pas fait, le devoir n’est pas rempli. »

Détruire la misère.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Discours, ,

 

Page vue 13 534 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

5 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. BERTHIER le 6 avril 2012

    Merci,

    d’avoir exhumé pour nous ce discours d’il y a deux siècles!
    Il n’a malheureusement pas pris une ride et colle parfaitement à la réalité sociale du XXI ème siècle.

  2. Iamnot le 7 avril 2012

    Malheureusement pas, en effet. En tout cas, je suis heureux que vous ayez apprécié ce texte.

  3. Coin le 27 novembre 2012

    Merci pour cette belle lecture. On peut dire que c’est beaucoup plus rare aujourd’hui, ceux qui n’ont pas le pain. Mais c’est plutôt rare que ce pain n’est pas sous créance.

    Bontexte, bon lecteur !

  4. Iamnot le 31 juillet 2013

    Merci beaucoup. Ce que vous dites est bien sur vrai, mais ne regagnerait-elle pas du terrain, cette misere?

  5. Marie-Josèphe Pivont le 5 septembre 2019

    Ce que les Gilets jaunes ont decouvert er révélé :
    nous n’étions plus dans ce monde, nous y retournons.
    Il n’est jamais trop tard pour découvrir notre réalité à travers notre littérature.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.